Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 juillet 2015 3 01 /07 /juillet /2015 08:40

AUJOURD'HUI ZUT LIT UN SONNET DE JULES LAFORGUE

 

1.

Zut mélancolise que tout l'ennuie, dans l'aujourd'hui d'alors et le présent de la page.

 

2.

Zut s'enquiquine ferme, à en baver du néant, oui, mais tout de même, elle a un rideau.

 

3.

Zut zieute le ciel aussi rayé qu'un vieux disque d'été, rayé de gris et de pluie, un vrai zèbre triste.

 

4.

Zut se dit que la brume, c'est rien qu'une ramoneuse qui revient du boulot.

 

5.

Zut se dit que les flaques, si elles avaient des yeux, elles verraient défiler les ombres des bipèdes à moustaches et parapluie.

 

6.

Zut prend son cerveau pour un tiroir qu'elle en jette ses yeux dedans, même que le réel pourrait bien s'dépiauter, elle verrait nib.

 

7.

Zut mélancolise et prend son doigt pour une plume et la vitre pour ses mémoires.

 

8.

Zut se décide à mettre dehors son nez et le reste aussi des fois que

 

9.

Zut déplore le manque de nouveautés fictionnelles remarquables : que relou relu. Et pis d'la gadoue.

 

10.

Zut note que les passants ne prennent pas tous leur cerveau avec eux quand ils sortent ; certains, on dirait des poulets décapités.

 

11.

Zut ne rencontra âme-qui ce jour-là. En conclut que le réel lui était bien plus étranger qu'elle le pensait jusqu'ici. Ce qui la fort cogita.

 

12.

Comme elle vit passer une tuture à dadas, elle pensa qu'on devait tourner un film, à moins qu'elle ait baguenaudé dans le temps.

 

13.

« Tout m'ennuie aujourd'hui. J'écarte mon rideau. »

(Laforgue, « Spleen »)

 

14.

Tout son contraire aujourd'hui

M'ennuie s'dit Zut

Aujourd'hui oui oui

J'écarte y a d'la pluie

Mon cuide-âme spleene

Rideau de morne scène

 

15.

« Je mange, et bâille, et lis, rien ne me passionne... »

(Laforgue, « Spleen »)

 

16.

Je s'dit Zut et pis ?

Mange du riz

Et et et rien !

Bâille et circonflexe

Et et et rien !

Lis et et et

Rien ! Je

Ne ni je

Me que nib

Passionne bouh !

 

17.

« Des ombres vont, glissant parmi les flaques d'eau. »

(Laforgue, « Spleen »)

 

18.

Des éclairs

Ombres zouf

Vont zouf zouf

Glissant a passent

Parmi les genouillères que

Les au trottoir font les flic

Flaques que floc

D'eau qu'c'est.

 

19.

Zut, de sa fenêtre, voit passer les ombres et se demande ce qu'il y a dedans.

 

20.

« Je regarde sans voir, fouillant mon vieux cerveau »

(Laforgue, « Spleen »)

 

21.

Je zoeille pis m'dis

Regarde bien petit

Sans blague !

Voir quoi ?

Fouillant d'mes yeux

Mon monde c'est tout du

Vieux pis

Cerveau froid.

 

Patrice Houzeau

Hondeghem, le 1er juin 2015.

Partager cet article

Repost 0
Published by PATRICE HOUZEAU - dans CONTREVERS
commenter cet article

commentaires

Recherche