Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 avril 2013 3 24 /04 /avril /2013 23:19

LORSQUE ME VIENT LA PEUR

 

"When I have fears that I may cease to be"
(John Keats)

 

"Lorsque me vient la peur de pouvoir cesser d'être"
(traduction : Robert Davreu)

 

When I have fears that I may cease to be John
Keats commence un poème ainsi avec cette peur
De ne plus pouvoir être de cesser d'être peur
Commune à vrai dire et que nous passons notre
Temps à chasser en nous agitant comme si nous
Faisions conjuration comme si dans nos gestes
Les plus simples les plus triviaux il y avait
Ce refus de se laisser envahir par le Memento
Mori des classiques & comme si nous méritions
Cette éternité John Keats évoque itou le ciel
Etoilé the night's starred face sur lequel il
Déchiffre quelque haute romance épique saga à
Nuages qu'on dirait à y zieuter une charge de
Chars antiques à chevaux puissants et sombres
Se mêlant à une bataille que l'on ne comprend
Pas où les clans changent de camp en fonction
De l'intérêt des divinités qui les meuvent Il
Y a l'expression the magic hand of chance qui
Induit l'image mentale d'une main invisible &
Toute puissante aléatoire capricieuse tendant
Les fils qui nous hissent ou nous chutent Dés
Nous roulons sur un tapis où en fin de partie
Nous finissons enterrés Adieu les plaisirs et
Les joies rires et chansons la beauté étrange
D'une féerie créature d'une heure qu'une fois
Passé d'ici à plus nulle part plus jamais ses
Yeux ne la reluqueront la fair creature of an
hour plus jamais ce qui le rend songeur et le
Flanque sur le rivage du monde où le v'là qui
Le narrateur du on y est puis on n'y est plus
Se morose en pensant que l'Amour et la Gloire
sont voués à néant aussi sûrement que le trou
Avale tout nous attend dans l'espace.

 

Patrice Houzeau
Hondeghem, le 24 avril 2013

Partager cet article

Repost 0
Published by PATRICE HOUZEAU - dans VERS JUSTIFIES
commenter cet article

commentaires

Recherche