Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 décembre 2013 7 15 /12 /décembre /2013 02:52

SEPARATION DU SONNET ET AUTRES EPARS

 

1.
La fenêtre roule ses clopes de givre

Dont les cendres étincellent sur le sol

 

2.
Sol
En jaillit la girafe aux flammes, les flammes
Allongeant leur cou vers les ponts lointains.

 

3.
L'oeil à la fenêtre a cessé de fumer;
Il ne dissipe pas le visage blanc;

 

4.
Visage blanc,
Boule de lune, pâte à pain, four à ciel
Sous lequel se poursuivent les ponts lointains.

 

5.
Quel est ce saxophone qui vient jeter
Sa blonde aux pavillons oui quel saxophone ?

 

6.
Puisqu'ici nul ne joue et y a pas d'oreilles
Saxophone cependant qui la balance
Sa girafe

 

7.
La girafe enflammée aux doigts du givre, à
La terre étoilée et pleine de ponts lointains.

 

8.
La pauvreté reste sans promesse tandis que l'argent remplit les oreilles.

 

9.
C'est par faiblesse que je me tutoie moi-même.

 

10.
"Tels qu'un dieu aux énormes yeux bleus et aux formes de neige, la mer et le ciel"
(Rimbaud, Fleurs)

 

Dieu, un cartel des forces, une unions des étendues.

 

11.
Tels un dieu grouillant de partout, les insectes... Dieu, tels dés jetés... Dieu, la multiplication d'nos pommes, des pains qu'on se met, et d'la picole pour supporter.

 

12.
Et - pan ! - encore ce son encore
Pan, son, partout qu'ça carabine
A tout propos, et à hue et à dia
Pan, son, sang coulant par tous les trous,
Le pan troue l'être pantelant soudain.

 

13.
On ne part pas; c'est qu'on a ôté du projet cette ombre de nous sur la route qui disparaît.

 

14.
Va, démon ! Va, flambant neuf, démon du miroir, comme un playboy, va te fondre dans le réel, il t'attend, pour t'y passer, à la moulinette des grisailles.

 

15.
Dont je ne sais pas tous les élans, ma spirale,
Cet escargot dans mon cerveau, cet éclair lent.

 

16.
Contempler les orages, leurs syncopes, faces livides avant la compote des timbales.

 

17.
Souvenez-vous : lancez cette ligne dans votre passé, et remontez en ce poisson translucide, pour y passer le réel à travers.

 

18.
Il prétend qu'elle lui parle, alors que, seul, il ne se voit même plus dans son miroir.

 

19.
L'hiver est venu; nus sont les arbres; y passent un cheval vide et son crépuscule.

 

20.
La première d'une longue série d'une longue série d'une longue série dont, depuis longtemps déjà, est perdue la première.

 

Patrice Houzeau
Hondeghem, le 15 décembre 2013

Partager cet article

Repost 0
Published by PATRICE HOUZEAU - dans FANTAISIES
commenter cet article

commentaires

Recherche