Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 août 2015 6 01 /08 /août /2015 20:35

FANFARE JADIS

 

1.

« Rustiques on les dit mais les mots sont fragiles

Et leur mort bien souvent de trop s'essouffler vient »

(Raymond Queneau, « La chair chaude des mots »)

 

2.

Le vent, la somme des souffles perdus, et même parfois comme une fanfare lointaine qui s'y s'rait glissée ; mais non, c'est qu'le vent.

 

3.

Quoiqu'des fois, mais c'est dans ma mémoire, c'te fanfare, une bande de petits bonshommes en plomb.

 

4.

Rimbaud, en fin de compte, avait-il la foi ? A mon avis, surtout, il l'a eu souvent mauvaise, l'Arthur.

 

5.

« on était au centre du monde on se trouve maintenant

près du fleuve océan qui ronge l'horizon »

(Raymond Queneau, « Un poème c'est bien peu de chose »)

 

6.

Un vers de Queneau, j'y vois un chien d'écume à la gueule, qui vous ronge l'horizon jusqu'à l'os.

 

7.

Il vit que la mer était toute plantée d'épouvantails aux figures bouffies de marins morts.

 

8.

« Je t'en ficherai, moi, des berceuses vaudous ! » Qu'elle râlait, Zut, en piquant rageusement des épingles dans la tête de sa poupée.

 

9.

Je veux revoir ma Normandie, c'est le pays qui ne m'a pas c'est tellement évident, que j'dois plagier, tu crois pas ?

 

10.

Il avait un rire tellement distant que, pour l'entendre, fallait placer des micros dans sa chambre.

 

11.

Être perdu dans ses pensées, retrouver cette clé dont on n'est pas très sûr qu'elle ouvre la bonne porte.

 

12.

« Je laisse apart Meduse, et sa beauté,

Qui transmuoit en pierre froide et dure

Ceus qui prenoient à la voir trop de cure »

(Attribué à Claude de Taillemont, « Sonnet »)

 

13.

Je laisse la messe pour aller m'essayer à la bonne humeur, ça me

Laisse froid des fois la foi, pis j'préfère les oiseaux et les fleurs.

 

14.

Apart qu'il pleut, ah bah tant pis tant pis tant pis c'temps d'pluie, je file dans la rue avec « la pluie fait des claquettes » dans la tête.

 

15.

Meduse siffle (ce sont ses serpents qu'elle a pour bigoudis) et moi je souffle (j'en ai marre de porter de faux yeux).

 

16.

Et il y a aussi mademoiselle Mystère

Sa longue silhouette ah je la vois de loin Miss Sa

Beauté qu'elle promène nonchalante intrigante

 

17.

Si j'avais un château hanté, j'en partirais, et mon fantôme avec. Ensuite, mon château, je le revendrais à d'autres spectres.

 

18.

« Qui » est toujours un étranger. Poser la question « Qui sommes-nous ? », voilà qui vous estrange pour des lustres.

 

19.

Parfois, je me dis qu'elle a de beaux jours devant elle, la nuit des hommes.

 

20.

Je ne sais pas où elle est allée pêcher ça. Non je ne me transforme pas en loup-garou. Eh oui je devrais me raser un peu mieux qu'ça.

 

21.

« et même son inquiétude à cause de mon silence »

(Patrick Modiano, « L'herbe des nuits », [le narrateur])

 

22.

C'est l'été

et son inquiétude

à passer par un léger vertige

et de grands tremblements blancs

et mon silence qui m'embête parfois.

 

Patrice Houzeau

Hondeghem, le 1er août 2015.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Recherche