Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 mars 2012 2 20 /03 /mars /2012 18:45

EN LISANT CHRISTINE LAVANT (11-15)

QUELLE TRISTESSE, L'ILLUMINATION !

Les citations de cette page sont extraites du recueil Les Etoiles de la faim (Orphée / La différence n°166). Les vers de Christine Lavant figurent entre guillements. Leur traduction par Christine et Nils Gascuel figure en italiques.

11.
Les maisons s'alimentent de nos présences. Sans nous, elles dépérissent, se ruinent comme des créatures de la nuit privées de sang.

12.
"So traurig geht Erleuchtung vor." (p.56)
("Quelle tristesse, l'illumination !")
Outre que l'illumination la plus enluminante ne vaut pas un sac d'écus ou une amitié sincère, il est que l'illumination n'est souvent qu'une révélation purement subjective. Les intuitions géniales sont rares et concernent des esprits hautement spéculatifs. Les poètes sont voués à la gourance, et pas assez sérieux et constants dans le réflexif pour intuitionner efficace. Quant aux mystiques, s'ils sont grands, c'est par leurs écrits. De leurs extases et ravissements, comme nous n'y étions pas, que pouvons-nous sérieusement en penser ?

13.
"Der Mond geht verrückt auf und nieder" (p.76)
("La lune follement monte et descend")
Sur une portée baroque alors, la lune, qui "follement monte et descend", flûte muette, cymbale sans vibration, gong clos, tout aussi bien pierre à aiguiser ("Wetzstein"), faucille ("Sichel"), sabre turc ("Türkenschwert"), masque d'un opéra à merveilles, d'un Enlévement au sérail fantasmatique.

14.
"... den Tanz im Gedächtnis" (p.44)
("la danse dans la mémoire")
Le cloué au fauteuil, le foudroyé a-t-il cette "danse dans la mémoire", cette rythmique des corps dont la vision allège l'esprit tandis qu'il y a tant de lourds fâcheux qui, sur leurs deux jambes, viennent vous casser les pieds ?

15.
L'insolence n'est efficace que lorsqu'elle est virtuose. "Monseur Houzeau, il a acheté ses dents dans un magasin pour Halloween" a balancé récemment un élève (précisément le vendredi 27 janvier 2012 à 15 heures 35, dans le couloir, après la récréation). J'ai encaissé. J'ai baissé la tête. J'ai mis un mot sur le carnet de correspondance. Néanmoins, un tel esprit mérite d'être encouragé. Faudra que je me débrouille pour lui mettre prochainement une bonne note.

Patrice Houzeau
Hondeghem, le 20 mars 2012



 

Partager cet article

Repost 0
Published by PATRICE HOUZEAU - dans LES GERMANIQUES
commenter cet article

commentaires

Recherche