Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 octobre 2014 3 15 /10 /octobre /2014 15:39

MACABREMENT BOUH !

1.
"Qu'écrit-il ? A qui écrit-il ?... Descente. L'échelle par"
(Gaston Leroux, "Le Mystère de la chambre jaune")

2.
L'échelle, ça s'empoigne ; les oreilles aussi, mais l'échelle, elle, ne fait pas ouille; par contre, si vous passez dessous, ça porte malheur, tandis que passer sous ses oreilles, c'est très courant.

3.
Non, Monsieur Houzeau, "She's à l'échelle a lot" ne sont pas les premiers mots du "Finnegan's Wake" de James Joyce.

4.
"Tout semble se tourner contre lui"
(Gaston Leroux, "Le Mystère de la chambre jaune")

5.
Tout semble se tourner contre lui et lui faire une face macabrement bouh !

6.
Non, Monsieur Houzeau, "Le Mystère de ma tante jeune" n'est pas le titre du premier jet d'un manuscrit de Gaston Leroux.

7.
"car, en admettant même que la lettre ait été écrite par lui"
(Gaston Leroux, "Le Mystère de la chambre jaune")

8.
"car, en admettant même que la lettre ait été écrite par lui" - ce que nous savons impossible, puisque, précisément, nous savons qu'elle a été écrite à l'encre invisible par l'homme invisible dans une langue dont nous ignorons tout.

9.
"Il ne pouvait plus nous échapper !"
(Gaston Leroux, "Le Mystère de la chambre jaune")

10.
"Il ne pouvait plus nous échapper", et pourtant, il se faufila entre deux airs et disparut dans l'infini qui guette entre toute chose.

11.
Des fois, je me dis que je passe avec ma tête de pas grand chose au milieu de gens à tête de pas plus que ça.

12.
"Et puis, si le concierge est complice !..."
(Gaston Leroux, "Le Mystère de la chambre jaune")

13.
"Et puis, si le concierge est complice", alors, pourquoi pas l'escalier ?

14.
- D'avoir commis ce crime effroyable, je soupçonne le jardinier.
- Et pourquoi donc, mon cher Locolomesse ?
- L'avez-vous bien regardé ? Ce jardinier a une parfaite tête de jardinier. L'assassin, c'est lui, j'en suis sûr !"

15.
Comme j'avais perdu ma clef des champs, je ne pouvais plus me faire la belle. Les belettes me tiraient la langue et se moquaient de moi.

16.
"Et puis, les emportant sans doute avec lui, il s'est relevé avec ses pieds à lui"
(Gaston Leroux, "Le Mystère de la chambre jaune")

17.
Je me suis fait la belle
Je me suis pris la drache
Je rentrai moins rebelle
Pour relire "L'attrape-
- Coeur".

18.
"Alors elle s'aperçut qu'elle n'avait plus rien à faire, plus jamais rien à faire."
(Maupassant, "Une Vie")

19.
Le néant, une volonté sans objet. Sans le réel, Dieu serait néant. C'est du réel que Dieu tire toute sa substance.

20.
Dieu, cette nécessité du peut-être.

Patrice Houzeau
Hondeghem, le 15 octobre 2014.

Partager cet article

Repost 0
Published by PATRICE HOUZEAU - dans LEROUX ET LEBLANC
commenter cet article

commentaires

Recherche