Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 avril 2016 4 21 /04 /avril /2016 21:45

MOI JE EST UN AUTRE HAÏSSABLE

 

1.

Dans la « Rue Chose », telle que l'a vue Queneau, il y a « trois estafilottes » de Père Noël (aurait-il pu préciser).

 

2.

« La tour squelettique », de Queneau, tend à prouver que pour arriver au crâne faut s'escalader le tibia ; avoir du chou demande de l'os.

 

3.

Dans la « Rue Chose », telle que l'a vue Queneau, il y a « trois escarbeilles », et qui pirquent (aurait-il pu préciser).

 

4.

« Affreux mur », de Queneau : y passe la forme « j'invimple », c'est une sorte de limple, de rimple même, si vous voulez.

 

5.

Dans la « Rue Chose », telle que l'a vue Queneau, il y a « trois escasses» les bonbons Ah les agaçantes ! (aurait-il pu préciser).

 

6.

Dans « Les entrailles de la terre », de Queneau, il y a le métro, doux et chaud comme un ventre, et puis le monde perdu des poinçonneurs.

 

7.

Dans la « Rue Chose », telle que l'a vue Queneau, il y a « trois escaumes », sweet home dit-on en ouvrant le o de la porte (aurait-il pu préciser).

 

8.

On peut, comme Queneau, évoquer le temps des « zazors plus heureux que le coing ». Moi, je sais des fanfares à canards et tagada couac couac.

 

9.

Dans la « Rue Chose », telle que l'a vue Queneau, il y a « trois escaupilles », et farces et qui rendent la monnaie (aurait-il pu préciser).

 

10.

« Le Moi est haïssable » et le « Je est un autre », alors, pensez s'il est sympathique, le « Moi, je ».

 

11.

On trouve dans « L'amphion » la forme « que vous aimâtes », mais pas de sardines à la tomate, ni de corniphions : affaire d'itinéraire…

 

12.

« L'Amphion », de Raymond Queneau, qui faisant rimer « yeux » avec « jeu » me fait penser à « jeu d'zieux », ô oiseau du regard !

 

13.

Dans la « Rue Chose », telle que l'a vue Queneau, il y a « trois esquipots » de vin et d'l'esquivaut la chandelle (aurait-il pu préciser).

 

14.

Dans « L'espèce humaine », Queneau réunit les trois facultés du « sentiment », de « l'intelligence » et de la « volonté », et tout ça pour hésiter entre boîte de saucisses aux lentilles et boîte de cassoulet.

 

15.

Dans la « Rue Chose », telle que l'a vue Queneau, il y a « trois estamenaires » de bœuf sur le toit (aurait-il pu préciser).

 

16.

« La nuit était plus nuit l'ombre était plus nocturne

maintenant ce qui luit c'est la nuit dans la nuit »

(Raymond Queneau, « Je respecte la nuit »)

 

17.

Si l'on considère une nuit plus nuit que nuit

y a-t-il une lune plus lune que lune

un dieu plus dieu que dieu

et un camembert plus camembert que camembert ?

 

Il est vrai que l'infini est toujours plus infini que l'infini

Quant à moi, lorsque je me sens plus moi que moi, alors, dans ce cas, je vais me coucher, car je trouve ça fatigant.

 

18.

Dans la « Rue Chose », telle que l'a vue Queneau, il y a « trois éteufs » frais du jour, aussi « trois étibois » dont on fait kekchoz (aurait-il pu préciser).

 

19.

Certes, dans la pâture, il y a du passé et du futur, et le présent des vaches qui observent les horaires des trains.

 

20.

Dans la « Rue Chose », telle que l'a vue Queneau, il y a « trois etnettes » et claires et « trois étresses » de fillette à la marelle (aurait-il pu préciser).

 

21.

Evoquant « Le pétun du titi », Raymond Queneau évoque tout ce qui fut fuma cigara pipa et cigaretta là-bas sur le boulevard des Italiens.

 

22.

Dans la « Rue Chose », telle que l'a vue Queneau, il y a itou « trois éventions », que tout ces trois-là ça fait trente-six trucs et ficelles.

 

23.

Une valeur cosmique, la théorie du battement d'ailes ? Qu'si ça s'trouve Zut, en un clin d’œil, annihile ou éveille tout un monde lointain.

 

Patrice Houzeau

Hondeghem, le 21 avril 2016.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Recherche