Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 juin 2013 2 18 /06 /juin /2013 09:00

C'EST-A-DIRE QUE LE REEL
Fantaisies spéculatives en parcourant Le réel et son double, de Clément Rosset, folio essais n°220.

 

1.
"simple écorce du réel"
(Clément Rosset, Le réel et son double, p.71)

 

Simple le réel et pas si simple, une
Ecorce, quel citron ! et
Du réel plein le citron on en a, du
Réel, c'est-à-dire du c'est-à-dire.

 

2.
"la série de tous les instants passés dans le seul instant présent"
(Le réel et son double, p.83)

 

La suite des choses, la
Série des choses,
De toutes les choses, de
Tous les possibles, de tous
Les éventuellements, de tous les
Instants où l'on aurait pu, de tous les
Passés, un mur qui s'effrite
Dans la persistance à être un mur et
Le constat de son effritement,
Seul parmi tant d'êtres,
Instant parmi tant d'instants,
Présent dans tant de présents.

 

3.
"c'est-à-dire que le réel"
(Le réel et son double, p.23)

 

Clément Rosset a raison : le réel est un c'est-à-dire, et ce n'est que dans le c'est-à-dire que réellement le réel manifeste sa réalité.

 

4.
"que le destin, par élégance ou par paresse"
(Le réel et son double, p.24)

 

Que de destins se nouent dans
Le fictionnel ! Il en grouille partout, du
Destin, masques à venir, grand comme
Par hasard... Oedipe au carrefour...
Elégance d'ombre... style... panache...
Ou mordante ironie, qui vous lâche plus, ou,
Par souci de ne pas se prendre la tête,
Paresse qu'on a à laisser passer le monde.

 

5.
"l'impossibilité pour l'objet sensible de se dupliquer en un autre objet sensible qui serait en même temps lui-même (thèse du Cratyle)"
(Le réel et son double, p.58)

 

On tombe amoureux de ce que l'on ne sera pas, comme on déteste ce que l'on aurait pu être.

 

6.
"La femme sans ombre est la femme avec double"
(Le réel et son double, p.90)

 

La femme n'avait point d'ombre ; la
Femme, son ombre, le loup l'avait dévorée
Sans doute... Son
Ombre, le vent de la nuit l'avait arrachée ;
Est devenue ombre elle-même,
La femme, ombre de l'autre réel, la
Femme, l'ombre qui suit,
Avec des yeux de fantôme, le monde qui la
Double et qui s'enfuit, et qui l'emporte au diable.

 

7
Le jazz, en soulignant, avec une constante inventivité, que le rythme est un passage, ainsi que chaque note, chaque mesure, chaque frappe de cymbale, rappelle à quel point il est nécessaire d'être virtuose pour bien passer le temps.

 

8.
"A lui le réel, à moi l'ombre."
(Le réel et son double, p.91)

 

C'est là la base de cette jalousie, que je connais si bien, de cette certitude, qui confine parfois à l'irrationnel, que certains autres vivent une vie plus vivante, une vie plus réelle que la mienne, et qu'il y a dans cette différence entre lui et moi, une différence d'origine sociale, certes, mais aussi une différence dans l'être même de nos existences, comme s'il était, de toute façon, plus apte que moi, plus courageux, plus intelligent, plus vif, plus fort, plus solaire, alors que moi, évidemment, je me glisse si facilement dans la peau d'une ombre. Il n'y a guère que l'arrogance et la certitude de mon talent qui me sortent de cette impasse : se comporter comme si nous avions bouffé le sphinx, cela agace ces êtres qu'aucune énigme ne semble atteindre.

 

9.
"peindre des choses, et non des événements."
(Le réel et son double, p.110)

 

Peindre non pas des circonstances, mais
Des êtres ; peindre non pas des paysages, mais ces
Choses qui nous traversent, arbres, prés, vaches, rivières,
Et peindre non pas un masque,
Non pas un bal, mais la face d'énigme
Des masques et des bals, peindre non les
Evénements de la basse-cour, mais le fantôme.

 

10.
"peindre des choses, et non des événements"
(Le réel et son double, p.110)

 

C'est ainsi qu'on lui botte le cul, à la gueuserie politique.

 

Patrice Houzeau
Hondeghem, le 18 juin 2013

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by PATRICE HOUZEAU - dans FANTAISIES SPECULATIVES
commenter cet article

commentaires

Recherche