Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 juillet 2013 2 23 /07 /juillet /2013 22:03

DU QUASI TOUT ET DU DEJA
(En feuilletant le hors-série que l'Histoire et Marianne consacrent au Corto Maltese de Hugo Pratt, juillet 2013).

 

1.
p.48 : Corto et son interlocutrice ont tous deux les yeux baissés. Son interlocutrice s'appelle Banshee. Et Corto lui demande de confirmer que ce nom de Banshee renvoie au malheur, au porte-poisse. C'est que les  banshees "sont des sorcières de mauvais augure" répond la fille en vert. Il y a du vent. Des feuilles mortes y filent. Les vivants y filent aussi, peu à peu éparpillés, lentement dissous dans l'air. Corto et sa Banshee aussi.

 

2.
p.62 : Pleine page. Très peu de lignes. Paysage de neige. Quelques cavaliers lointains. Abstraction. Il s'agit sans doute de la Russie de 1917, au moment où "le baron Ungern-Sternberg écume la région à la tête de sa "Division sauvage" (p.63) mais la pleine page ne le précise pas. Cavaliers stylisés parcourant la ligne claire, occupant un espace perdu, un empire du blanc, se frottant à la mort jusqu'à s'y fondre.

 

3.
"Bizarre... On dirait des caractères runiques..."
(p.77 [Corto])

 

  Bizarre... bin oui, c'est dans le bizarre qu'il oeuvre Corto.
  On voit qu'il soliloque dans sa tête aux petites bulles blanches qui s'échappent du phylactère il soliloque et il dit que c'est bizarre, il regarde une tête de lion, une statue sous le croissant de lune On
  Dirait que ce sont des flammes couchées lissées qui tissent la crinière du lion il a les yeux baissés le flamboyant comme si lui aussi il soliloquait en dedans de lui-même peut-être que l'être se tient dans ce monologue intérieur, peut-être que le monologue intérieur est la façon dont l'étant, qui est parfois si bruyant, manifeste son être.
  Des signes qu'il a sur son épaule le lion, des gravés que c'est ça, ces signes, qui l'épatent, le marin, des signes bizarres des
  Caractères runiques que ça lui semble à Corto (il a beaucoup lu, comme Hugo Pratt dit-on, aussi qu'il avait une bibliothèque incroyable dit-on, aussi que ce fut l'un des plus documentés parmi les dessinateurs de bandes dessinées dit-on, aussi qu'il fut un grand voyageur dit-on)
  Runiques les caractères, c'est saxon non ça les caractères runiques, ou viking peut-être je vas vérifier, attendez un instant... bon, Wikipédia i dit comme ça que le runique ça servait aux Anglo-Saxons à écrire le "vieil anglais" et aux Scandinaves le "vieux norrois" tout ça ne nous dit pas ce que font ces caractères runiques gravés sur l'épaule d'un lion de Venise que ça fait penser à une histoire à la Borges que j'en ai comme l'écho d'un Saxon tout armé peau de bête sombre et grounch grommelant des runes en méditant sur le quasi tout et le déjà ça.

 

4.
"Es-tu la Rose alchimique ?
- Oui, tu me cherchais ?"
(p.101 [Corto / La Rose])

 

  Es-tu ceci cela cela ceci ? Es-
  Tu ? Quand on s'interroge, c'est sur l'être que voyez moi au départ de ce texte je me demandais dois-je écrire "es-tu ce que nous rêvons ?" ou "es-tu ce dont nous rêvons ?" que je m'en pose voyez des questions sur l'être de
  La langue ou de la
  Rose celle qu'on dit
  Alchimique je sais pas ce que ça veut dire que la rose est le symbole d'un savoir occulte donc que c'est joli la rose pis épineux pis éphémère
  Es-tu ce que nous rêvons ?
  Es-tu ce dont nous rêvons l'être ?
  Oui qu'elle répond la Rose car dans les aventures de Corto Maltese ça prosopope parfois que dans les rêves en fait on ne les entend pas parler, les objets ; en tout cas moi j'ai pas souvenance d'en avoir rêvés, des objets jacteurs, que c'est propre à ce rêve éveillé que l'on appelle la fiction de les faire se mettre à table, les objets
  Tu causes tu causes c'est tout ce que tu qu'elle
  Me dit peut-être la Rose
  Tu causes tu causes et pis des catastrophes qu'elle
  Me dit peut-être la Rose que je regarde dans la case de papier où Corto Maltese demande
  "-Es-tu la Rose alchimique ?
  - Oui, tu me cherchais ?" qu'elle répond la Rose
  Tu me cherchais comme si elle ne connaissait pas, déjà, la réponse.

 

Patrice Houzeau
Hondeghem, le 23 juillet 2013

Partager cet article

Repost 0
Published by PATRICE HOUZEAU - dans NOTES SUR LA BANDE DESSINEE
commenter cet article

commentaires

Recherche