Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 octobre 2014 7 19 /10 /octobre /2014 22:39

MES YEUX JE LES AI REMIS

1.
Nous sommes montés sur les épaules des géants et nous leur avons crevé les yeux.

2.
Le miroir ne maîtrise la foudre qu'en rêve; à défaut, il tente d'attraper nos visages.

3.
Nous traversons des architectures écorchées; des chevaux y passent avec des hennissements sanglants.

4.
Ne dites jamais les choses telles qu'elles sont; elles pourraient vous dénoncer.

5.
Entendu cette phrase - est-elle de Patti Smith ? - dans une fiction de Claudine Galéa consacrée à la poétesse : "Le rock est le corps plein d'un rêve."

6.
Les géants mangent, dorment, et comme nous s'émiettent, et comme nous tournent la même girouette.

7.
Déesse que n'escorte pas la musique, tes palais trempent dans une eau plus lourde que chaînes au donjon.

8.
"No wonder, sir, but certainly a maid."
(Shakespeare, "La Tempête", I,2 [Miranda])

9.
L'escargot ne croit pas à la merveille des jours de la jeune fille. Il se contente de baver sur une page de Rimbaud.

10.
A force de miser sur des chevaux assassins, nous finissons par être visités par des jockeys perdus.

11.
Je suis fait de fer de brume; je me dissipe au premier coup et me ranime à la nuit tombée.

12.
A mon avis, leurs tentacules se sont épris du crucifix.

13.
Elles avalent les chemins, hargneuses et mauvaises comme des gnomes de courtoisie, et pleines de crachats, et pleines de vous verrez.

14.
Je m'imagine une sororité de cassandres, leurs cheveux courts et noirs, leurs yeux vifs, brillants de cette fièvre-là qu'on appelle "lucidité", leurs yeux pleins de "vous verrez".

15.
Lorsque dans ma tête je me visionne un bois bordé de brouillard, je m'attends à en voir surgir un fantôme de jockey ou des parties du corps de la cavalière au bois.

16.
Je n'éplucherai pas pour toi la banane de la lune; l'agilité du poil noir m'ignore superbement.

17.
Pourquoi "girouette des sens" ? Comme si on s'tourbillonnait tout l'temps, toupies nous autres, versatiles, dérisoires, passagers.

18.
Au premier coup d'oeil, ou d'épée, pour moi, c'est le même cheval. Je me dissipe pour me rassembler sous vos pas.

19.
Quant à mon esprit, il ne peut se libérer de sa seule liberté, cette chair qui ne restera pas.

20.
Mes yeux, je les ai remis. Ils contemplent les passages.

21.
Mes yeux, je les ai remis. C'est mieux pour voir. Pour aiguiser son couteau aussi.

Patrice Houzeau
Hondeghem, le 19 octobre 2014

Partager cet article

Repost 0
Published by PATRICE HOUZEAU - dans FANTAISIES SPECULATIVES
commenter cet article

commentaires

Recherche