Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 mars 2013 6 23 /03 /mars /2013 15:20

ET QUI GAZOUILLAIENT DRÔLEMENT

 

1.
Elle était aussi froide que la lune à la corvée de cimetière.

 

2.
Le réel se nourrit de la promesse du réel.

 

3.
Il rêvait tellement d'être là-bas que ses yeux fuyaient son visage, et qu'il lui fallait sans cesse les rattraper avant qu'ils se sauvent dans le je ne sais où du dehors.

 

4.
"Avec le temps, va, tout s'en va" dit l'une des plus belles chansons du siècle, et on a beau crier, appeler, appeler, appeler, rien ne revient. Le passé nous abandonne au présent.

 

5.
Dans Apocalypse Now, de Francis Ford Coppola (1979) cette réflexion intéressante sur la liberté :
"J'ai accepté la mission, comme si j'avais eu le choix."

 

6.
Elle était tellement nocturne, singuliérement nocturne, que si soudain un piano lui était apparu dans les mains et avec lui, un recueil de pièces de Satie, on n'en aurait pas été autrement surpris.

 

7.
L'air était plein de morsures comme s'il s'était enfourné la mâchoire d'un vampire.

 

8.
Il était chevelu, c'est bien simple, on aurait dit un arbre, avec des zoziaux dedans, et qui gazouillaient drôlement...

 

9.
Des fois, ils sont tellement ravagés qu'ils écoutent du Wagner en mitraillant des gens. C'est Orange Mécanique revu par Coppola. Comme quoi, la musique sert à tout.

 

10.
Le passé est la matière première du mystère. Le sphinx ouvre la porte à celui qui a résolu l'énigme. Dès lors, une nouvelle période de sa vie s'ouvre au voyageur.

 

Patrice Houzeau
Hondeghem, le 23 mars 2013

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Recherche