Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 octobre 2015 6 10 /10 /octobre /2015 21:53

A VOUS HIBOUX J'AVOUE

 

1.

« mais c'était une tâche impossible, ses bras s'avérant trop courts. »

(Exbrayat, « Et qu'ça saute »)

 

Mais évidemment, Armand

C'était d'attraper le jambon ou la lune en papier ou la fille des airs

Une j't'en ficheraie

Tâche dans la mare à

Impossible qu'il pataugea lors

Ses – i pouvait pas le gars – ses

Bras trop courts ses bras

S'avérant de plus en plus

Trop de plus en plus trop de plus en plus trop trop trop trop trop trop trop trop trop trop trop

Courts.

 

2.

Des fois qu'on attraperait le jambon, la lune en papier, la fille des airs et pis qu'on attrape que sa gueule enfarinée, ou alors un rhume.

 

3.

Nos bras avec le temps se font de plus en plus courts qu'on les a des fois crus si longs pis le réel plus lointain de plus en plus passé.

 

4.

Mais l'impossible, c'était d'attraper le jambon ou la lune en papier ou la fille des airs, une j't'en ficheraie, autant rattraper l'heure.

 

5.

Autant rattraper son ombre, celle qui vous tire la langue sur un mur dans un vieux film muet.

 

6.

Tâche dans la mare à

Impossible qu'il pataugea lors

D'ailleurs je ne le reconnus pas.

 

7.

Ses – i pouvait pas le gars – ses bras trop courts, ses bras s'avérant de plus en plus petits à mesure que le sac d'or prenait de l'altitude.

 

8.

Trop de plus en plus trop de plus en plus trop trop trop trop trop trop trop trop trop trop trop (je loge près d'une boîte de nuit).

 

9.

« A l'automne, derechef, les Rolling Stones avaient rendez-vous avec l'Amérique. »

(Philippe Bas-Rabérin, « Les Rolling Stones », Albin Michel / Rock& Folk)

 

A la manière dont ça chutait

L'évidence éclata flamboyante

Automne pointait sa rousse frimousse

Derechef l'automne avec ça

Les musiciens anglais les

Rolling - chevelus zétaient

Stones - pis électriques zétaient

Avaient des morceaux terribles pis

Rendez-vous avec la célébrité espère

Avec là oùsqu'il naquit le blues

L'épatante qui tangue guitare là-bas loin en

Amérique aux mille et des cents.

 

10.

A la manière dont ça chutait, fallait se rendre à l'évidence de l'automne et de son museau humide de chien d'chasse.

 

11.

« à l'automne, derechef »

(Philippe Bas-Rabérin)

 

J'aime bien l'inusité, l'archaïsant « derechef » pour désigner l'automne, cette vieille planche de spleen.

 

12.

« Pierres qui roulent », Rolling chevelus zétaient Stones pis électriques zétaient bluesy même façon rythme et écorchures à leurs débuts.

 

13.

Oui, qu'on irait là oùsqu'il naquit le blues à l'épatante qui tangue guitare, ou dans l'là-bas du piano honky-tonk d'une chanson américaine.

 

14.

Des fois,

J'me sens seul comme un château d'eau dans son linceul.

Des fois,

Y a des mots, ils pondent des lèvres dans mes rêves.

 

15.

Le problème, c'est pas l'humain, c'est son dieu.

 

16.

« Ma solitude – Toi ! - Mes hiboux à l’œil d'or »

(Tristan Corbière, « Le poète contumace »)

 

17.

Ma toujours je la retrouve

Solitude ritournelle en ma chambre

Toi ! Eh oui ce n'est que et bien toi

 

18.

Mes pas ne suivent que mes pas Aux

Hiboux je pense et pourquoi pas ?

 

19.

Les hiboux en valent bien d'autres surtout s'ils sont Mes hiboux et qu'en conséquence, ils ne se donnent même pas la peine d'exister.

 

20.

À vous hiboux je voue j'avoue un culte étrange

L’œil que vous me faites dans la tête je l'aime cet œil

D'or qui s'ouvre quand je dors.

 

21.

Ma toujours je la retrouve solitude ritournelle en ma chambre, avec des lalala de chœurs sans voix, des froufrous de femmes sans chair.

 

22.

Toi, ce n'est que et bien toi me dis-je à moi-même ;

Lors, dins m'tiête, elle a dit, la Zut : « tarte à la crème ! »

 

Patrice Houzeau

Hondeghem, le 10 octobre 2015.

Partager cet article

Repost 0
Published by PATRICE HOUZEAU - dans CONTREVERS
commenter cet article

commentaires

Recherche