Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 juin 2016 7 19 /06 /juin /2016 21:40

UN COIN DE QUI FAISAIT LE TOUR

 

1.

« Ah ! Tu es de ceux-là qui font dépendre leur peur de quelque chose ! »

(Jean Giono, « Le Hussard sur le toit » [une nonne à Angelo], Folio n°1, p.187)

 

Des fois qu'on aurait peur de rien que d'être qu'on a peur de tout alors qu'on panique à vivre.

 

Ce qui fait peur qu'on soit peuplé d'êtres qu'nous en sommes responsables et qui cependant agissent contre nos intérêts.

 

2.

Dans « Le Hussard sur le toit », « un coin de la galerie qui faisait le tour du jardin » me fait penser, je ne sais pourquoi, à Luis Bunuel.

 

« Un coin de la galerie qui faisait le tour du jardin », le roman me le flanque dans la tête, le cinéma aussi, comme si je l'avais hanté.

 

3.

Nos fantômes ne meurent pas avec nous, ils migrent vers d'autres peurs.

 

4.

C'est la peur qui fait le fantôme, qui fait l'ivrogne, qui fait le fou. La peur est un théâtre solitaire, elle y joue tous nos rôles.

 

5.

« Avait-elle, après le bal, erré dans la campagne, reprise par la peur ? »

(Jean Giono, « Le Hussard sur le toit », Folio n°1, p.385)

 

Je me dis parfois cette phrase, comme tant de phrases, des fois qu'elle agirait comme un charme, un vers d'une poésie magique.

 

6.

A mon avis, le réel ne cesse de se venger sur nous de la dénonciation de son imposture.

 

L'auteur parlant du réel, évoque la chute de ses masques, qu'on n'en voit pas le bout du dernier masque avant le grand grognement.

 

7.

Nous sommes tour à tour pion, bon ou mauvais cheval, tour de garde, bouffon amoureux, roi de tous nos rôles et la mort nous met mat.

 

8.

M'attendant au coin d'moi-même (j'allais donc me faire peur au tournant) mais stilal qui s'a pointé c'était pas moi ; j'étais un peu blême.

 

Dans un poème à Queneau un gus atend lui-meme au coin d'la rue l'a envi d'se fere peur dayeur étil qu'il s'est vu il a « reculé d'horreur ».

 

9.

« Défense de fumer au bureau ! - mais, qu'importe ! -

J'entr'ouvre la fenêtre, et je ferme la porte.

Je m'assure que tout est bien enregistré ;

et, sur mon fauteuil vert à clous jaunes, vautré,

pour que la rime d'or au bout du vers se pose,

je fume lentement, la paupière mi-close ! -

Mais voilà que le chef, exécrable bourreau,

décapite mon rêve en entrant au bureau,

et comme le garçon n'a pu me crier : « Gare ! »

je me rôtis les doigts pour cacher mon cigare. »

 

(Maurice Rollinat, in « Dixains réalistes », XLIII)

 

10.

Interdit de fumer là où des gens pourraient tousser qu'le narrateur a pas l'droit de fumer au bureau déjà qu'y a des gens qui travaillent.

 

11.

Là le narrateur l'est tout seul alors discrètos « entr'ouvre la fenêtre » (i pleut pas) et « ferme la porte » pour s'en griller une petite.

 

12.

Puis le narateur s'prend pour l'auteur fait d'la rime « qui au bout du vers se pose » raport a c'que fumant, l'a « la paupière mi-close ».

 

13.

« Mais voilà que le chef » ah combien de songes, de rêveries ont-ils été anéantis par ce bout de phrase « mais voilà que le chef » !

 

14.

D'ayeurs le narrateur i s'dépite qu'le retour du chef « décapite [son] rêve » qu'la vie c't'une suite de rêves décapités les pauves petits.

 

15.

Ça c'est sûr qu'la vie c't'une suite de rêves décapités qu'on traîne avec soi comme un placard ses cadavres, un ministre ses casseroles.

 

16.

Surpris l'narrateur à Rollinat dans la fumée et son rêve que - ô fatalité du quotidien, i s'rôtit « les doigts pour cacher [son] cigare ».

 

17.

« Autour de Tristan et d'Yseult, l'orchestre semble tisser de la nuit et ourdir le voile du Destin. »

(Henri de Régnier)

 

Très jolie phrase, et dont la salutaire brièveté nous épargne l'écoute d'un fort long opéra.

 

18.

« s'il fallait encore croire à quelque chose, si elle arrivait, les murs redevenaient des murs, les chambres des chambres »

(Jean Giono, « Le Hussard sur le toit », Folio n°1, p.193)

 

Des fois qu'on se demande s'il fallait encore croire puisqu'elle arrivait dans les murs, les chambres, les souvenirs, les mots, la mort.

 

19.

Zut pense des fois que la poésie est un pronom dont on ignore tout et quelle machine à coudre, quelle table de dissection.

 

Patrice Houzeau

Hondeghem, le 19 juin 2016.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Recherche