Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 août 2013 1 05 /08 /août /2013 06:40

J'AIME A SPLEENER MUSICAL
Contrevers inégaux

 

1.
Il y a dans une rue que je connais pas il
Y a dans une ville où je ne m'arrête pas il y
A dans un temps qui n'est pas le mien il y a
Une fille dont je ne connais pas le nom une
Fille qui passe dans une flaque de lumière
Que le temps efface et puis qui revient
Je n'étais pas dans cette flaque Je
Ne vois cette flaque que parce que j'y pense je ne
Connais pas cette ville je ne connais
Pas ce pays je ne connais pas cette langue
Et le temps emporte ses morceaux de réel
Un fleuve passe un autre le remplace
Liquide le temps liquide comme le sang que le
Métal fait couler ici et là dans ce monde assez
Fou pour qu'on le prenne au sérieux.

 

2. "- Seul - mais toujours debout avec un rare aplomb"
(Tristan Corbière, Le poète contumace)

 

Seul chonchi ronchon rachant dérachant chagrin
Mais enviant le jump vivu aigu pointu car
Toujours quand il gorgogne il déploie son lucide
Debout contemplant la mer qui fait planche grise
Avec dans s'tête un pack de crabes scaramouches
Un pack de crabes qui tricotent des chansons
Rare y est la mélodie et sèche et cassante
Aplomb d'chacal aplomb claque aplomb d'chacal a-
Plomb claque aplomb d'chacal aplomb claque aplomb a.

 

3.
"Je grogne malgré moi - pourquoi ? - Tu n'en sais rien..."
(Tristan Corbière, Sonnet à sir Bob)

 

Je suis varan, et si gong ; je suis cassant et je
Grogne ; je suis tout en grogne ; grogne est mon je;
Malgré la souple soie du soleil, le clair sourire,
Moi, je déplace avec moi mon mur d'ombre et de grogne
Pourquoi ? Parce que je suis parce qu'assez ri ; moi,
Tu ne sais pas quel moi tourne en moi son loup ; moi, tu
N'en reviendrais pas de me voir m'effriter ; tu le
Sais pourtant qu'on peut donner sa langue à la grogne, à
Rien d'autre qu'à ce son sourd noyé dans la fanfare.

 

4.
"Ma girouette dérouille en haut sa tyrolienne"
(Tristan Corbière, Le poète contumace)

 

Ma pomme a l'arc tendu comme violon j'ai la
Girouette qui crécelle pis groince et grince et
Dérouille sa carouille et fait grouiller les dépouilles
En deux temps trois hop là s'armontent les arlecouilles
Haut la tête qu'ça tombe sans rouler sous la pluie
Ma pomme trop qu'elle carabistouille
Girouette cinoche elle vous voit trop look of love elle
Dérouille de vieux rossignols et

En v'là tiens du singin' in the rain
Haut la tête j'vous dis sans rouler sous la pluie
Sa mouillée carouille j'vas lui r'faire la dénonce
Tyrolienne façon, le vent en accordéon.

 

5.
J'aime à spleener musical
A chanter en dedans faux
Débiter d'la recommence
Des tangos d'assassins des
Rengaines à ressac des
Rengaines pour piano claque
Des chagrins en couplets et
Débiter d'la girouette
A passer le temps qui coule
J'aime à spleener musical.

 

6.
Il y a dans une strasse que j'coince point il
Y a dans une cité où j'me stoppe pas il y
A dans un temps sans trotteuse il y a
Une fille à l'appellation non contrôlée une
Fille qui passe dans le poinçon clair des flaques
Que le temps délète et puis qui trollent quand même
Je la hante pas cette flaque Je
Ne vois cette flaque qu'en caboche je la
Connais pas cette cité je le connais
Pas ce landerneau je le connais pas ce langage
Et le temps fiche à l'huche tous les vieux miroirs
Un quidam passe un autre le chasse
Liquide le temps liquide il nous emporte restent le
Métal et les araignées qui trottent dessus un chien
Braque nous regarde pis nous on caravane.

 

Patrice Houzeau
Hondeghem, le 5 août 2013

Partager cet article

Repost 0
Published by PATRICE HOUZEAU - dans CONTREVERS
commenter cet article

commentaires

Recherche