Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 août 2013 3 07 /08 /août /2013 05:43

BYE BYE LES FEES
En millefeuilletant "Les Amours jaunes " de Tristan Corbière.

 

Note : Millefeuilleter, c'est parcourir un livre en mangeant un millefeuille. Eh bien, i faut pas faire, qu'on en fiche partout dans le chef d'oeuvre de la crème.

 

1.
"Insomnie, impalpable Bête !"
(Insomnie)
 

L'insomnie est comparée à une "impalpable Bête", une bête que l'on ne peut attraper, que l'on ne peut donc pas maîtriser, une imprévisible, une guetteuse.

 

"N'as-tu d'amour que dans la tête ?"
(Insomnie)

 

L'amour, une pure vision de l'esprit. Une folle-du-logis, qui secoue le cocotier qu'on a dans le bocal, une fantaisie, une fantasque, une girafe, une impossibilité dans la vie réelle. L'insomnie n'est pas une amoureuse. Au contraire, elle a un "mauvais oeil", elle maudit.

 

"Insomnie, impalpable Bête !
N'as-tu d'amour que dans la tête ?
Pour venir te pâmer à voir,
Sous ton mauvais oeil, l'homme mordre
Ses draps, et dans l'ennui se tordre !...
Sous ton oeil de diamant noir."
(Insomnie)

 

Quant à "l'oeil de diamant noir", il vous donne une drôle de mine.

 

2.
Dans le poème Paria, le narrateur déclare que puisque sa patrie est en terre, son os ira bien là tout seul. La patrie est donc faite de terre et est essentiellement une matière. Le poème fait du squelette un "os" ; la partie est prise pour le tout, en manière de plaisanterie sur la nature de l'humain. Qu'est-ce que l'humain ? - Un os.

 

3.
"C'est tomber, sur mon âme !
           Bien bas !"
(Tristan Corbière, Gente dame)

 

Peut-on tomber sur son âme, comme on tombe sur son nez, ou sur ses fesses ?

 

4.
"L'heure est une larme."
(Corbière, Heures)

 

Est-ce que le temps pleure ? Prendrait-il des fois les humains pour des mouchoirs ?

 

5.
"A la pochade du bon Dieu !"
(Idylle coupée)

 

Splish ! Splash ! Frout-frout... swich-swich... C'est-y pas torché, l'univers ? C'est-y pas peint ?

 

6.
"- Vous vous engommerez après. -
(Déleuner de soleil)

 

Oui, parce qu'en attendant, il y a le bois à rentrer.

 

7.
"Et, tout bas, il vous dit, de murmure en murmures"
(Le Fils de Lamartine et de Graziella)

 

C'est long, ça, de "murmures en murmures" ! Y a intérêt à c'que ça soye intéressant !

 

8.
"Le souvenir qui hante"
(Libertà)

 

Nature hantante du souvenir. Il se glisse dans les corridors de votre tête. Il ulule, il houhoute où ? où ?  où qu't'es donc passé(e) ?

 

9.
"Laissons venir la Muse"
(Libertà)

 

On lui offrira un quartier de tarte.

 

10.
"Plus tard, tu colleras sur papier tes pensées"
(A un Juvénal de lait)

 

Les pensées, vaut mieux les fixer, sinon, elles filent comme des papillons, paroles en l'air, des airs de rien, - et dans le désert de rien, y a ni grand monde, ni grand chose - des sorcières à balais, des à l'anglaise, des hop là sont parties, bye bye les fées.

Patrice Houzeau
Hondeghem, le 7 août 2013

Partager cet article

Repost 0
Published by PATRICE HOUZEAU - dans TRISTAN CORBIERE EN POETE PUNK
commenter cet article

commentaires

Recherche