Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 février 2016 3 03 /02 /février /2016 00:10

UNE VOIX A TRAVERS

1.
« L'amour avidement croit tout ce qui le flatte. »
(Racine, « Mithridate », III,4 v.1027 [Mithridate])

2.
L'amour, c'est un fils de, et puis avide qu'il est, l'amour… l'amour, il a jamais trop d'yeux.

3.
Tout-ci tout-ça l'autre qu'on zieute bouche bée
Je t'aime et t'aime et t'aime et toujours t'aimerai
Ce qu'on est sot alors c'est à qui qu'est l'plus sot

4.
Et puis la fée d'l
'horloge, l'infiniment ridée, passe, cuit nos pommes, et nos amours, elle les désosse.

5.
« Devant lui une espèce de grand type en imperméable longe la grille. »
(Robe-Grillet, « Les Gommes »)

6.
Devant lui la longue rue pleine de vent
Il me faut maintenant une rime en – an
Afin de l'imiter la longueur du vent
Devant lui la longue rue pleine de vent
Et au bout la grosse bête Océan.

7.
Lui (le personnage) il avance dans le roman et dans une rue qu'il ne connaît pas d'une ville qu'il ignore.

8.
Les personnages, si j'avais su, je ne serais pas, je n'aurais pas, mais i peuvent pas ; même nous, les vifs, on peut pas, qu'on regrette.

9.
Les personnages, de petits fantômes,
les personnages, qu'on promène dans nos hantises.

10.
La littérature, c'est d'la fabrique à spectres. Dans les librairies, ce qu'on achète, c'est du linceul, du belphégor, du fascinant.

11.
« 
Espèce de », pourquoi « espèce de » ? « grand type » aurait suffi ; un
« 
grand type » c'est assez anonyme dans l'visionnage, non ?

12.
L
e vague, l'anonyme-là, en imperméable (c'est-y qu'i va pleuvoir ?) et qui longe longe longe j'aime bien le son de la forme longe.

13.
Je ne sais qui passe
dans mon songe, passe et allonge son ombre, passe et longe la grille avec soudain des yeux si blancs.

14.
« Et puis ma vie dans l'ombre d'Essarès… Et puis… et puis… l'or surtout... »
(Maurice Leblanc, « Le Triangle d'or »
[Siméon])

15.
Et puis que voulez-vous des fois sa vie on se demande ce qu'il y a réellement dedans, c'est-à-dire quelle ombre au juste la hante.

16.
Zut vit dans une maison oubliée. La nuit, elle y agite des ombres et fait se balancer des lanternes. C'est pourquoi on la croit hantée.

17.
Il y a ici l'ombre qu'il me reste, et puis l'ombre que je ne connais pas. Sans doute elle attend son heure, pour me sauter à la gorge.

18.
Puis il y a l'rhinocéros très gris; i passe dans la pluie ; puis tout un tas d'choses féroces qui traînent en ville.

19.
Puis il y a l
'or je le sais j'en rêve l'or
Surtout celui-
là d'or qui dort dans ma mémoire.

20.
« J'entends comme un bruit de crécelle...
C'est la male heure qui m'appelle. »
(Tristan Corbière, « Heures »)

21.
J'entends quoi donc qu'j'entends
Comme un son qui perce le vent
Un son lancinant rythmique agaçant un
Bruit un d'ces bruits du passé venant

22.
De temps en temps la
Crécelle me visite
C'est elle la miss qui crispe
La mistigrie aigre la
Male fée la male
Heure la longue griffe

23.
Comme une voix, une voix à travers, une voix qui m'appelle, comme si je devais revenir.

Patrice Houzeau
Hondeghem, le
2 février 2016.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Recherche