Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 juillet 2016 5 08 /07 /juillet /2016 15:56

NOTES BREVES SUR L'ETERNITE A RIMBAUD

 

« L'ÉTERNITE

 

Elle est retrouvée.

Quoi ? - l’Éternité.

C'est la mer allée

Avec le soleil.

 

Âme sentinelle,

Murmurons l'aveu

De la nuit si nulle

Et du jour en feu.

 

Des humains suffrages,

Des communs élans,

Là tu te dégages

Et voles selon.

 

Puisque de vous seules,

Braises de satin,

Le Devoir s'exhale

Sans qu'on dise : enfin.

 

Là pas d'espérance,

Nul orietur.

Science avec patience,

Le supplice est sûr.

 

Elle est retrouvée.

Quoi ? - l'éternité.

C'est la mer allée

Avec le soleil. »

 

(Arthur Rimbaud)

 

1.

Dans Rimbaud, l'Eternité, paraît qu'on la retrouve qu'ça m'étonne qu'on l'ait perdue que chaipas c'que ça veut dire de perdre l'Eternité.

 

2.

Admettons l'Eternité perdue paumée, mais d'où qu'elle est, médouk ? mais d'où qu'elle est, médouk ? qu'en tournant en rond on médite.

 

3.

Mais d'où qu'elle est l'Eternité qu'on s'dit qu'elle est peut-être dans la poche de l'infini avec tous les mystères et les boules de gomme.

 

4.

En tout cas, le narrateur à l'Eternité r'trouvée, il a l'air d'annoncer une bonne nouvelle genre « Christ est revenu » ou « J'ai eu mon bac ».

 

5.

Il s'exclame pas d'ailleurs (y a pas de point de) posément qu'il dit ça au monde à qui il cause qui lui demande Quoi qu'esse d'artrouvé ?

 

6.

Rimbaud écrit que l'Eternité « C'est la mer allée / Avec le soleil » qu'sans blague ça fait chromo peinture à vaches des dimanches.

 

7.

Le dimanche, les peintures se couvrent de prés et de vaches que moi j'me dis qu'elles nous regardent mélancoliquement manger le rosbif.

 

8.

Notons qu'heureusement Rimbaud fait dans le sobre que de la « mer allée avec le soleil » Victor Hugo aurait tiré d'l'alexandrin au kilomètre.

 

9.

Dans l'Eternité à Arthur, y a qu'la mer et le soleil; qu'y passe un ferry plein d'bipèdes à blablas et ça fait déjà moins éternel.

 

10.

Rimbaud dans l'Eternité, il parle aussi d'âme « sentinelle » qu'on se demande ce qu'elle peut bien garder donc l'âme comme secret.

 

11.

Qu'à mon avis le grand secret qu'elle garde l'âme « sentinelle », c'est qu'elle existe pas.

 

12.

Que si ça se trouve le grand secret de l'être, c'est qu'il existe pas et que son nom est personne et qu'il nous prend pour des Cyclopes.

 

13.

Arthur il impérative « Murmurons l'aveu » que ça doit être un truc de difficile à avouer qu'à mon avis il sait pas lui-même koikssé.

 

14.

Du coup il nous fait l'coup d'la « nuit si nulle » (bin oui on voit rien) et du « jour en feu » que moi ça m'fait penser à du poulet rôti.

 

15.

« la nuit si nulle » l'a qu'à dormir aussi i verra des trucs passer sous ses paupières au lieu d'chaipas quoi qu'il machinait l'halluciné.

 

16.

Sinon, y a le « jour en feu » que j'y vois moi dans l'cercle là-haut des percussions de cymbales frémissantes et le son lointain d'un gong.

 

17.

Par ailleurs, Gong c'est le nom d'un groupe de rock psychédélique avec plein d'sonores bizarreries percuto-électriques dedans.

 

18.

Pis après y a les « humains suffrages » et les « communs élans » dont on s'dégage cause qu'c'est rien que politique et manipuleries.

 

19.

Après solo qu'on « vole selon » (c'est comme ça qu'Arthur est allé la chercher loin sa vie socio-professionnelle et l'cassoulet du quotidien).

 

20.

Vous me direz le cassoulet en Abyssinie ça doit pas courir les rues que de toute façon un cassoulet ça court pas (ça monte même pas à vélo).

 

21.

« Et tu voles selon » qu'il écrit Arthur qu'on s'l'imagine en gros noir cuicui dans les airs avec sa pipe et ses cheveux d'apache.

 

22.

« Et tu voles selon » que si on l'imagine revenu au christ, s'voyou voyant d'Arthur, apparemment qu'il renonce pas à son libre-arbitre.

 

23.

Dans Rimbaud, le « Devoir » des fois i prend une majuscule qu'on sait même plus si c'est ironique ou s'il avait fini par y croire ô zigoto !

 

24.

« L'Eternité » c'est l'genre de poème qu'les rimbaldiseurs qui ont suivi se sont permis d'la poésie crotte de bique qu'on comprend pas qu'on s'en fiche.

 

25

Dans l'Eternité à Rimb', le « Devoir » s'exhale des « braises de satin » qu'j'ai beau cogiter j'pige pas mais c'est pas grave hein docteur ?

 

26.

Les « braises de satin » dont i cause Arthur, c'est peut-être les escarbilles des poèmes qu'il a si ça s'trouve autodafés himself cause savait plus quoi en faire.

 

27.

« braises de satin »: du blanc donc, peut-être l'écume de la « mer allée avec le soleil » qui a l'air de flammes (on dirait une apparition).

 

28.

Arthur, de ces « braises de satin » i fait « s'exhaler le Devoir » genre qu'il respire je ne sais quoi comme fumée qu'ça l'hallucine.

 

29.

« Le Devoir s'exhale / Sans qu'on dise : enfin » qu'il dit Arthur (l'a l'air de pas vouloir qu'on pige s'qu'il a pas l'air de piger non plus).

 

30.

Que quand Rimbaud dit « Le Devoir s'exhale / Sans qu'on dise : enfin », i dit peut-être qu'on a à attendre aucun salut ailleurs qu'ici-bas.

 

31.

C'est pas la peine de dire « Je suis sauvé » que tout étant matière, on n'est pas plus sauvé que chou, chien, chat ou Empereur de Chine.

 

32.

Rimbaud des fois i faisait dans l'hermétique que c'est là qu'on range ses idées pour pas les retrouver.

 

33.

La très-chrétienne « espérance » en tout cas il la voit pas le narrant rimbaldien il la voit pas « là » que « là » c'est où ici à c't'heure ?

 

34.

Après, le monde, il est toudis plein de là, de là-bas, d'ici, d'ici-bas, et d'ailleurs de tous côtés qui s'mélangent pinceaux et nougats.

 

35.

L'en retrouve son latin l'apôtre i dit « nul orietur » Paraît qu'ça veut dire « il se lèvera » mais comme y en a nul il restera couché donc.

 

36.

Après comme « science » rime avec « patience » (tant de trucs à apprendre) c'est sûr qu'le « supplice est sûr » et qu'i faut toujours bachoter.

 

37.

La science, si c'est le savoir, est-ce que quand on saura quoi qu'esse tout ça qu'on vit, sera-t-on plus heureux ou sera-t-on tout dégoûté ?

 

38.

Si on sait quoi qu'esse tout ça qu'on vit qu'on finira pas cracher dans la soupe de l'être (que dedans y a p't'être bien une tête de bouc).

 

39.

Rimbaud i finit son poème « L'Eternité » comme il l'avait commencé (mêmes mots) façon ouroboros cercle du temps qu'en finit pas de revenir.

 

40

Dans la 1ère strophe de « L'Éternité » Rimbaud met une majuscule à « l'Éternité » que dans la dernière strophe y en a pas de majuscule à « l'éternité » comme si déjà il s'était habitué et que si c'est qu'ça, autant en finir avec « l'éternité », et c'est pour ça qu'le poème i finit là.

 

41.

Conclusion : le poème « L'Eternité » de Rimbaud il est pas trop long ce qui est bien passqu'en vérité moi j'préfère San-Antonio.

 

Patrice Houzeau

Hondeghem, le 8 juillet 2016.

Partager cet article

Repost 0
Published by PATRICE HOUZEAU - dans FASCINATIONS RIMBALDIENNES
commenter cet article

commentaires

Recherche