Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 juillet 2013 5 19 /07 /juillet /2013 07:30

PORTRAIT DE L'ARTISTE EN VIEIL HERON

 

Il est long du pif, emmanché d'un long cou, héron ridé. Il fume une longue et fine pipe dont le fourneau repose sur son genou gauche. C'est qu'il est installé, l'artiste, comme s'il venait de chuter de sa longueur sur la rondeur de la boule terre, et qu'il se relevait, la paupière fataliste, le cheveu éméché sous le sac rouge qui le coiffe. Il est tout fripé, l'héron ridé, du tissu rouge sur la peau, montantes bottes souples, tout plein de plis partout. Il s'appuie sur son bras droit, pour s'en relever on dirait, de la chute, ou du somme. Son bras gauche, on le voit pas tellement, on voit une manche rougeâtre, informe, tout ça maigre, efflanqué, fatigué, sur fond de beige marron sale, avec de la suie qui lui sort des narines. Menton fuyant, sourcil hautement arqué, l'oreille longue, une toile d'araignée dans un coin, et de l'écriture sur le mur, je lis :

 

"Peut-être un poëte à-peu-près
S'amusant à prendre le frais
Au large de l'humaine piste."

 

Il s'a tiré trituré le portrait, autocaricaturé, en échalas grotesque, face et vers, Tristan Corbière, et ça figure sur la couverture de l'édition du recueil "Les Amours jaunes", Le Livre de Poche n°16083.

 

Patrice Houzeau
Hondeghem, le 19 juillet 2013

Partager cet article

Repost 0
Published by PATRICE HOUZEAU - dans TRISTAN CORBIERE EN POETE PUNK
commenter cet article

commentaires

Recherche