Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 décembre 2013 6 21 /12 /décembre /2013 14:14

SONGE-CREUX PEUT-ÊTRE

 

1.
Expressions tirées de Tristan Corbière : être un "hystérique du ténébreux"; "en lire mourir" ; "se sentir de la jalousie" (cf "Un jeune qui s'en va", Les Amours jaunes).

 

2.
Il n'a jamais, je crois, manqué d'hystériques du ténébreux, d'agitateurs de crânes. Mais le cinéma contemporain, par tous les possibles de l'image, les honore de palmes inédites.

 

3.
Je m'étonne que certains achètent des romans pour y lire du mourir. Il y a déjà tant d'occasions de s'attrister.

 

4.
On est de la jalousie comme on est d'une société secrète. Cela ne se dit pas, même si ça se voit.

 

5.
Expressions tirées de Tristan Corbière : ""jeter son âme à tour de bras"; "avoir peur du rire de la lune", "tout est donc sous un éteignoir" (cf "Vendetta" et "Heures", Les Amours jaunes).

 

6.
Je pense que certains chevaliers, dans leurs batailles boucheries, n'ont pas fait autre chose que de jeter leur âme à tour de bras.

 

7.
Je ne peux pas dire que j'ai peur du rire de la lune - non. Mais tout de même, elle ouvre la bouche d'une drôle de façon.

 

8.
Que l'on suppose de petites flammes au coeur des vifs implique aussi cet éteignoir universel qui les souffle une à une.

 

9.
Lorsque le soleil ne sera plus qu'un immense éteignoir, tout, réellement, n'aura été qu'un rêve.

 

10.
Expressions tirées de Tristan Corbière :"rester dans le Sublime Bête"; "ouvrir le bonhomme" pour "se chercher dedans"; Songe-creux : bien profond" (cf "Décourageux", Les Amours jaunes).

 

11.
Il vaut mieux écrire des sottises avec talent que des platitudes avec la feinte profondeur des professeurs. C'est ainsi que l'on atteint ce que Tristan Corbière appela le "Sublime Bête".

 

12.
La poésie romantique fut bien dégoûtante qui passa des pages et des pages à "ouvrir le bonhomme" pour "se chercher dedans". Poésie de mental turlupin, d'introspection complaisante, de miroir d'adolescente.

 

13.
"Songe-creux" ? - Peut-être... Mais "bien profond", alors.

 

14.
Je me demande si l'on peut tomber dans un songe comme on tombe dans son ombre, quoique je ne sache absolument pas ce que peut bien vouloir dire l'expression "tomber dans son ombre".

 

15.
Tirée de Tristan Corbière : "lâcher la ficelle du chat", sachant, d'après une note en bas de page que "le chat" dans l'argot d'alors était un geôlier. (cf "Litanies du sommeil", Les Amours jaunes).

 

16.
Ce n'est qu'en mourant que l'humain peut lâcher la ficelle du chat qui, dans l'oeil de l'autre, ne dort que d'un oeil.

 

17.
Tirées de Tristan Corbière : "hanter l'oreille sourde"; être un "beau Conteur à dormir debout"; "flotter comme un crépuscule". (cf "Litanies du sommeil", Les Amours jaunes).

 

18.
Nous hantons des oreilles sourdes avec nos bouches qui ont tant rabâché leur savoir qu'il nous en semble, à nous aussi, des fois, pâte molle grisâtre.

 

19.
Sous les termes de fiction, roman, et compagnie, on ne nous vend jamais que des contes à dormir debout. Ce qui les sauve ? - Le style.

 

20.
Je suppose que, parfois, Fantômas doit se sentir flottant comme un crépuscule sur les toits de Paris.

 

Patrice Houzeau
Hondeghem, le 21 décembre 2013

Partager cet article

Repost 0
Published by PATRICE HOUZEAU - dans TRISTAN CORBIERE EN POETE PUNK
commenter cet article

commentaires

Recherche