Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 février 2014 2 11 /02 /février /2014 12:15

SOURIS QUAND MÊME CHAT

 

1.
C'est quand même bête de se dire que vivre, c'est toujours mourir un peu, mais quand on est bel et bien débandé, dévissé, enterré, on n'en a plus l'occasion.

 

2.
Tiré de Laforgue: "Mais soudain vers les cieux"; "Le mal s'accrochait"; "Le Mal qui là dans l'ombre flairait sa proie".

 

3.
"Mais soudain vers les cieux": Oh !... Là-haut... Une souris !...

 

4.
"Mais soudain vers les cieux jaillit un cri de rage"
(Jules Laforgue)

 

C'est qu'un géant s'a flanqué sur les doigts son marteau;
ça ne fait pas un nuage.

 

5.
Le "ç", je sais pas le mettre en majuscules. J'ai su, j'sais plus, j'm'en fiche.

 

6.
"Le Mal s'accrochait": Tique et tique et ratatique.

 

7.
"Le Mal qui là dans l'ombre flairait sa proie" [Laforgue]
 

- Couché, Belzédor !

 

8.
"J'étais beau comme un passage à niveau" qu'il chante Thiefaine... beau à regarder les trains passer oùsqu'on n'a pas monté, trop bourré qu'on était.

 

9.
Qui me souhaite "bon courage" est vraiment bien brave; il me semble tellement que je le mérite pas.

 

10.
Si Lewis Carroll a inventé "le sourire du chat", c'est peut-être pour souligner que les chats ne sourient guère... i sont si sérieux, les chats... ou alors, c'est des keatons, et i se fichent de nous, les greffiers...

Patrice Houzeau
Hondeghem, le 11 février 2014

Partager cet article

Repost 0
Published by PATRICE HOUZEAU - dans LE GRAND JULES LAFORGUE
commenter cet article

commentaires

Recherche