Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 avril 2013 1 01 /04 /avril /2013 01:03

SIX NOTES SUR LE SERMENT DES CINQ LORDS
Notes sur "Le Serment des Cinq Lords", une aventure de Blake et Mortimer "d'aprés les personnages d'Edgar P. Jacobs", Scénario : Yves Sente ; dessin : André Juillard ; couleur : Madeleine Demille, éditions Blake & Mortimer / Studio Jacobs (Dargaud-Lombard s.a.), 2012.

 

1.
A la planche 19 du Serment des Cinq Lords, case 12, la narration indique que "la voiture du MI 5 démarre en trombe". Et, justement, la case est striée d'obliques en grand nombre, ce qui indique qu'en effet, il tombe des trombes d'eau sur Londres (je suppose qu'il s'agit de Londres ; je n'imagine pas un instant que le capitaine Blake et le professeur Mortimer puissent enquêter ailleurs qu'à Londres - soyons sérieux, à moins, bien sûr qu'ils soient obligés par les circonstances d'exercer leur sagacité aventureuse dans un pays lointain et mystérieux, ou dans le temps, ou dans l'espace). Un doute m'assaille soudain, me prenant par surprise : est-ce bien capitaine qu'il est, Blake ?

 

2.
Page 24, planche 22, case 1 : "A Oxford, le professeur tourne comme un lion en cage." On peut noter que la cage du lion en question est meublée d'un bureau sur lequel on distingue papier et stylo, d'un buffet avec vase bleu et fleurs roses (si ce sont des roses - et ça m'a tout l'air d'en être - c'est drôle parce qu'il neige dans l'album) ; il y a un petit portrait accroché au mur lisse ; on y distingue un cou et un flot de cheveux roux ; il s'agit probablement du portrait d'une jeune femme, dont le visage est hélas mangé par le phylactère où le lion en cage nous fait part de ses interrogations concernant l'attitude surprenante de "Francis".

 

3.
Je m'étonne qu'à force de s'écrier "By Jove !" à chaque fois qu'ils sont surpris, le professeur Mortimer et le capitaine Blake n'aient jamais été tentés par un By Juve et je dirais même plus By Juve, Fantômas et Fandor tout à fait en rapport, me semble-t-il, avec le caractère énigmatique de leurs aventures. N'est-ce pas, ce ne sont pas eux qui seraient émus par la disparition des bijoux d'une époumonnée, ou alors il faudrait qu'ils aient été dérobés par une puissance maléfique à marque jaune et rayons d'la mort.

 

4.
Page 15, planche 13, case 10 : "L'infortuné Lord Toddle" va être torturé par ses étranges ravisseurs à cagoules noires. Déjà une pince s'agite sous son nez. Derrière lui, on distingue le bleu-gris de la tête sculptée d'un antique, yeux enfoncés et bouche ouverte sur une horreur muette. Tout cela est sinistre comme le clavier d'un piano parcouru par des mains aussi frénétiques que tranchées.

 

5.
La couverture : Blake et Mortimer, dans une digne impassibilité et de longs manteaux, semblent attendre quelque chose et regardent vers on ne sait quoi qui arriverait dans ce décor de piliers et de bâtisses imposantes, où le jaune indique des veilles dans la nuit pleine de neige tombée. Derrière un pilier, un tout en blanc des mystères, genre habit qui fait le fantôme, quoiqu'il porte des gants et des bottes, épie les deux héros. La position des observateurs trace une perspective dans laquelle s'inscrivent deux angles, suggérant ainsi le carré d'une cour, ou son rectangle, la malédiction épousant ainsi quelque géométrie sans laquelle on ne peut décemment raisonner, allons, que diable.

 

6.
On notera, et cela n'a d'ailleurs rien à voir, que l'on ne peut persister à ne pas être.

 

Patrice Houzeau
Hondeghem, le 1er avril 2013

Partager cet article

Repost 0
Published by PATRICE HOUZEAU - dans NOTES SUR LA BANDE DESSINEE
commenter cet article

commentaires

Recherche