Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 juillet 2013 6 06 /07 /juillet /2013 03:09

DU BROUILLARD SE DISSIPANT
En feuilletant Poésies III, Federico Garcia Lorca, Poésie/Gallimard n°30. Citations entre guillemets. 

 

1.
"avec la ville endormie dans sa gorge."

 

C'est surtout au niveau du clocher que ça doit bloquer.

 

2.
"la gourmandise de l'herbe"

 

C'est qu'elle est gourmande, la verte, goulue des fois, faut le voir pour le croire les passants qu'elle glope, et les cavaliers donc, chevaux et sabres au clair.

 

3.
"les fausses coupes, le poison et la tête de mort des théâtres."

 

Les fausses coupes aux fausses amitiés
Le poison que l'on verse dans les mots
Et la tête de mort qui se promène partout
Des théâtres aux maisons vides où l'on attend.

 

4.
"Par les gorges surgissaient
tous les défunts du brouillard."
(Chant pour Notre-Dame à la barque)

 

Par les gorges ils revinrent ils
Surgissaient du passé des éventrés
Tous les défunts tous les sans nom
Du brouillard une scène de cauchemar
Du brouillard les morts revenants
Du brouillard une légion perdue
Par les gorges ils revinrent ils
Surgissaient sous les paupières de l'historien
Tous les défunts tous les effarés
Du brouillard une scène de cauchemar
Du brouillard et de sa lune morte
Du brouillard se dissipant.

 

5.
"Tout au long des rues infinies"

 

On va infiniment dans ces rues là, forcément, infiniment, qu'on s'en rend même pas compte peut-être, et que les rues infinies toujours reviennent, en boucle, serpents circulaires, et que l'on croise infiniment les mêmes visages, les mêmes gens infinis, que l'on ne reconnaît infiniment pas.

 

6.
"et nous vécûmes cent ans dans un couteau."
(Paysage avec deux tombes et un chien assyrien)

 

Et nous nous regardions dans sa lame.

 

7.
Le titre "Paysage avec deux tombes et un chien assyrien" est singulièrement évocateur. Paysage crépusculaire sans doute, ou écrasé de soleil. Paysage de terre sèche, sombre, illunée. Et dans cette lune, l'ombre d'un chien, plus immense, le fantôme d'un hurlement.

 

8.
"nous verrons la résurrection des papillons disséqués"
(Ville sans sommeil)

 

Et aussi de très anciens entomologistes en redingote, barbe, lorgnon, filet à papillon, poussière pourchassant de la poussière.

 

9.
"Mais ce ne sont pas les morts qui dansent,
j'en suis sûr."
(Danse de la mort)

 

Mais dans ces maisons claires
Ce ne sont pas des squelettes ce
Ne sont pas des revenants ce ne
Sont pas des pourrissants
Pas des agités des vers pas
Les cadavres pas les
Morts qui au son des chansons
Qui au son des syllabes masquées
Dansent dans ces maisons claires
J'en sais quelque chose je 
Suis parmi eux et j'en suis aussi
Sûr que la perte de mon ombre.

 

10.
Et, au bout du bras du cavalier, le sabre au clair soudain s'effrita, tomba en poussière et se fit sable. Ainsi des mots qui retournent en poussière aussi bien que les bouches. Charges, sabres, syllabes, lèvres, tête, armée, poussière, poussière, sable.

 

Patrice Houzeau
Hondeghem, le 6 juillet 2013

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Recherche