Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 juillet 2015 1 13 /07 /juillet /2015 20:34

CHANSON DECHIREE DU SPHINX DANS UNE FLAQUE

 

1.

Les rues sont grises qui est passé par là ?

Est-ce quelque sorcier au vieux manteau

Dont les trous laissent passer la pluie ?

 

2.

Est-ce quelque sorcier au vieux manteau

Ou le fantôme d'un vieux chat ?

 

3.

Oh ce greffier n'a pas sa langue dans sa poche !

D'ailleurs, ce greffier jacte l'humain

Et comprend fort bien les voix jetées

 

4.

Il comprend les voix jetées par les fenêtres

Et le noyé du jour dans son flacon

 

5.

On n'y croit pas entendre du Maria Rainer Rilke

Dites, mais des aboiements du miaourkh et du « Dégage ! ».

 

6.

De jolies étrangères se dandinent dans leur portable

Cause la bière, j'ai des lourdeurs dans le stomach

Ce qui vaut mieux que d'avoir du plomb dans le buffet

Vous m'avouerez.

 

7.

Les gouttières déplient leurs aisselles

Ce qui vous m'avouerez

Est quand même moins redoutable

Qu'un requin dans l'eau de vaisselle

 

 

8.

Les vitres ont des reflets de couteaux

C'est le soleil couchant qui les ensanglante

Un piano dodeline une chanson lente

 

9.

Les vitres ont des reflets de couteaux

Y a des fois qu'les rues vous ont des airs d'assassines.

 

10.

C'est-y pas le sphinx dans c'te flaque là

Ah si, c'est lui, le grand croque-mes-gins

Et c'est vraiment pas de chance

Vous m'avouerez.

 

11.

Et c'est vraiment pas de chance

Vous m'avouerez

De pas pouvoir terminer sa chanson

Qu'on est bouffé par l'énigme.

 

12.

Passant passé par là des rues grises

Toi qui donnas ta langue à un spectral matou

Pis qu'tu mis dans ta poche te souviens-tu

 

13.

Te souviens-tu vieille face de bronze

Au moins que nous étions vivants

Et quelle était la couleur de ton cheval blanc.

 

14.

Les chansons, des petits trous dans le temps qu'ça fait, les chansons, qu'on y colle son œil, pis on pleure.

 

15.

Zut aime les chansons, à cause des voix, voyez, avec les voix, on n'a pas l'impression d'être si seule que ça.

 

16.

A chaque fois que Zut écoute chanter Adriano Celentano, elle se dit que Dieu doit causer l'italien, ou si pas Dieu, le diable des forges à musique.

 

17.

« Comme un loup sous la voix lactée » qu'il chante quelque part, Jean-Louis Murat ; du coup, Zut lève les yeux au ciel d'la noye quoi qu'à Dunkerque que j'fiche.

 

18.

Zut des fois, elle dit comme ça : « Ne me donnez pas des chansons à boire, je serais fichue de les vider. »

 

19.

« Peut-être un Soir m'attend

Où je boirai tranquille

En quelque vieille Ville »

(Rimbaud, « Le pauvre songe »)

 

Laquelle Ville, si ça se trouve, « s'endormait et j'en oublie le nom », comme dit Brel dans sa chanson.

 

20.

« Que suis-je ? Un éclat d'outrages anciens.

Un javelot tombé dans l'herbe »

(Nicolas Goumilev, « Le Guerrier d'Agamemnon »)

 

21.

Que suis-je ? Un fuit-son-ombre de peur qu'elle ne l'avale ? Une bouteille vide au bord d'un précipice ?

 

22.

Des fois, j'aimerais que les chansons ne s'arrêtent pas, des fois qu'une de mes amoureuses d'il y a des lunes jaillirait d'une fantaisie de Charlebois, d'un riff des Stones, ou de la voix de Kiki Dee.

 

Patrice Houzeau

Hondeghem, le 13 juillet 2015.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Recherche