Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 août 2015 4 20 /08 /août /2015 16:21

DZOïïïNG ! DIT-IL AVEC CONVICTION

 

1.

Les grands principes cachent parfois bien leur jeu de petits méfaits.

 

2.

Quelle sera notre mort ? demande le fantôme à son vivant.

 

3.

« le ressort qui avait animé l'oiseau s'est brisé »

(Erik Lindegren, « Regard de pierre »)

 

4.

L’œil fixe et la mécanique rompue

Bec ouvert sur un appel d'air mécanique

Comme s'il allait nous seriner du Kraftwerk.

 

5.

Le ressort brisé, comme on brise une compagnie, et pourtant elle est là, volontaire, vitale, victorieuse.

 

6.

Qui avait-elle vu, la femme aux yeux verts et au chapeau mauve dans la rue gris-bleu d'une ancienne couverture de roman policier ?

 

7.

Et Zut, fillette beuglante, beuglait :

 

Lune rouge, ballon blanc,

Où où

Le hibou,

L'ibis rouge, le poisson blanc ?

 

8.

Animé : comme un dessin, comme un mannequin, comme un comme je vous le dis on aurait dit un exalté.

 

9.

L'oiseau s'est brisé

En pluie de petites pierres colorées

Est tombé

Traversant les chapeaux-melons

Et la tête des gens.

 

10.

Y en a qui se débarrassent de leurs vivants encombrants en les cadavérant puis en les mettant à tremper longtemps longtemps dans l'oubli.

 

11.

Comme il avait le bras long et qu'il avait du temps, il en résolut bien des choses qui, après tout, ne vous regardent pas.

 

12.

A mon avis, que tout le monde doive payer des impôts, même s'il s'agit de sommes symboliques, est contre-productif. En effet, payer des fonctionnaires pour percevoir des sommes symboliques revient à jeter l'argent par les fenêtres.

Et puis demander aux pauvres, aux travailleurs précaires, aux retraités sans trop d'argent, aux étudiants salariés, quelques pièces de monnaie pour subventionner des hauts-fonctionnaires qui trahissent la nation au profit d'intérêts bancaires multinationaux, n'est-ce pas de l'indécence ?

 

13.

Les syndicats en France ? De grands principes au service d'intérêts particuliers.

 

14.

« Il entend leurs cils noirs battant sous les silences

Parfumés »

(Rimbaud, « Les chercheuses de poux »)

 

15.

Il hante en leurs cils. Quoi donc ? - oh, un moucheron.

 

16.

Noirs battant : musique soul à rouler par terre comme le chantait Françoise Hardy.

 

17.

Saoul, laid silence, vu que, bouche ouverte et yeux pas là, il albatrosse féroce et s'répand Ouille ! C'est qu'ça fait mal tout ce réel là !

 

18.

« Zut alors si le soleil quitte ces bords ! »

(Rimbaud, « Michel et Christine »)

 

19.

Zut alors si Zut à l'heure n'est point. Faut toujours qu'elle arrive en retard, celle-là ! Me disais-je au café du temps en temps.

 

20.

Le soleil : on l'attend derrière la flûte monotone si casse-pieds et mouille-cheveux de la pluie.

 

21.

Quitte ces bords : rive sombre, printemps noir, va-t-en, avec ton long manteau et ta face de craie.

 

22.

Des fois, de pacifiques assassins versent du poison dans les champs. Mon chien a les yeux rouges.

 

Patrice Houzeau

Hondeghem, le 20 août 2015.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Recherche