Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 décembre 2014 2 30 /12 /décembre /2014 00:15

D'UNE VOIX SINGULIERE

1.
Borges, "parfois d'une barque près du rivage", une voix singulière, entre deux morts.

2.
Mon trousseau est bien énigmatique
A quelles portes sont ces clés ?

3.
Borges, dans le "que c'est maintenant et maintenant seulement", c'est-à-dire uniquement dans ce passé auquel seul l'oeil du lecteur peut donner crédit.

4.
A quelles portes sont ces clés
Et quelle est cette fille qui m'appelle son fiancé ?
Mademoiselle, je dois vous quitter
Chez moi je dois rentrer.

5.
Borges, les jeux de la mémoire, laquelle se compose des puzzles pour le plaisir d'alimenter la lutte fratricide entre l'énigme et le sable.

6.
J'en ouvre une
Voilà la lune
Qui me tire la langue.

7.
Borges, qui a l'air de sonner pour les doctes, avec "quelque chose dans le regard" de ses hôtes de syllabes.

8.
Voilà la lune
Qui me tire la langue
Et me tend son échelle de nulle part
Monte si tu l'oses
Je suis la lune le tigre et la rose

9.
L'auteur hante son texte jusqu'à ce qu'il le livre à d'autres fantômes.

10.
Je suis la lune le tigre et la rose
Et la chanson qui entraîne le violon
A la gigue des damnés

11.
Borges, des "sources originales" que l'on ne peut consulter que dans les fragments introuvables d'une langue que plus personne n'imagine.

12.
A la gigue des damnés
Où tu viendras cette année
Ou l'autre où tu viendras danser

13.
Lovecraft conta des autres dieux, Borges des autres livres.

14.
Où tu viendras danser
Mon violon est de flammes
De charbon est mon âme

15.
Borges, du "comme en un rêve" que l'on ne peut s'empêcher de préciser, de détailler, de figurer et d'en proposer les énigmatiques clés.

16.
De charbon est mon âme
Je suis venue de dessous la terre
Pour fasciner le savant et le lunaire

17.
Borges, "des choses qu'un inconnu ne pourrait pas savoir." Nous voilà donc bien initiés.

18.
Pour fasciner le savant et le lunaire
J'habite un chat, j'habite un livre, j'habite le fier
A sa fenêtre.

19.
En politique, on a beau me faire les contes roses, rouges, noirs ou verts que l'on veut, je vois que le seul qui tienne la route, c'est le compte bancaire.

20.
Ce titre de Borges, "Le Livre de sable", oxymore, la synchronie du texte mimant la monotone et inéluctable diachronie du sable.

21.
En fin de compte la multiplication à l'infini du même grain dévorera l'infini de la bibliothèque et ses lecteurs légendaires.

Patrice Houzeau
Hondeghem, le 29 décembre 2014.

Partager cet article

Repost 0
Published by PATRICE HOUZEAU - dans BORGES
commenter cet article

commentaires

Recherche