Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 juin 2014 1 09 /06 /juin /2014 23:27

DONT L'ÂME MURMURE

1.
Des fois, le Sphinx pense que l'ami de la vipère a du souci à se faire; et l'ami du Sphinx aussi.

2.
"Oui, je vois ces défauts, dont votre âme murmure,
Comme vices unis à l'humaine nature"
(Molière, "Le Misanthrope", I,1, v.173-74 [Philinte])

3.
Alceste est celui dont "l'âme murmure", de telle sorte que, passant dans les salons, dans les rues, sur les places, ce murmure permanent, persistant et contraire, doit bien couvrir le silence des anges qui passent.

4.
"Oui, mais ma conscience est blessée en effet"
(Molière, "Le Misanthrope", III,5, v.1107 [Arsinoé])

5.
La conscience est ce qui se froisse, se blesse, se navre, de telle sorte que certains doivent trimballer ça, ce genre de cri muet d'oiseau d'la panique.

6.
"L'unique comble l'attente en se réalisant"
(Clément Rosset, "Le réel et son double")

7.
"combler l'attente en se réalisant": c'est ainsi que l'oeuf se pond.

8.
"combler l'attente en se réalisant": et pis, une fois qu'on a bien attendu, qu'on s'est bien réalisé, zou, dans la fosse aux autres.

9.
"Mais nous, nous n'entrerons pas."
(Henri Michaux, "Nous autres")

10.
Des fois, le Sphinx, il est plusieurs... il dit "nous" et jacte, jacte son impossibilité, ou sa volonté, de nous pouvoir s'y flanquer là, dans cet ensemble de points qu'on appelle "lieu".

11.
"Les quatre chevaux ailés viennent de naître."
(Henri Michaux, "Nous autres")

12.
Que quatre canassons flanqués d'ailes soient mis au monde y suppose de drôles de juments, ou le goût des légendes, ou de leur fatalité.

13.
"J'ai poussé la vertu jusques à la rudesse"
(Racine, "Phèdre", IV,2, v.1110 [Hippolyte])

14.
Le je, des fois, i pousse sa vertu, comme une plante austère dans un lourd secret.

15.
Le Sphinx, des fois, lui aussi pousse sa vertu, jusqu'à cuirasse propice à l'affrontement des gueules de mur qui viennent le solliciter.

16.
"Une coïncidence pour le moins ironique... Ces fruits reviendraient-ils donc toujours dans l'histoire ?"
(Agatha Christie, "La Fête du potiron")

17.
La coïncidence est essentiellement ironique; c'est le hasard qui nous fait du clin d'oeil, nous tire la langue, nous tape sur l'épaule, nous rentre dans le lard.

18.
Les choses, elles reviennent des fois d'autrefois, pour se promener dans nos jambes, nos mains, nos têtes, comme si nous étions leurs propriétés.

19.
"La voix était claire, mais le ton poli cachait son indifférence totale."
(Agatha Christie, "La Fête du potiron")

20.
C'est pas parce qu'on parle clair et poliment qu'on s'en fout pas totalement.

Patrice Houzeau
Hondeghem, le 9 juin 2014.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Recherche