Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 avril 2013 6 27 /04 /avril /2013 08:31

ET PAS AUTREMENT

 

1.
Vivre, surmonter ses déceptions ; ne pas être soi-même trop décevant. Passer sa vie devant une toile merveilleuse dont peu à peu s'effacent les figures, pâlissent les couleurs, tombent les masques, pour laisser apparaître peu à peu sa propre face, disparaître.

 

2.
"L'Espoir ! toujours l'espoir !"
(Jules Laforgue, L'Espérance)

 

L'Espoir ! toujours l'espoir ! qu'il dit le Poète Jules. C'est vrai que sans l'espoir, on aurait quoi ? La queue entre les jambes, comme le loup de la fable, qu'on se rêve si facile loup des steppes, et puis qu'on est que loup des fables, mais que, quand même, des fois, ils sortent des rimes, les loups, puis ça fait du crime un peu partout ; c'en est désespérant.

 

3.
"- Prés et bois vendus ! Que de gens,
Qui me tenaient mes gants, serviles,
A cette heure, de mes argents,
Font des piles !"
(Laforgue, Complainte des grands pins dans une villa abandonnée)

 

Très drame russe que ça fait, comédie à la Tchékhov que ça fait. Le proprio qui s'a fait rouler par un margoulin & sa propre négligence, un peu trop à discuter des moralistes français, que le temps passait & les bouteilles de vodka aussi les bonnes & les cousins... que le temps passait passa & sans un qu'il se retrouva, prés & bois vendus, et tout le monde qui se sert dans la maison, d'où elle est partie, la belle et si intelligente nièce, même que là, il faudrait un prénom en -a que j'ai pas sous la main tant pis.

 

4.
"Mon coeur... Ah ! pourquoi donc ai-je un coeur ? Ah !pourquoi"
(Jules Laforgue, Litanies de mon triste coeur)

 

Pour qu'il batte en toi et te dise sans cesse pourquoi à toute heure sans cesse pourquoi et te rappelle à toute heure sans cesse pourquoi.

 

5.
Tout est dur et sans coeur et plus puissant que toi.
(Jules Laforgue, Résignation)

 

Et c'est fort heureux, car cela nous permet de cracher, de pester, de douter, nous battre. Quoi ? manquerait plus qu'ça que l'univers i soye miséricordieux, sympathique, aimant. Une catastrophe pour la révolte existentielle !

 

Ceci dit, je me demande bien ce que ça veut dire révolte existentielle, une révolte qui vous tient lieu de projet d'existence ? Sais pas moi ; la révolte c'est tout de même bien fatigant... bah ! c'est un truc de héros, ça, une manière d'améliorer le sort des humains, ou pas d'ailleurs. Un héros est-il fatal qu'il soit bénéfique ? Je m'demande. En attendant, y a là-haut un drôle de trou, là-haut... au loin... là haut... au loin loin loin... L'aspirateur des Ténèbres... là... Un de ces jours, notre héroïque planète, il va l'aspirer, l'aspirateur, & zou on pass'ra trappe trou à tarte du néant.

 

6.
"C'est qu'il croit à l'Enigme et qu'il espère encor."
(Jules Laforgue, L'Espérance)

 

C'est de cet amour des énigmes que l'humain tire sa science, et sa fantaisie de l'infini des possibles du langage. C'est pas Dieu qui tient son empire dans les syllabes ; c'est la foule des figures mystérieuses, des démons & des anges, des autres & des nombres; fort peu disciplinée foule, et tapageuse, et remuante.

 

7.
"Dire que Tout est un Très-Sourd Mystère"
(Laforgue, Complainte des Mounis du Mont-Martre)

 

Tout est dire. Que Très-Sourd Mystère. Le Sphinx, pourtant, a des oreilles. C'est un trait d'union entre l'énigme et nous, un go-between. D'ailleurs, le Sphinx nous en connaissons un bout sur lui, et rien des mystères qu'il défend.

 

8.
"Comme ils sont beaux tous deux ! Comme elle a les pieds grands !
Lui les a plus petits, mais odoriférants,
Dam! les grandes chaleurs... Vous savez... On transpire..."
(Laforgue, Idylle)

 

Leçon de littérature: Il ne suffit pas de dire que Lasticot (c'est son nom) et Justine beaux, tous deux, qu'ils sont, Justine, de grands pieds qu'elle a ; pour lui, de plus petits, certes, mais odoriférants, puisqu'ils transpirent, cause les chaleurs... Encore faut-il dire ça en rythme, des douze-syllabes, et que tout ce trivial en soit différent, que ça en devienne plus intéressant qu'une bête comparaison entre deux péquins de base, dont les carcasses traînent depuis belle lurette là où nul n'a plus besoin de pieds.

 

9.
Le vers justifié remplace la plume de jadis. Il permet de réfléchir à ce qu'on écrit car, étant obligé de compter ses espaces, on fait rature sur rature ; ce qui pousse à cogiter & puis à se concentrer aussi.

 

10.
"Il fait nuit. Au dehors, à flots tombe la pluie."
(Laforgue, Intérieur)

 

C'est bête, mais j'aime cet écho qu'avec la nuit fait la pluie. C'est pas d'la grande littérature dites-vous; moi, ça me suffit, ces petits riens de tout que je pique ici et là & j'vous les laisse, les grandes oeuvres qui donnent à penser et qui me font perdre mon temps, et oublier le goût que j'ai de la pluie qui tombe la nuit sur ce monde qu'il faut bien que je hante, car c'est comme ça et pas autrement.

 

Patrice Houzeau
Hondeghem, le 27 avril 2013

Partager cet article

Repost 0
Published by PATRICE HOUZEAU - dans LE GRAND JULES LAFORGUE
commenter cet article

commentaires

Recherche