Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 septembre 2014 6 06 /09 /septembre /2014 23:47

LA DEPOUILLE D'UNE FOUDRE

1.
Il n'y a pas de mot pour dire le chat mort
Et vivant à la fois pour dire le chat vif
Et crevé à la fois pour dire le chat peau
Qui tourne tourne tourne dans sa boîte d'espace.

2.
Et le souffle passa et tout se poila.

3.
Si légitime, si légitime que, si c'était encore possible, la sed lex en pâlirait sur la Croix.

4.
L'humain, cette chose la plus difficile, si difficile, aussi difficile qu'une pelote d'infinis, et que la pelote d'équations avec laquelle dieu tricote le réel.

5.
Le matin est blanc et nous promenons nos ombres dedans en attendant que midi vienne taper.

6.
Quand on commence à hésiter, des lignes invisibles se tracent, circulent autour de nous, nous éloignant symboliquement de ce qui était encore possible.

7.
Lettré, le Néant a t-il lu Sartre ?

8.
les poulets
quoi quoi quoi
dire des poulets
dire ce que ce que ce que
Beverly Voldseth dit
qu'ils sont dark dark dark
les poulets
noeuds noirs de traits vifs.

9.
Sur la route, des ombres balancées comme des jeunes filles à la balançoire, que le marcheur, indolent car il fait chaud, traverse.

10.
Un lieu peut-il vibrer ? Quel dieu, quel gong, quelle cymbale, quelle plaque alors y secoue son orage muet ?

11.
Celles du poète, ses poupées imaginaires, ses savantes désarticulations, celles du poète, flanquées plein ses vers, ses filles rêvées, même quand elles s'appellent Napoléon, Hannibal, épervier gris clair, napperon.

12.
Je n'aimerais pas crever en vieux radoteur des lettres, chipotant sur Proust, chichitant sur les traductions et pontifiant d'la prose d'amphithéâtre.

13.
Joueur invétéré, il paria qu'il mourrait un jour pair. Il rédigea donc deux testaments.

14.
"Sur la pente du talus les anges tournent leurs robes de laine"
(Rimbaud, "Mystique")

Sur la pente on glisse... du talus on en a plein les talons dessus pis on glisse il a plu... les anges, que vais-je comment les agiterai-je les neigerai-je... et pourquoi faire neiger les anges déjà qu'ils ont des robes que donc il faut dire elles... des robes de laine, Hélène... pis pourquoi que j'glisse ainsi dans la phrase, si dans la phrase, dans la phrase, la phrase...

15.
"- Du vide, je t'en ficherai du vide, moi !" qu'il répondit Dieu au philosophe.

16.
Je l'écoutais pontifier à la radio, esthète de l'argument, jeteur de profondeur en poudre .

17.
Les recueils de Cioran - des jets d'étincelles, la dépouille d'une foudre.

18.
J'entends à la radio un philosophe dire sans rire que la poésie d'untel "repose sur le vide", dans lequel, à mon avis, elle tombe, évidemment.

19.
C'est que j'y vois trop d'esprits que je m'y noierais, assurément, dans tant de raisons, de causes et d'effets qui bavent aux nébuleuses, et si prompts à vous disséquer le réel, si féroces à étouffer l'idiot de moi qui rengaine une vieille comptine électrique.

20.
Qu'on patiente et on verra qu'on ne verra pas, cause que depuis lurette nos mirettes auront servi de bifteck aux bestioles qui nous ramènent à la nuit.

Patrice Houzeau
Hondeghem, le 6 septembre 2014

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Recherche