Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 juillet 2015 2 28 /07 /juillet /2015 09:22

TOUT OU PEUT-ÊTRE RIEN SI PEU

 

1.

« Il y vient aussi nos ombres

Que la nuit dissipera »

(Apollinaire, « Clotilde »)

 

2.

Il y vient lui, ou elle, ou l'éléphant qui

Y ramène sa trompe Y

Vient ou en repart ? Où ça ? Dans la jungle,

Aussi bien qu'ç'est la ville, singes et visages.

 

3.

Nos osses on les secoue du coup nos

Ombres courent en tous sens.

 

4.

Que les anges de nos paupières caracolent, puisque nous rêvons chevaux et parade.

 

5.

La nuit, le mage du jour la shazame, la

Nuit, pis son swing masqué comme Lupin au bal, il en

Dissipera chapeau, lapin et jolie assistante.

 

6.

« Fantôme qu'à ce lieu son pur éclat assigne »

(Mallarmé, « Sonnet »)

 

7.

Fantôme - décidément j'aime ce mot ! - enfin, fantôme ou pas, spectre belle ou bien réelle garce,

Qu'à tomber amoureux de vous, Dieu me garde - tout de même, que

Ce fantôme a de jolis yeux !

 

8.

Lieu ou pas lieu d'être, de

Son ou de mon temps,

Pur chevalier des romans ou ignoble politique des journaux.

 

9.

Eclat ou silence auquel on

Assigne le vivant, et si c'était un dieu qui tourne sept foudres dans sa bouche avant de tonner ?

 

10.

D'où est-il ce proverbe qui dit que dans le mendiant un dieu peut se cacher ?

 

11.

Dies irae : sept épées et sept langues de feu dans sa bouche qui tournent avant de s'abattre.

 

12.

L'entend-on finalement, le sifflement dans l'air de l'épée qui le rompt, le fil entre notre ici et maintenant et le rien du tout nulle part ?

 

13.

Poésie des équations, mathématiques et physique ; des mondes s'y dessinent, c'est là la vraie voyance, l'alchimie des nombres.

 

14.

M'aperçois que le proverbe du mendiant-dieu caché trouve un écho dans ce vers de Nerval :

« Souvent dans l'être obscur habite un Dieu caché ».

 

15.

« Tout gémit, tout se plaint, et mon mal est si fort »

(Agrippa d'Aubigné, « Le Printemps », III)

 

Tout – ou peut-être rien, si peu…

Gémit – ou rit ; nous aimons tant à rire de

Tout, d'un rien, nous autres, si peu.

 

16.

Se gondole comme une baleine des fois qu'on, pis qu'on se

Plaint, ou qu'on les joue au poker, nos osses.

 

17.

Et mon Dieu se promène entre

Mon dictionnaire et le

Mal de mer, de vivre, ou bien du pays.

 

18.

Est-il temps de ? Ce n'est peut-être rien, si peu,

Si plein de peut-être, ce soldat dans un

Fort qui attend tout un roman que l'ennemi arrive.

 

19.

Ou alors une place vide en plein soleil avec presque rien, une ombre, un chien.

 

20.

Des fois qu'le monde serait une oie cruelle, jacassière, très bête que l'on gave de dieux.

 

Patrice Houzeau

Hondeghem, le 28 juillet 2015.

Partager cet article

Repost 0
Published by PATRICE HOUZEAU - dans CONTREVERS
commenter cet article

commentaires

Recherche