Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 octobre 2013 6 26 /10 /octobre /2013 02:15

AVEC COMPOTE

 

1.
Dans le clip de la chanson "Here Comes The Rain Again", la chanteuse rousse à cheveux courts - la belle Annie Lennox - suit un moment le vol d'une dame blanche.

 

2.
Il voulut se lever, mais comme il n'avait pas de lit, il retomba dans le néant, où quelque dieu de fatigue l'avait plongé.

 

3.
J'ai parfois participé à des jurys littéraires. Moi qui n'aime pas lire ! L'ennuyeux, c'est quand ils sont bons, les textes, faut se les farcir jusqu'au bout.

 

4.
Il eut le temps de dire : "Je suppose que" avant que, dépassant les plus pessimistes de ses suppositions, le réel lui coupe - tchak - le sifflet.

 

5.
Comme elle avait fini son petit déjeuner, elle se demanda comment ça s'fait-y qu'elle avait des poils plein la bouche et un chat égorgé sur le carrelage.

 

6.
J'aime lire des textes lourds et prétentieux, ils me donnent envie d'écrire des sottises, de tâter du n'importe quoi, de défendre et d'illustrer l'art de l'aporie, cependant que la lecture de Alice au Pays des Merveilles me découragerait plutôt : comment rivaliser avec tant de virtuosité et de feinte légéreté ?

 

7.
"C'était l'armoire qui troublait" : Ces premiers mots du chapitre XVI de la traduction par Claire Durivaux d'un roman d'Agatha Christie (A l'hôtel Bertram, Club des Masques n°104) me donnent à songer qu'une armoire qui trouble, en soi, c'est déjà curieux, et plus curieux encore quand la phrase complète nous apprend que ladite armoire troublait un chanoine du nom de Pennyfather. Franchement, ça s'invente, ça ?

 

8.
Les yeux limpides de la jeune fille filaient si vite dans l'air léger qu'elle en perdait haleine, la demoiselle, à courir après son regard sans visage.

 

Note : Je tire ces yeux-là du même A l'hôtel Bertram (cf bref précédent) et puis je suis tout joyeux car Télé Mélody repasse une série de Guy Lux cuvée 1979, avec Sheila qui chante Love Me, Baby (with emotion), c'est marrant.
 

Note bis : Eh non, je n'écoute pas forcément du Stravinsky ou du Bartok quand je compose mes drolatismes. Je devrais peut-être. Des fois je le fais. Des fois pas. A part ça, j'ai fait de la compote de pommes tout à l'heure, des pommes de mon pommier; elle est bonne, ma compote.
 

Note ter :
- "Guy Lux, Sheila, de la compote de pommes... Vous vous contentez de peu, mon cher Houzeau !
- Ben oui... Pas vous ?"

 

9.
A la porte, il voulut sonner, mais comme il n'y avait pas de sonnette, il décida de toquer, et donc toqua, mais en l'absence du bois dont on fait les portes, il tomba dans un vide sans escalier de secours, ni même une concierge.

 

10.
Comme il ne pouvait pas réfléchir, il ne comprit jamais pourquoi on le mit au rebut, parmi tout un tas de couteaux sans manches, de becs sans gaz, de romans sans mots, de pianos sans doigts et de murs sans oreilles. Cela, dit-on, le brisa.

 

11.
Dieu, il est immortel tout seul.

 

12.
A force de zarathoustrer, il fut rendu au haut d'la montagne, oùsqu'il se les cailla sec, puis il zarathoustra derechef, et s'en fut devant la grande flotte salée, oùsqu'il y a des noyés dedans, et là, seul, près des falaises, face au grand crachat, il se demanda s'il verrait l'Angleterre, et, comme il avait faim, il eut envie de boudin noir, de frites dorées et de compote de pommes.

Note : Les initiés verront dans ce bref un travestissement éhonté (si ! si ! et j'assume !) d'un passage du chef d'oeuvre de Nietzsche (cf Le Voyageur dans la troisième partie de "Ainsi parlait Zarathoustra"), car j'aime bien lire du Nietzsche quand il y a Sheila à la télé.

Patrice Houzeau
Hondeghem, le 26 octobre 2013

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Recherche