Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 juillet 2013 1 22 /07 /juillet /2013 04:51

OU QUI JETTE SA MAIN AVEC SON COUP DE DES

 

1.
"Je ne sais comment je dure,
Car mon dolent coeur fond d'ire"
(Christine de Pisan, Rondeau)

 

Je me fais fort fifre flûte
Ne fais cependant que tintouin et
Sais bien que mon marteau n'est que vent
Comment qu'ils font les autres
Je leur envie leur pure
Dure façon d'être
Car mézigue je n'affronte guère
Mon habitude est de ne pas et
Dolent indolent je demeure dans mon
Coeur comme le lièvre du sonnet qui dort au
Fond d'un pâté je ne suis
D'ire qu'en mon logis au dehors je souris bêtement.

 

2.
"Sots lunatiques, sots étourdis, sots sages,
Sots de villes, de châteaux, de villages,
Sots"
(Pierre Gringore, "Cri" in "Moyen-Age - XVIème", Darcos, Robert, Tartayre, Hachette collection "Perspectives et confrontations", 1987, p.178)

 

Sots y en a des seaux de sots y en a des
Lunatiques des plume-la-lune des jongle-la-lune et
Sots y en a des seaux de sots y en a des
Etourdis des perd-ses-clés des perd-sa-tête et
Sots y en a des seaux de sots y en a des
Sages qui disent ne lisez pas Houzeau c'est un sot.

 

Sots y en a des seaux de sots y a des sots
De monts et de vaux de bourgs et d'oies sots de 
Villes agités remués énervés encombrés sots
De tout poil plume couleur dieu sots de 
Châteaux qui regardent tout de haut sots
De partout d'ici et de là-bas sots de
Villages sots jolis sots fieffés sots coiffés ou pas,

 

Sots de toute façon et voués au grand saut.

 

3.
"De toute mer tout long et large espace"
(Maurice Scève, Délie, 259)

 

De l'étrangeté de ce vers du jeu ancien
Toute mer comme un large espace la
Mer abstraite vidée de ses vagues on dirait
Tout moderne que ça sonne cette évocation du
Long et du large qu'on dit Au large
Et que les humains y vont Au
Large et qu'il l'élargit dans la tête cet
Espace où nous sommes entre toute mer.

 

4.
"Pipeur ou hasardeur de dés,
Tailleur de faux coins et te brûles"
(François Villon, Ballade de bonne doctrine à ceux de mauvaise vie)

 

Pipeur donc truqueur tricheur trompeur
Ou qui jette sa main avec son coup de dés
Hasardeur de châteaux en Espagne et
De mirifiques mirapolis jeteur de 
Dés qu'une main invisible hop escamote
Tailleur dans l'étoffe des songes
De beaux habits en tissu de promesse
Faux-monnayeur car monnaie se disait aussi
Coins que ça se dit encore en anglais ça coins
Et money veut dire argent encore
Te faut-il courir vite si tu ne
Brûles d'amour pour pandore et polichinelle.

 

Note : Tailler dans l'étoffe des songes de beaux habits en tissu de promesse, ah j'en suis fiérot d'avoir trouvé ça que j'espère que quelque politique cultivé la mettra habilement, cette formule, dans un discours et mon nom aussi, tant qu'on y sera.

 

5.
"Pies, corbeaux, nous ont les yeux cavés"
(François Villon, L'Epitaphe Villon)

 

Pies, pis les pies, pis les pies, pis une pluie de
Corbeaux s'abattit sur nos abattis
Nous agonirent nous percèrent nous crevèrent nous
Ont tant plu dessus épluchés que
Les lèvres nous en furent mangées et nos
Yeux becquetés nos nez percés et tout
Cavés de partout nous fondîmes dans la boue.

 

Patrice Houzeau
Hondeghem, le 22 juillet 2013

Partager cet article

Repost 0
Published by PATRICE HOUZEAU - dans CONTREVERS
commenter cet article

commentaires

Recherche