Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 juin 2013 7 23 /06 /juin /2013 05:39

PAR BERU RIEZ !

 

1.
"Les lumières sont froides dans le grand désert."
(San-Antonio, Béru et ces dames, Fleuve Noir, 1967, p.259)

 

Les rues du Paname Sana, l'hiver... Lumières sur la neige, ça fait mystère... Sont silencieuses féeriquement, les rues... Froides fées gelées... Dans le cristal de givre leur robe à paillettes, émiettée magique baguette... Le bleu nuit les souligne au néon... Grand trésor de Paname tout blanc... Désert qu'on y pressent d'la pantomime invisible, du fantôme glissant.

 

2.
"Des gens qui m'aiment, des gens qui tuent, des gens qui turlututent..."
(San-Antonio, Béru et ces dames, p.371)

 

Des cerveaux qui passent, les
Gens, des yeux
Qui vous défriment, y en a même qui
M'aiment bien, paraît, drôle de chose.

 

Des paluches qu'on serre, les
Gens, des pinces, des cognes, des griffes et caresses,
Qui attrapent, attrapent, échappent, y en a même qui
Tuent, c'est vrai, drôle de chose.

 

Des bouches, les
Gens, des baveuses infiniment,
Qui vous en cassent, des mines de sucre, et qui
Turlututent, si faut.

 

3.
Voyez comme c'est, l'écriture : dans le premier quatrain du bref précédent, j'aurais pu mettre le mot "faces" à la place des "yeux", ce qui aurait fait rime à "cerveaux qui passent", certes oui mais, le "a" étant la voyelle plus ouverte, le "i" de la forme "défriment" en eût été altéré dans son acuité. On aurait dû forcer la note. Pas bon donc.

 

4.
Hiérarchique, d'accord ; supérieur, faut voir.

 

Patrice Houzeau
Hondeghem, le 23 juin 2013

Partager cet article

Repost 0
Published by PATRICE HOUZEAU - dans CONTREVERS
commenter cet article

commentaires

Recherche