Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 mars 2015 5 20 /03 /mars /2015 00:28

DANS QUEL ÊTRE
En lisant « Malpertuis » de Jean Ray, édition de poche J'ai Lu n°1677.

1.
Alors l'Ombre me dit : « Partons pour Malpertuis » ; alors j'ai ouvert le livre...

2.
Nous ne parlons pas de nos pièges ; consciemment ou pas, nous les tendons. En parlerait-on qu'on abolirait le sortilège, qu'on trahirait confiance en soi et prince de nous.

3.
Guérit-on de la difficulté d'être ? Peut-on être convalescent de ça, l'être malgré tout en dépit de et dans le quelque part du touci-touça.

4.
Et il faut bien dire que nous sommes dans le touci-touça, c'est-à-dire dans le quasimodo, - quel imbroglio !

5.
Puis la lourde s'ouvrirait et, du quatre-à-quatre fuseraient des joyeusetés, d'l'éclatance rigolade, d'l'épatance, d'la confiance affichée.

6.
Rêve d'oiseau immense, d'aigle dans les étoiles, de l'Amérique qui vous descendrait du ciel.

7.
Les paupières... S'y effondrent des châteaux ; la fée y sourit mélancoliquement.

8.
On croiserait la belle pomme et on trouverait pénible la condescendance du guide qui nous préciserait qu'il s'agit – comme si – d'une princesse égyptienne.

9.
Qu'on utiliserait, comme le fait Jean Ray, le mot « pétun », et aussi le verbe « pétuner », qu'on la pétunerait donc, sa pipe, à en faire kof ! Kof ! Kof !

10.
Qu'il y aurait des « noces étranges », avec de la « main dans la main » et du bénit dans le chapelet d'un autre siècle.

11.
On est surtout cause que cause ; c'est pour ça que c'est jamais si simple.

12.
Il y aurait des pas claquants sur d'la dalle, du très sonore donc, et qui annonceraient l'arrivée des sœurs terribles (les sœurs Cormélon qu'elles se nomment dans le roman).

13.
« - Il ne faut pas sortir, c'est un mort qui frappe ! »
(Jean Ray, « Malpertuis », p.124 [Bets])

Et l'on sait que toujours quelque part il y a un mort qui frappe.

14.
Un visage… On dirait de la pierre… De la pierre... Moi, j'en ferai de la gorgone, de la méduse dans l'air, sifflante, persiflante, crachant d'la tragédie, mieux que le journal du matin.

15.
« A la chandeleur, le démon, ennemi de la lumière, dresse ses plus terribles pièges. »
(proverbe flamand cité par Jean Ray [d'où le sort-il, ce proverbe ? Il me semble bien littéraire], in « Malpertuis », « La nuit de la chandeleur », p.141)

Est-il que Lucifer n'aime pas la lumière des humains ? Y verrait-il un reflet de Dieu ?

16.
Parfois qu'on est « frappé d'une singulière impuissance », comme si le réel avait pour fonction de toujours échapper à notre volonté.

17.
« - N'oubliez pas que vous aussi, cher ami, vous êtes malade » dit un personnage du « Malpertuis » de Jean Ray. Je lis cette phrase et la prends pour moi.

18.
Se souviendrait-on de son imprudence, que l'on se dirait dans quel être me suis-je embarqué ?

19.
A la page 90 du roman, une « chambre merveilleuse » : lexique du conte heureux aussitôt contrecarré par la chanson crapule, par le « brame » de Dideloo.

20.
« Je reconnus l'effroyable masque de la rue. »
(Jean Ray, « Malpertuis », p.90)

Ces masques que sont les gens, on ne peut guère que les reconnaître.

21.
Worth cité par Jean Ray (cf p.37) note que les « dieux menus » sont « absolument » concrets, existants, et donc en interaction avec « la terre où ils vivent ».

22.
Des petits dieux qui courent parmi les petits hommes. Sont-ils nos insus ?

Patrice Houzeau
Hondeghem, le 19 mars 2015.

Partager cet article

Repost 0
Published by PATRICE HOUZEAU - dans DEMEURES DE JEAN RAY
commenter cet article

commentaires

Recherche