Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 juillet 2013 2 30 /07 /juillet /2013 00:04

NOTES 31 A 38 SUR L'IRLANDE A BICYCLETTE
Brefs en lisant L'Irlande à bicyclette, de Johann Sfar et Tanquerelle (Editions Delcourt, 2006).

 

31.
Planche 30, le fantôme est enveloppant, sirotant, brolo-brolant.

 

32.
Manger son thon à l'huile à même la boîte, c'est un peu comme profaner une sépulture. Cela ne se fait pas. Pas étonnant qu'elle en est choquée, la fille dévêtue qui fume une longue pipe et porte un ruban au cou. Cela ne se fait pas, c'est tout.

 

33.
Il faut bien avaler le petit navire pour que ça produise son effet elficologique. C'est ainsi que l'on invoque l'Irlande et que soudain, il n'est plus seul.

 

34.
Elle a la chevelure rousse cascadante, ondulante, flamboyante, avec un visage malin, mignon, frimousse. Elle est légère comme l'armure d'une fée cavalière.

 

35.
Le professeur Bell n'est pas aimé des dieux. Il est trop cynique, trop revanchard, trop jaloux, trop imprévisible, trop fantôme à ombre de fantôme, trop regard qui fait peur, trop positiviste et puis impulsif, si impulsif.

 

36.
Curieux comme elle est vert d'eau la fille de Petrus Barbygère. On la dirait pastel, nénuphar en robe lilas, la nana que ça ferait un refrain amusant ça lilas, la nana.

 

37.
Le professeur Bell a unilatéralement remonté le temps. Il n'est donc plus synchrone avec son état civil.

 

38.
Le professeur Bell maintenant est plus petit que lui-même. C'est drôle comme il me fait penser au Little Nemo de Winsor McCay. On dirait qu'il va rêver.

 

Patrice Houzeau
Hondeghem, le 29 juillet 2013

Partager cet article

Repost 0
Published by PATRICE HOUZEAU - dans NOTES SUR LA BANDE DESSINEE
commenter cet article

commentaires

Recherche