Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 avril 2013 4 25 /04 /avril /2013 16:50

JE ME DIS QU'ELLE EST BELLE
Fantaisie sur le troisième quatrain de L'Amour
du mensonge
de Baudelaire.

 

Je me dis : Qu'elle est belle ! et bizarrement
fraiche !
Le souvenir massif, royale et lourde tour,
La couronne, et son coeur, meurtri comme une pêche,
Est mûr, comme son corps, pour le savant amour.
(Baudelaire, L'Amour du mensonge)

 

Je me dis : Qu'elle est belle ! et bizarrement
fraîche ! Le bizarrement est épatant c'est une
Ironie certes un éloge aussi une manière de la
Placer comme hors du temps la si belle elle si
Souvenir le mot étonne résiste un peu quand on
Analyse J'entends quelque chose de superbe une
Chanson jouée par le Count Basie Orchestra une
Chanson son titre c'est That Kind Of Woman une
Chanson si cool et si swing et si brève que si
Vous passez par elle arrêtez-vous y ça vaut le
Coup donc Le souvenir massif qu'il dit Charles
Voilà qui en impose & je suppose qu'elle n'est
Pas une nymphette la dame et chère indolente &
Pas n'importe qui royale et lourde tour pas du
Commun ça pas du boudin qui court les rues pas
Du tube digestif à rouge à lèvres mais du fort
De la femme du corps de la ronde avec couronne
Qu'il écrit même que si ça se trouve il berlua
La dame en question la rêva reine dans une vie
Antérieure décalé Baudelaire pas synchrone pas
Dans la vraie vie celle des gens ordinaires ou
Pas si ordinaires que ça d'ailleurs ordinaires
Qu'est-ce que ça veut dire ordinaires c'est de
L'illusion ça le normal mystérieux les gens et
Gouffres et corbeaux loups renards les gens et
Qui font ce qu'ils peuvent et bien autre chose
A penser que la poésie et toutes ces écritures
Là qui servent à rien qu'ils ont les gens même
Qu'ils sont pas si méchants même si certains i
Faudrait pas trop s'y fier mais justement l'or
Et l'argent servent à la faire se rendre utile
La communauté des autres et c'est comme ça que
L'on évite bien des crimes voyez donc c'est un
Souvenir Madame et même un souvenir à couronne
C'est vous dire mais le poète lui bien sûr pas
Qu'on la lui fait a l'oeil voit tout vois-tu &
Connaît son secret à l'autre royale là qu'elle
A le coeur meurtri comme une pêche si j'essaie
De me représenter ce coeur en fruit meurtri ça
Me semble assez dégoûtant cette histoire comme
Quoi sous son sein lourd la dame son palpitant
Serait pêchu avec des coups dedans même que le
Noyau on lui verrait peut-être bien vous voyez
Où ça nous mène hein tout ce bazar c'est-y pas
Glauque de reluquer les belles dames mélomanes
Et tout qui vont innocemment à l'opéra écouter
Ténors sopranes barytons débiter de la passion
En déduire qu'elles ont pêche mûre au coeur et
Que leur corps il est mûr aussi pour le savant
Amour qu'il appelle ça le poète que c'en est à
Se demander qu'est-ce que c'est qu'ça encore à
Mon avis c'est du pur jus d'cerveau fantasme &
Co cérébral dans la galipette le Baudelaire je
Soupçonne ça ce qui n'empêche pas le talent la
Beauté des énigmes :

 

Es-tu le fruit d'automne aux saveurs souveraines ?
Es-tu vase funèbre attendant quelques pleurs,
Parfum qui fait rêver aux oasis lointaines,
Oreiller caressant, ou corbeille de fleurs ?
(Baudelaire, L'Amour du mensonge)

 

Patrice Houzeau
Hondeghem, le 25 avril 2013

Partager cet article

Repost 0
Published by PATRICE HOUZEAU - dans BAUDELAIRE
commenter cet article

commentaires

Recherche