Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 octobre 2013 3 23 /10 /octobre /2013 19:14

SAINCLAIR N'EST PAS LARSAN PUISQUE SAINCLAIR
En feuilletant à la fantasque le feuilleton du Parfum de la Dame en noir, de Gaston Leroux, Le Livre de Poche policier n°587.

 

1.
Qui vous a donc tous ensorcelés ? (cf p.189)
- "La Dame en noir !... C'est la Dame en noir qui vous a  ensorcelés !... Tous !... Ensorcelés..." Là, je m'enfuis dans la nuit dans un grand rire satanique !

 

2.
Pourquoi Mrs Edith ne s'était montré peut-être si mélancolique ? (cf p.117)
- C'est qu'Arthur fut incohérent, tout à fait incohérent, et qu'elle avait un oncle chez les Patagons. Et puis, la mélancolie, vous savez...

 

3.
Pourquoi allait-il le rendre plus nerveux que sa mère (cf p.208) ?
Pensez donc ! La mère à Rouletabille, si elle est comme son fils, qu'elle aussi elle a des problèmes de corps de moins et des problèmes de corps de trop, et qu'elle se dit qu'il y en a des trucs qu'on ne voit pas malgré tout c'qu'on voit, et puis qu'il faut s'efforcer de faire rentrer tout cet invisible dans le cercle de sa raison, vous voyez pas la machine à nerfs que ça peut-être. Sinon, "être plus nerveux que sa mère", voilà une expression qui dit bien ce qu'elle veut dire de quelqu'un qui passe pour émotif, sauf si on est le fils d'une sphinge, ce qui arrive des fois.

 

4.
Le fils du Sphinx est bien trop bavard. Voilà une expression qui sent son code à plein nez. A utiliser dans un roman policier à énigmes. J'imagine ça en italiques et en titre de chapitre. Evidemment, on ne saurait pas tout de suite qui sont le Sphinx et le fils de.

 

5.
p.208. "Sainclair n'est pas Larsan puisque Sainclair..." : comme quoi, il y a aussi des raisons pour n'être pas.

 

6.
Pourquoi, page 99, "marche-t-elle comme une comédienne" ?
- Sans doute qu'il pleut des répliques.

 

7.
Où, à la page 84, lui était apparu Larsan ?
- Sous un "bec de gaz", l'assassin, le malfaisant, le prestidigitateur criminel, çui qui vous fait passer un roman familial pour un roman policier. Mais on connaît ça depuis Oedipe. Sous un "bec de gaz", l'apparu Larsan, un "bec de gaz" sous lequel, justement, "nous passions"...

 

8.
En quoi, page 85, ne rappelait-elle en rien la mystérieuse fille de l'illustre professeur ?
- C'te question ! Parce qu'elle n'était ni "mystérieuse", ni fille d'un "illustre professeur".

 

9.
"Les feux obliques du soleil qui allaient frapper les murs de la vieille Tour Carrée, la faisaient éclater sur la mer comme une cuirasse."
(Gaston Leroux, Le Parfum de la Dame en noir, Le Livre de Poche policier n°587, p.97)

 

Voilà une de ces phrases comme je les aime. Vous me direz qu'on en trouve partout, des comme ça. Certes, et alors ? Il n'empêche que cette Tour Carrée éclatée buste... guerrier d'autrefois éparpillé, répandu, brillant sur la mer... que son cheval, i rangaine gris, et hennit sous les flots peut-être, palpite d'écume... vieille rosse toute gonflée, revenante d'une aventure don quichottesque qu'a fini à l'eau... moi, ça m'goûte.

 

10.
p.181 : "Puis je repris mon esprit" : Ah ça, on a beau faire, on a beau dire, un esprit, on s'en sépare pas comme ça ! En cas de trouble, de brouille, vaut mieux le reprendre, son esprit... il en appelle d'autres, ce qui fait qu'en français, on en arrive à "reprendre ses esprits", et même tous ses esprits !

 

11.
Pourquoi, page 232, au ciel noir montra-t-il le poing ?
C'est qu'à la page 232, le ciel noir, il ne crève toujours point.

 

12.
Pourquoi, page 261, Rouletabille interdit-il à Bernier de prononcer ce nom-là ?
- C'est qu'il y a des imprononçables. En général, ça a un rapport avec le diable ou le bon dieu. Ou alors, le nom d'un revenant que de prononcer son nom, ça pourrait le faire venir, qu'il vaut mieux pas, qu'on a déjà assez affaire avec les vivants pour pas aller réveiller les morts.

 

Patrice Houzeau
Hondeghem, le 23 octobre 2013

Partager cet article

Repost 0
Published by PATRICE HOUZEAU - dans FANTAISIES
commenter cet article

commentaires

Recherche