Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 janvier 2016 7 31 /01 /janvier /2016 03:14

LES DEGRÉS VERS LES OMBRES

1.
L'Histoire
a parfois été le fait de grotesques, de brutaux, de nains que nous appelons « grands hommes », par ironie sans doute.

2.
« 
se livrant, inconsciemment, à la mimique d'un poisson rouge dans un bocal »
(Agatha Christie
traduit par Louis Postif, « Un cadavre dans la bibliothèque », Le Club des Masques n°38, p.77)

Que des fois, on en laisse, des bestiaux, nous remonter l'inconscient, et puis du très profond d'nos vies antérieures. Qu'est-ce qu'on se ressemble alors !

3.
« 
D'après lui, les gens les plus invraisemblables écrivaient des romans policiers. »
(Agatha Christie, op.cit. p.101)

Qu'on s'imagine - berlue ! - que les œuvres étranges, les œuvres à énigmes demandent des auteurs excentriques, exotiques, voire ésotériques.

4.
« - Vous pensez donc…
- Je ne sais pas au juste ce que je pense, fit Harper, embarrassé. »
(Agatha Christie, op.cit. p.133)

Que des fois, on sait pas exactement ce que l'on pense, que ça s'compose pis s'décompose tout ça les idées, le monde, la caboche.

5.
« - Ma foi, je ne regarde jamais l'heure ; en tout cas, il n'était pas très tard. »

(Agatha Christie, op.cit. p.61 [Bartlett])

Si ça se trouve, quand on ne la reluque pas sa toquante, les aiguilles, elles n'en font qu'à leur tête.

6.
Me demande si je pourrai regarder ma dernière heure en face, celle qui viendra en dodelinant d'sa grosse tête d'horloge bouffeuse d'âmes.

7.
Ou alors dans mon lit, face à la fenêtre, de la paix des champs viendra le bong
uebong d'une cloche, j'croirai.

8.
« 
Veuillez me répéter exactement ce qui s'est passé. »
(Agatha Christie, op.cit. p.61 [Melchett])

Quoi qu'on fait ? - On répète…
Quoi qu'on répète ? - Le passé, et pas exactement; on appelle ça l'avenir.

9.
Écrire une phrase me prend parfois tant de temps... comment qu'ils font, pour en écrire des tas et des tas, qu'ils appellent ça roman ?

10.
« Au réveil, les rêves se confondent souvent avec la réalité. »

(Agatha Christie, op.cit. p.9 [Bantry])

Au réveil, les mascarades de dessous les paupières, elles se diffusent dans le réel, s'y flanquent, s'y fondent… à peine qu'on les reconnaît.

11.
« - Oui. Nous y sommes descendues.
- Qui, nous ? »

(Agatha Christie, op.cit. p.92)

Qu'on descend, comme ça, les degrés, vers les ombres… et pis qu'on finit par se demander qui on est.

12.
« Tout d'même, se dit Zut en contemplant le monde, de si petits hommes, et de si grandes
ombres. »

13.
« 
Il lui prit les mains et les serra chaleureusement. »
(Agatha Christie, op.cit. p.100)

Il lui prit les mains et les mit dans sa poche. Ça peut toujours servir dit-il en prenant congé.

14.
Zut aussi a cette manie, les mains qu'elle prend, de les serrer chaleureusement dans s
on sac à mains. C'est bien dans sa manière !

15.
J'entends des voix à la radio. Je vais mourir aussi.

16.
« Les deux jeunes gens se lancèrent des regards fulgurants. »
(Agatha Christie, op.cit. p.28)

Plein d'yeux jetés… fulgures de l’œil… éclairs et froncements… regards lointains… complices clignements… le chat, il s'en fiche.

17.
Prédestination… prédestination…
préméditation, oui !

18.
« -
Elle vous a amenée ici pour que vous lui fassiez sortir les lapins du chapeau. »
(Agatha Christie, op.cit. p.93 [Sir Henry])

Elle aime les mirabelles elle
Vous avait promis une tarte aux mirabelles
A préparé une tarte aux mirabelles vous a
Amenée ici pour que goûtiez sa tarte aux mirabelles
Pour que vous vous régaliez de sa tarte aux mirabelles
Que vous en gardiez un excellent souvenir
Vous n'en mangerez pas souvent d'aussi bonnes vous
Lui en serez certainement reconnaissante il y a là un
Fassiez fâcheux j'sais pas quoi en faire je peux pas le
Sortir sinon la phrase elle bancale
Les phrases faut qu'ça aille droit aux
Lapins ceux qu'on fait aux pruneaux
Du coup ça me revient sous le
Chapeau c'était pas d'la tarte aux mirabelles, ah non.

19.
« Dans les romans, les cadavres se trouvent d'habitude dans les bibliothèques. »
(Agatha Christie, op.cit. p.9 [le colonel Bantry])

Dans cette phrase qui affirme que dans
Les romans – et surtout les
Romans policiers, ceux avec des détectives excentriques -
Les cellules grises à fines moustaches les perspicaces dépressifs
Cadavres et voilà qu'les morts envahissent Ça
Se propage partout ça les morts Les morts ils se
Trouvent soudain sur le chemin dans le journal partout
D'habitude on les traverse sans même les saluer
Dans la vie faut savoir faire la différence
Les morts c'est bon pour les
Bibliothèques et les vivants qui les accompagnent Ceci dit, dans cette phrase vous avez un exemple de ce que l'on appelle en français un présent de vérité générale (on dit aussi « présent de vérité absolue » ; il y en a qui exagèrent toujours...)


20.
« Madame ! Madame ! Il y a un cadavre dans la bibliothèque ! »
(Agatha Christie, op.cit. p.5 [Mary])

Madame ! (C'est qui qui appelle?)
Madame ! (
Quelle est cette voix qui sort de sa phrase?)
Il y a il y a il
Y a ah mais voilà qu
'ça perroquette il y
A il y a il y a il y a
Un cadavre dans...
Cadavre ? Vous avez dit cadavre comme c'est morbide
(Dans les romans, dites, tout d'même, on lit d'ces choses !)
La bibliothèque je dis ça et je hausse les épaules la
Bibliothèque est pleine de cadavres ce n'est pas nouveau.

Patrice Houzeau
Hondeghem, le 31 janvier 2016.

Partager cet article

Repost 0
Published by PATRICE HOUZEAU - dans MYSTERES D'AGATHA CHRISTIE
commenter cet article

commentaires

Recherche