Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 mai 2016 7 01 /05 /mai /2016 20:59

COMME SI DE RIEN N'ÉTAIT OU ALORS

 

1.

« Toute rue est une caverne »

(Raymond Queneau, « Une facilité de pensée »)

 

Si « toute rue est une caverne », c'est que les villes sont des ensembles de cavernes, et sont donc creusées dans quelque montagne invisible.

 

2.

« Il a su pratiquer de si rusés détours »

(Corneille, « L'illusion comique », II, 8 [Lyse])

 

La ruse est l'art du détour, ne serait-ce que parce que la ligne droite est le plus court chemin du sot à la gueule du loup.

 

3.

C'est souvent par manque d'imagination que nous ne rusons pas et que nous nous retrouvons gros-jean comme devant.

 

4.

Plus le réel est complexe, plus il demande de ruses, ce qui ne le simplifie pas. Le monde est aux renards.

 

5.

Auparavant, une charge de cavalerie changeait la face du réel ; maintenant, il y faut moult ordinateurs, drones et satellites.

 

6.

« Et puis, de partout, on peut voir le ciel étoilé ; voilà un beau précipice. »

(Alain, « Voyages » in « Propos sur le bonheur »)

 

Si le ciel étoilé est un « beau précipice », c'est que, fort heureusement, ce monde est monté bien haut dans l'art de se changer les idées.

 

7.

Si le ciel étoilé est un « beau précipice », c'est donc que nos âmes ne montent pas au ciel mais y tombent en pluie d'étoiles filantes.

 

8.

Je pense que nous nous précipitons trop facilement les uns les autres dans le royaume des cieux, comme si de rien n'était.

 

9.

On dit que Prince a laissé des milliers de chansons inédites. Des milliers… Prince fut-il le Picasso du rock n' roll ?

 

J'exagère… C'est plutôt Frank Zappa le Picasso du rock, non ?

 

10.

Entendu sur France Inter que pour Prince, l'expression « Purple Rain » signifiait le mélange du rouge du sang et du bleu du ciel.

 

Cf « Very Good Trip » en hommage à Prince, Michka Assayas, France Inter, le dimanche 1er mai 2016.

 

11.

J'ai beaucoup aimé rock loustic et pop bizarre car j'y ai parfois perçu les échos des images surréalistes qui tant me fascinèrent.

 

12.

Rien de plus essentiel que la logique ; c'est d'elle que nous tirons toutes nos chimères.

 

13.

« Le réel, c'est quand on se cogne » ai-je entendu attribuer à Lacan. Le réel est donc contondant et la conscience essentiellement douloureuse.

 

14.

« Soupir d'harmonica qui pourrait délirer »

(Rimbaud, « Les chercheuses de poux »)

 

Qu'un harmonica soupire, soit… mais pour qu'il puisse délirer, il y faut une science, un art de la musique, du virtuose.

 

15.

« Je rêvais croisades, voyages de découvertes dont on n'a pas de relations »

(Rimbaud, « Délires II » in « Une Saison en enfer »)

 

Des « voyages de découvertes dont on n'a pas de relations »... Il n'y avait peut-être rien à trouver, ou alors de lourds secrets…

 

16.

Les théoriciens du Grand Complot Mondial sont des gens assez sots pour s'imaginer que le réel tient compte de leur petite personne.

 

17.

C'est parce que Zut les sait tout aussi doués qu'elle-même de raison et de sensibilité que Zut les craint .

 

18.

Des fois, j'observe mon ombre, laquelle m'observe, et je sens bien que c'est à qui surprendra l'autre dans sa tentative.

 

19.

Zut, des fois, elle voit son ombre, petite peste en jupe noire, couettes noires et yeux noirs, lui tirer une langue noire, avant de détaler dans l'escampette des rues.

 

20.

Seule la spécialisation des professeurs permet un niveau élevé dans la maîtrise d'une matière. Le fourre-tout disciplinaire est une ânerie de technocrate.

 

Patrice Houzeau

Hondeghem, le 1er mai 2016.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Recherche