Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 octobre 2016 7 02 /10 /octobre /2016 18:03

NOTES DOUTEUSES SUR "A LA MEMOIRE DE ZULMA" DE TRISTAN CORBIERE

 

          « A LA MEMOIRE DE ZULMA

 

         VIERGE-FOLLE HORS BARRIERE

 

                    ET D'UN LOUIS

 

                                                                    Bougival, 8 mai

 

Elle était riche de vingt ans,
Moi j'étais jeune de vingt francs,

Et nous fîmes bourse commune,
Placée, à fonds perdu, dans une
Infidèle nuit de printemps…

La lune a fait un trou dedans,

Ronde comme un écu de cinq francs,

Par où passa notre fortune :

Vingt ans ! vingt francs !… et puis la lune !

 

- En monnaie – hélas – les vingt francs !

En monnaie aussi les vingt ans !

Toujours de trous en trous de lune,

Et de bourse en bourse commune…

- C'est à peu près la même fortune !

…………………………………………………………

 

- Je la trouvai – bien des printemps,

Bien des vingt ans, bien des vingt francs,

Bien des trous et bien de la lune

Après – Toujours vierge et vingt ans,

Et… colonelle à la Commune !

………………………………………………………….

- Puis après : la chasse aux passants,

Aux vingt sols, et plus de vingt francs…

Puis après : la fosse commune,

Nuit gratuite sans trou de lune.

 

Saint-Cloud. - Novembre »

 

(Tristan Corbière, « Les Amours jaunes »)

 

1.

« Elle était riche de vingt ans,

Moi j'étais jeune de vingt francs »

(Tristan Corbière)

 

I dit d'abord qu'elle « était riche de vingt ans » que c'est pas vieux sauf que si elle est en terminale c'est vieux quand même.

 

Lui i done pas son age qil a peut-être honte (c't'un vieux!) que lui il a vingt francs et c'est pas beaucoup surtout maintenant avec l'euro

 

2.

« Et nous fîmes bourse commune,

Placée, à fonds perdu, dans une

Infidèle nuit de printemps… »

(Tristan Corbière)

 

I dit qu'ils ont fait « bourse commune » c'est-à-dire qu'il a claqué tous ses vingt francs avec la donzelle qu'il est un peu bête non

 

I dit qu'ça s'est passé par une « infidèle nuit de printemps » que j'savais pas qu'les nuits de printemps fézé porter des cornes

 

A bien réfléchir on finit par se voir qu'on comprend que le printemps c'est une saison amoureuse et donc de bêtes à cornes.

 

3.

« La lune a fait un trou dedans,

Ronde comme un écu de cinq francs,

Par où passa notre fortune»

(Tristan Corbière)

 

I dit « la lune a fait un trou dedans » que moi ça m'étone pas qu'ma copine Zut m'a dit dans la tête a son oncle la lune ossi fait des trous

 

C'est pour ça que des fois on trouve des pièces trouées que ça veut dire que la lune a fait des trous dedans avec son vilebretrou.

 

En fait, pour les pièces trouées je suis pas sûre que quand même il me semble en avoir vu dans une vieille boîte avec tout du passé dedans.

 

Un trou le poète nous rapele qon dit ça peut être « rond comme un écu de cinq francs » que l'écu c'est une vielle monée à vieux trous donc.

 

C'est pour ça qand le poète a tro bu qu'i retrouve plus sa muse on dit qu'il a un trou dans sa finance rond qu'il est comme un pièce d'écu.

 

Même que quand on en a marre de l'entendre délirimer qu'il est trop saoul pour compter ses pieds on lui dit daller écuver ailleurs.

 

Je sais que pour le mot « délirimer » vous allez me mettre un point supplémentère que c'est moi que je l'ai inventé tout seule

 

Dotant que c'est onteux de nous fère étudier des textes pareils quon est quan première année de letres modernes nous et pas en hippogagne !

 

Je dis ça rapport à ce que j'ai compris de la suite du texte que c'est onteux que cheval dire à ma tante si vous me metez pas tous lé points

 

Je compran que cé par le trou d'la lune sa fortune du poète ele a paçé que cé à poil vulgair non (raport à la fille de la nuit « infidèle »)

 

D'ayeur c'est bien conu qu'il y a des androits mal fréquantés (avec des femmes vulgaires) où les sous filent par tous les trous.

 

4.

« Vingt ans ! Vingt francs !… et puis la lune ! »

(Tristan Corbière)

 

Après le poète i sexclame (c'est bizarre ce mot non) « Vingt ans ! Vingt francs !… et puis la lune ! » que moi je dis la lune pour vingt francs c'est pas cher encore !

 

Quà ce momant là j'ai compris le titre « A la Mémoire de Zulma vierge-folle hors-barrière » que c'est bien une affaire de et c'est pas bien.

 

Du coup euh j'ai peur de comprandre le poème que le narateur a Tristan Corbière i serait pas à voile et à vapeur des fois non

 

5.

« Toujours de trous en trous de lune,

Et de bourse en bourse commune… »

(Tristan Corbière)

 

Toujours est-il qu'il déplor la perte de ses sous que « toujours de trous en trous de lune » i s'évaporent comme si le Phisc les bouffait.

 

Le Phisc cé un fabuleu come le Sphinx sauf qu'il met son nez partou où y a des sous (l'est pas dégoûté!) alor que le nez du sphinx est cassé

 

Du coup euh je compran aussi que le mot « bourse » qu'il y a dans le poème i s'rait à double sens que ça n'étonnerait pas ma tante.

 

6.

« - Je la trouvai – bien des printemps,

Bien des vingt ans, bien des vingt francs,

Bien des trous et bien de la lune »

(Tristan Corbière)

 

Mais moi mélancolique come je vous coné je suis sûre que qand vous lizez « bien des trous et bien de la lune » vous pensé au cimetière non ?

 

Pis ça sone mélancolique ossi ce son « an » qui s'en va comme en écho qu'on dirait une voix lointaine dans le quelque part.

 

Rythmiquement c'est impeccable (4/4 // 4/4 // 3/5) :

« - Je la trouvai / bien des printemps /

Bien des vingt ans / bien des vingt francs /

Bien des trous / et bien de la lune »

(Tristan Corbière)

 

7.

« Bien des trous et bien de la lune

Après – Toujours vierge et vingt ans,

Et… colonelle à la Commune ! »

(Tristan Corbière)

 

Mais c'est bizar qand meme quand le poète écrit que Zulma elle fut « colonelle à la Commune » que donc Zulma c'était une pétroleuse !

 

Et vu qu'elle fut « toujours vierge et vingt ans », la colonelle elle fut pas autant vierge-folle que vierge-dure non ?

 

Donc en fait de « bien de trous et bien de la lune » que sûr qu'la Commune a fini que j'plagie Bernanos en « grand cimetière sous la lune ».

 

Du coup je songe à

« Et je laisse Bernanos au chien des enfers »

qu'c'est un vers que quelqu'un aurait pu écrire que c'est moi qui l'ai.

 

La Commune ça été un soulèvement de tout un tas de gens qu'ils en avaient mare d'être tyranisés puis pauvres aussi souvant.

 

8.

« - Puis après : la chasse aux passants,

Aux vingt sols, et plus de vingt francs… »

(Tristan Corbière)

 

Je comprands qaprès l'fatal la Zulma a (c't'un fatal ossi) fi le trotoir pour peu (« vingt sols ») que cé bien triste ce poème tout d'même.

 

Suis langue de p'têtre que la Zulma c'est pas le trotoir qele fi mais la manche qu'si ça s'trouve a jouot pour vingt sols un air de flûtiau.

 

9.

« Puis après : la fosse commune,

Nuit gratuite sans trou de lune. »

(Tristan Corbière)

 

Qanfin la Zulma défunta qu'on l'a mis dans une « fosse commune », c'est à dire dans un trou sous la lune que Zulma la verra jamais plus.

 

Conclusion que vu la tenure à ce poème si j'ai pas une bonne note ma tante va venir vous voir la figure pour y mettre ses poings sur vos i.

 

Patrice Houzeau

Hondeghem, le 25 septembre 2016.

Partager cet article

Repost 0
Published by PATRICE HOUZEAU - dans TRISTAN CORBIERE EN POETE PUNK
commenter cet article

commentaires

Recherche