Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 octobre 2013 4 31 /10 /octobre /2013 01:29

PIS QUE COUAC COUIC

 

1.
J'aurais voulu écrire "L'Assassin habite au 421"

 

J'aurais voulu écrire "L'Assassin habite au 421"
Mais ma plume a mangé ma main
C'est marrant comme la musique est répétitive
Devenue rayée comme un disque d'époque

 

Dans It Smells Like Teen Spirit
A quoi qu'il pensait l'homme de ménage
Mais peut-être que je déménage
Que ma plume a mangé aussi mon esprit

 

Vous me direz quel oeuf et quelle poule
Tant et tant qu'il pleut coquilles et écailles
Et des verres à pied et des squelettes à cheval
Les poètes parlent de la nature comme si

 

Les poètes parlent de la nature comme si
Comme si grue comme si oie comme si couac
Et pis que couac, couic ! ma plume a mangé
La nature c'est plus une plume c'est un pouf.

 

2.
"Des fleurs presque pierres" qu'il dit Arthur

 

"Des fleurs presque pierres" qu'il dit Arthur
Qu'on les casse, qu'on les casse, qu'on les casse
Pour voir s'il y a pas de fées dedans puis
Qu'on les jette, qu'on les jette, qu'on les jette

 

A la tête de mort pour voir s'il n'y a pas
Un esprit qu'en sort il faut que je dorme
Je n'ai plus le pré en face des trous
J'ai tant regardé passer les quatrains

 

J'ai tant regardé passer les quatrains
Que je crois voir des trains fantômes
Tant que j'y suis je remercie le bon zigue
Qu'a passé pour moi Mystery Train

 

Qu'a passé pour moi Mystery Train
La pluie tombait sur l'ombre d'Elvis

Je me demande à qui est ce trou
Par où je passe et ne me reviens pas.

 

3.
Je n'ai plus envie d'écrire qu'au fil de la pluie

 

Je n'ai plus envie d'écrire qu'au fil de la pluie
Qui chantonne sa chanson d'enfant énervé
Pour un esprit de l'autre monde me dit-il
Vous avez bien de l'esprit me prenait-il pour

 

Nous sommes ancêtres
Déjà i seront tout mutés
I se paieront nos têtes
Nous traiteront d'iconopithèques

 

Déjà qu'nous sommes transversaux
Et qu'on se donne des raisons pour
Trouver des raisons qu'en toute saison
Nous travaillons du chapeau

 

Nous travaillons du chapeau
Et nous jouons bien du pipeau
Ce qui est idiot
Car ce n'est point ainsi qu'on garde

 

Les troupeaux de son frère.

 

Patrice Houzeau
Hondeghem, le 31 octobre 2013

Partager cet article

Repost 0
Published by PATRICE HOUZEAU - dans FANTAISIES
commenter cet article

commentaires

Recherche