Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 juillet 2015 6 11 /07 /juillet /2015 07:06

LA BALLADE DE BATAVIA ET DES BALS DU ROI QU'ÇA

(pour piano armonté, accompagnateur musclé et baryténor expressif)

 

1.

« A rebours se tisse le bal osseux »

(Paul Alexandre Dehaudt, « Fusés »)

 

2.

Ah reuh ah reuh ah reuh ça recommence toujours comme ça (rheu… je fume trop!)

 

3.

Ah reuh ah reuh ah reuh dis-je à rebours à rebours bour bour et ratatam (c'est ainsi qu'ça continue)

 

4.

A rebours se tisse se métisse se mélisse ah Mélissa métissée épicée d'une chanson (la mise en musique de l'air du temps)

 

5.

Se tisse se métisse se mélisse ah si si si ! S'épice qu'ça mugisse qu'ça gémisse qu'ça se hisse haut !

 

6.

Lors, le Qu'ça se hissait d'un tonneau de yaka oùsqu'il s'était plouffé, politiquement plouffé…

 

7.

Puis le Qu'ça reprit sa dignité et, le soir même, il dormait au palais d'où il n'aurait jamais dû sortir la langue.

 

8.

Dormait-il le Qu'ça ? Non pas ! Car Sa Majesté le Roi Qu'ça s'avance, impératif, superlatif, tout à fait subjonctif !

 

9.

Là donc, le Roi Qu'ça s'avance, présidant – y a bal ! Les ardents sont là ; les indépendants aussi que l'on - hein ! et depuis longtemps !

 

10.

Qu'ça donc préside le bal des alibis, idem le bal des abattis, idem le bal des balbutiants (ah ça, quand on débute…),

 

11.

Idem le bal pour peau d'balle, idem le bal des vieux beaux, idem le bal des pas d'bol, idem le bal à salades (avec toutes ses frisées),

 

12.

Idem le bal d'la tête de l'art avec ses hardis zarbis zartistes – et leurs échalotes, idem le grand bal des échalas et le petit bal perdu (on s'en souvient),

 

13.

Idem le bal de la princesse Batavia, naguère omelette baveuse qu'un prince désenchanta en l'embrassant (ce qui l'enchanta).

 

14.

Tout ça Qu'ça (rien moins que King) présida – ceusses-là qui ballèrent sous ma paupière, danse-ronde à squelettes, ceusses-là du bal osseux,

 

15.

Ceusses-là du bal osseux, ceusses-là du bal à rebours, du bal oùsqu'on danse dans le temps qu'on se squelettise, qu'on s'détisse et s'démélisse,

 

16.

Qu'on s'déficelle tant que Mélissa métissée épicée ne vous zieute plus que d'un œil si si si lointain qu'il est aux Caraïbes…

 

17.

Quant à Batavia et son charmant, ils enregistrèrent un album de reprises du King Elvis,

 

18.

Quant à Batavia et son charmant, ils se firent cuire des saucisses, qu'ils engloutirent avec des pommes de terre et des flageolets couinants,

 

19.

Quant à Batavia et son charmant, ils emménagèrent rue de la Ménagère avant de déménagi rue de la Ménagerie,

 

20.

Quant à Batavia et son charmant, Qu'ça les maria et ils en eurent bientôt du ah reuh ah reuh ah reuh (et en plusieurs exemplaires) et tout ça recommença.

 

Patrice Houzeau

Hondeghem, le 11 juillet 2015

Repost 0
10 juillet 2015 5 10 /07 /juillet /2015 22:19

MAZETTE ET CHANSON FANTÔME

1.
« Formèrent les nues, dans l'air, une image »
(Le Tasse, « Armide »)

2.
« Formèrent les nues, dans l'air, une image »
Quelque veau sans doute, ou bien un fromage.

3.
« Nous avons de hauts jardins derrière la tête »
(Patrice de La Tour du Pin, « L'ombre »)

4.
« Nous avons de hauts jardins derrière la tête »
Devinez combien d'impudiques s'y promènent...

5.
Cet été-là, il fit si chaud que les poules pondirent des œufs frits.

6.
Cet été-là, nous laissâmes dans la nuit pousser tant de cris que nous récoltâmes moult plantes trucidantes.

7.
« la flamme des couteaux s'abaissant sur des épaules »
(Jean Ray, « Quand le Christ marcha sur la mer »)

8.
Il vit « la flamme des couteaux s'abaissant sur des épaules », l'assassinat, la gueule de l'enfer, les ombres, leurs noms invisibles.

9.
« Tout au plus, au cours de ces années enfuies, avait-il tiré trois ou quatre fois de sa gaine rouge le sombre miroir magique. »
(Jean Ray, « Le Miroir noir »)

10.
Ma pomme itou, j'avions un miroir, un beau miroir à noirceur, oùsque je ne vis jamais que ma trogne.

11.
Alors, les jours s'enfuirent comme des lapins, et avec eux, son petit cœur.

12.
« elle jette des fleurs rouges qui retombent en averse de sang sur elle »
(Jean Ray, « La Ruelle ténébreuse »)

Et pis des guitares pour l'accompagner, des masques de peau sans peau.

13.
Et pis des miroirs à noirceur, où il vit sous la lune soudain des trognes, des tumeurs, et quelques sœurs de sang.

14.
Sang doute, peau passe, os tombe.

15.
Y a des fois comme un bruit sourd qui me suit, un son sourd, que j'imagine quelque couteau court de décembre qui m'emportera.

16.
Enfin la pluie ! J'aime bien la série « Meurtres au paradis » avec son impeccable policier anglais en costume cravate sur la plage en plein soleil de Sainte-Marie.

17.
« Souvent dans l'être obscur habite un Dieu caché »
(Nerval, « Vers dorés »)

18.
« Souvent dans l'être obscur habite un Dieu caché » ;
Quand vous voulez l'écouter, voilà qu'il se tait.
Et si vous l'entendez, c'est qu'vous êtes cinglé.

19.
Voilà une guitare… Quel spectre accompagne-t-elle ? Mazette ! Quelle chanson fantôme !

20.
Comme je me chantai tout bas des chansons à fantômes… Faut croire que je chantai fort faux, elles ne sont jamais revenues.

Patrice Houzeau
Hondeghem, le 10 juillet 2015.

Repost 0
3 juillet 2015 5 03 /07 /juillet /2015 12:29

ET POURQUOI PAS UN SIGNE DE CROIX

1.
«Voilà, l'homme vit d'espoir et il meurt de chagrin. »
(Alexandre Vialatte)

2.
Il est rare de voir des éléphants traverser le ciel en se racontant des histoires drôles. A vrai dire, cela n'arrive jamais. Les chasseurs d'ivoire, sans doute.

3.
« ils restent drôles ces pantins d'os
encore en marche
hésitant devant un escalier
un bus garé un peu loin du trottoir »
(Antoine Emaz, « Fin I (30.I.99))

4.
Et d'Antoine Emaz, ces « pantins d'os encore en marche » qui hésitent partout comme si le réel n'était plus ce qu'il était.

5.
« Je nais le jour des morts
comme un enfant gras. »
(Cédric Demangeot, « D'un puits »)

6.
« Je leur dis : « Que chantez-vous ? » Elles répondirent : « Ceux qui reviennent ».
(Pierre Louÿs, « La lune aux yeux bleus »)

7.
Je ne sais pas les chansons qui font revenir ; elles m'appellent mais leur langue me semble toujours si étrangère.

8.
« La liberté à l'égard des autres êtres, la liberté à l'égard de celui que l'on a été semble ne se faire alors si tentante que pour mieux m'accabler de ses défis. »
(André Breton, « L'amour fou », folio N°723, p.67)

9.
La liberté est une poseuse d'énigmes ; des fois, c'est une poseuse tout court, une « attrape-moi si tu peux ! »

10.
« et je reste des heures longues
des journées entières sans penser rien
sans penser même que je pense »
(Patrick Laupin, « Ferveur »)

11.
Y a comme un lapin dans sa p'tite tête; et c'est pas un lapin, c't'un lièvre noir sous la lune; et c'est pas un lièvre, c't'un rongeur triste.

12.
« Ecrire, c'est toujours : il était une fois
un mort parti à la recherche de son corps »
(Alain-Christophe Restrat, « Rien ne ressemble à écrire »)

13.
Totor s'en revient de safari, des grands massacres d'animaux, du c'est moi qui tue l'bestiau cause que j'suis zhumain.

14.
Aussi i s'vante, Totor le Tartarin, d'avoir très trucidé force lions, moult panthères, du serpent, d'l'éléphant, du féroce et du venimeux.

15.
Du féroce, du venimeux, du griffu et du pânou-pânou qu'il a dézingué, Totor qu'on lui demande alors quoi qu'c'est ça, le pânou-pânou.

16.
Qu'il sait pas trop ce qu'est-ce, le pânou-pânou, mais qu'il les avait bien entendus, dans le tumulte de la jungle, entre deux pan-pan boum boum tu tues, les ceusses qui criaient « Pânou ! Pânou ! »

17.
La liberté grouille d'autres, d'yeux, d'ombres, et de c'qu'on fut et de c'qu'on fut pas et confus qu'on en reste de c'qu'on devrait faire qu'on y arrive pas.

18.
Je me dis des fois que je ne veux pas déjà mourir, que je dois tenir la route qui rougeoie sous le grand soleil aveugle.

19.
Et les amoureux n'ont plus d'amour, et les amis n'ont plus d'amis, et le vent souffle sur la terre des morts.

20.
Et dans des millions d'années, dans l'ailleurs des espaces, l'on doutera que cette terre fût quelque temps habitée.

21.
Et pourquoi pas un signe de croix, avec sa drôle d'histoire.

Patrice Houzeau
Hondeghem, le 3 juin 2015

Repost 0
2 juillet 2015 4 02 /07 /juillet /2015 18:02

TOUT EN VERVE ET EN OS

 

1.

Nous longeâmes les allées des roses portant des masques de velours noir et qui, dit-on, mordaient au sang les poignets imprudents.

 

2.

La longue bottine noire à la jambe fine se saisit du pistolet et abattit aussitôt un œil dur. La prisonnière pourrait s'enfuir.

 

3.

Le cheval ayant servi son cœur au repas des blasons, en conséquence, il y aurait une horloge de moins au château.

 

4.

Dans l'art du piano tel que l'ont développé Satie, Ravel et Debussy, chaque note joue son rôle au bal intrigant des collecteurs d'énigmes.

 

5.

« Je ne comprends pas. Tu parles d'une cour

et d'un jardin. De quatre cyprès

au centre desquels se dresse un palmier. »

(Jean Daive)

 

6.

Sans doute écrivons-nous par manque d'une langue assez belle, noble et puissante pour faire d'une conversation une œuvre d'art.

 

7.

Quand je songe à ce château, je songe au mot fantôme, alors que ces lieux furent certainement hantés par plus d'assassins que de revenants.

 

8.

Du dehors, l’œil noir du corbeau observe les croqueurs de bécasses à tête de serviette. Passe un jaguar, ironique et très élégant.

 

9.

Je ne pense pas qu'elle soit morte, mais j'ai croisé son fantôme pas plus tard que ce matin. C'est ce que vous confirmera mon chat.

 

10.

Erik Satie, diable amusé qui jaillit du piano dès qu'un musicien joue les premières mesures d'une de ses ironiques élégances.

 

11.

A cette époque, il solitudina beaucoup ; seule, parfois, son ombre l'accompagnait.

 

12.

Lorsque croqué par la fatale féroce

Mes osses ziront valser dans le cosmos

Ce qui n'se peut y a point là-haut d'musicos

Et moi j'vaudrais même pas un balai-brosse.

 

13.

Des fois qu'on pourrait retrouver la foi comme on retrouve un parapluie, un parachute ou un paratonnerre.

 

14.

Alors, retrouvant la foi et son parabellum, le fringant commissaire se lança vaillamment à l'assaut des malfaisants.

 

15.

A force de mener une vie qui n'est pas une vie, je suppose que certains finissent par aimer ce qui n'est pas aimable.

 

16.

Le poème consiste à traverser à dos de chameau sans vitesse le fantôme sans château du temps.

 

17.

Son visage, une poignée de secondes, mélancolique, et déjà, reprenant le cours du réel, la collègue.

 

18.

Il me faut quelquefois bien du temps pour fignoler une phrase, que tout un roman, quel vertige ! Quelle chronophage débauche !

 

19.

« Pédant : « l'animal seul, monsieur, qu'Aristophane

Appelle hippocampelephantocamélos

Dut avoir sous le front tant de chair sur tant d'os ! »

(Edmond Rostand, « Cyrano de Bergerac », I, 4)

 

20.

Et puis aux enfers descendus, moi et mes osses, nous serons gardés par d'infernaux sales gosses qui à l'infini nous interrogeront sur l'exacte origine et le sens du mot « hippocampelephantocamélos ».

 

Patrice Houzeau

Hondeghem, le 2 juin 2015.

Repost 0
1 juillet 2015 3 01 /07 /juillet /2015 13:49

COR DU FOURBI AVEC SON HISTOIRE DRÔLE

 

1.

Le « Fu Man Chu » de Robert Charlebois : Tout de même plus marrant que Pink Floyd et tout aussi rock n' planant.

 

2.

Des fois qu'on prendrait les ouailles du Seigneur pour des ailés sauvages et pis qu'on franchirait le mur du son.

 

3.

« Deux filles se parlent en tenant leur jupe.

Un chien traverse la fin de la minute. »

(Ariane Dreyfus, « Le cinéma lumière »)

 

4.

« et les ombres portées des chevaux de la mort descendant vers le fleuve »

(Bernard Delvaille, « J'ai laissé tant d'amour »)

 

5.

Est-ce parce que les chevaux pleurent, dit-on, à l'approche de l'abattoir qu'ils sont si souvent les « chevaux de la mort » ?

 

6.

Est-ce parce que les humains ont tant de fois mené les chevaux aux massacres des vivants qu'ils sont si souvent les « chevaux de la mort » ?

 

7.

« t'y pourrais jouer ton big band

dis

ta baby en bigoudis

pépie-lui Lady Be Good

oui

dégourdis ton gazouillis »

(Jacques Demarcq « La fauvette babillarde »)

 

8.

Deux longues filles longuement se - la rue passe - parlent - des yeux partout en soleil qu'elle est - tenant d'leurs longues mains leur - mais y a un peu d'vent – zont jupe tenue mais pas leur langue.

 

9.

Si sa langue consentait à se délier, à la statue bleue que traversent les nuages j'irais demander mon chemin.

 

10.

Alors le piano palpita, puis de plus en plus trépidant, se mit à honky-tonker de l'air que pour vous presser prennent les minutes.

 

11.

« Lorsque ma sœur et moi, dans les forêts profondes »

(Théodore de Banville, « Querelle »)

 

Lorsque dans l'ailleurs d'autrefois

Ma perdue ma partie ma

Sœur ma belle d'autre vie

Et les oiseaux et les chansons et

Moi mon ombre et mon dos

Dans les villes dans les spectres

Les choses et leurs noms les

Forêts et les légendes et comme elles étaient

Profondes ces forêts nous ne revînmes jamais.

 

12.

Cézigue rentre bourré outre à la casa et quatre heures du mat'. Se fait accueillir par bobonne et son rouleau à flanquer des tartes.

 

13.

Stat'heur'ci qu'tu rentres, eh pochtron qu'tu pourrais cracher du feu à la foire à bricoles ! T'as pas honte de t'êt' rincé et plus que, cochon ?

 

14.

Je m'a p'têt' rincé, balbubredouille cézigue, mais moi… moi… moi… j'ai pissé dans des gogues en or !

 

15.

Des gogues en or ! Mais oui, patate, que je vas te croire, des gogues en or ! Va te pieuter, picolo, t'y verras plus clair t'à l'heure !

 

16.

T'à l'heure, cézigue se lève la tête tout clous et brume. Alors, ricane l'épouse, t'as-t-y toujours pissé dans des gogues en or ?

 

17.

Cézigue se soulève lentement une paupière et répond à l'outrecuideuse qu'il va lui montrer lui le troquet aux chiottes en or oùsqu'il. Si.

 

18.

Voilà ceuzigues en quête des toilettes dorées. 1er bistrot : se font jarter. 2ème estaminet : se font jarter. 3ème bar-tabac : se font jarter.

 

19.

Jusqu'au moment où : « Eh, Raymond, viens voir, il est r'venu, ch'gus qu'a pissé dans ton saxophone ! »

20.

« Le vélin écrit rit et grimace, livide. »

(Alfred Jarry)

 

Le papier noirci manuscrit le

Vélin bouquin damné

Ecrit par on n'sait qui on n'sait quand

Rit de ses diableries

Et promet des envoûtements

Grimace des sorcelleries, puis, pitre macabre et

Livide, disparaît au fin fond de l'infini bibliophile.

 

Patrice Houzeau

Hondeghem, le 1er juin 2015

Repost 0
1 juillet 2015 3 01 /07 /juillet /2015 08:40

AUJOURD'HUI ZUT LIT UN SONNET DE JULES LAFORGUE

 

1.

Zut mélancolise que tout l'ennuie, dans l'aujourd'hui d'alors et le présent de la page.

 

2.

Zut s'enquiquine ferme, à en baver du néant, oui, mais tout de même, elle a un rideau.

 

3.

Zut zieute le ciel aussi rayé qu'un vieux disque d'été, rayé de gris et de pluie, un vrai zèbre triste.

 

4.

Zut se dit que la brume, c'est rien qu'une ramoneuse qui revient du boulot.

 

5.

Zut se dit que les flaques, si elles avaient des yeux, elles verraient défiler les ombres des bipèdes à moustaches et parapluie.

 

6.

Zut prend son cerveau pour un tiroir qu'elle en jette ses yeux dedans, même que le réel pourrait bien s'dépiauter, elle verrait nib.

 

7.

Zut mélancolise et prend son doigt pour une plume et la vitre pour ses mémoires.

 

8.

Zut se décide à mettre dehors son nez et le reste aussi des fois que

 

9.

Zut déplore le manque de nouveautés fictionnelles remarquables : que relou relu. Et pis d'la gadoue.

 

10.

Zut note que les passants ne prennent pas tous leur cerveau avec eux quand ils sortent ; certains, on dirait des poulets décapités.

 

11.

Zut ne rencontra âme-qui ce jour-là. En conclut que le réel lui était bien plus étranger qu'elle le pensait jusqu'ici. Ce qui la fort cogita.

 

12.

Comme elle vit passer une tuture à dadas, elle pensa qu'on devait tourner un film, à moins qu'elle ait baguenaudé dans le temps.

 

13.

« Tout m'ennuie aujourd'hui. J'écarte mon rideau. »

(Laforgue, « Spleen »)

 

14.

Tout son contraire aujourd'hui

M'ennuie s'dit Zut

Aujourd'hui oui oui

J'écarte y a d'la pluie

Mon cuide-âme spleene

Rideau de morne scène

 

15.

« Je mange, et bâille, et lis, rien ne me passionne... »

(Laforgue, « Spleen »)

 

16.

Je s'dit Zut et pis ?

Mange du riz

Et et et rien !

Bâille et circonflexe

Et et et rien !

Lis et et et

Rien ! Je

Ne ni je

Me que nib

Passionne bouh !

 

17.

« Des ombres vont, glissant parmi les flaques d'eau. »

(Laforgue, « Spleen »)

 

18.

Des éclairs

Ombres zouf

Vont zouf zouf

Glissant a passent

Parmi les genouillères que

Les au trottoir font les flic

Flaques que floc

D'eau qu'c'est.

 

19.

Zut, de sa fenêtre, voit passer les ombres et se demande ce qu'il y a dedans.

 

20.

« Je regarde sans voir, fouillant mon vieux cerveau »

(Laforgue, « Spleen »)

 

21.

Je zoeille pis m'dis

Regarde bien petit

Sans blague !

Voir quoi ?

Fouillant d'mes yeux

Mon monde c'est tout du

Vieux pis

Cerveau froid.

 

Patrice Houzeau

Hondeghem, le 1er juin 2015.

Repost 0
Published by PATRICE HOUZEAU - dans CONTREVERS
commenter cet article
28 juin 2015 7 28 /06 /juin /2015 13:44

UNE HISTOIRE DRÔLE AU MILIEU D'UN FOURBI

1.
« C'était, dans la nuit brune,
        Sur le clocher jauni,
                   La lune
Comme un point sur un i »
(Alfred de Musset)

2.
Que donc, je me bilboquais la pensance, arpentant la ville aussi déserte que tête de mort dans un placard condamné et que

« Pas un bruit, pas un son ; toute vie est éteinte » (Maupassant)


bien qu'aussi que quelque chien chouine long loup au fond d'là-bas d'la ville.

3.
Que soudain, je savions point d'où que j'étais cause que

« Sous les noirs acajous, les lianes en fleurs,
Dans l'air lourd, immobile et saturé de mouches »
(Leconte de Lisle)

pendouillaient jusqu'aux souches oùsqu'elles se foutassaient en boulasses de p'lotes : d'où qu'j'étais donc ?

4.
Sur les toits, des perroquets, que Leconte de Lisle affuble de querellerie splendide, captain-haddockaient de grands crics qui croquent. Les singes pleins de faroucherie gueulaient itou et tout zigzagant dans les gouttières.

5.
J'étais pus dans la rue, j'étais plus dans ma ville, j'avais versé dans l'ailleurs, dans l'là-bas ; ici n'avait plus la même tête.

6.
Etais-je dans « le rêve du jaguar » ? Dans le « trouble » des « grands lézards » et toutes ses tropicalesques, au Leconte (lequel était de Lisle comme Jean de La Fontaine, et ma postière d’Issy-les-Moulineaux) ?

7.
Aurais-je zété ellssedifié, envoûté, empapaouté, cauchemardé par quelque sorcier caché ? Serait-il que je ne sois même plus moi.

8.
Là je parenthèse pour citer Jean-Louis Murat dans « Col de La Croix-Morand » : « Un sentiment si lourd qu'il m'enterre, mon amour ». Si.

9.
Devant tout ce tropical tintouin, j'avais plus qu'à retirer l'échelle en espérant rester accroché au pinceau.

10.
C'est des fois qu'c'est comme s'ils étaient écrits en deux langues, les bouquins, la langue des étant humains et la langue des autres dieux.

11.
Des fois qu'on n'est qu'sous ses paupières, à recycler l'passé en hallucinance.

12.
Des fois qu'le môme rentrerait tout ouinant dans la cuisine, et qu'on entendrait des nom di djou dans l'fond du pavillon.

13.
Des fois qu'sa daronne au ouinant moutard inquisiterait sur la cause du niagara.

14.
Qu'alors le kid répondit que son fati s'estot fouti un coup d'marteau sur l'un d'ses dix attrape-cerises.

15.
Qu'il n'y a pas d'quoi crailler des rivières qu'elle répondrait la mère, qu'au contraire, ça aurait dû l'esclaffer, qu't'aurais dû rire, môme !
- Mais c'est qu'est-ce j'ai fait, qu'il répondit Tony.

16.
« Je ne croyais pas, certes, que tes édits eussent tant de pouvoirs qu'ils permissent à un mortel de violer les lois divines : lois non écrites, celles-là, mais intangibles. »
(Sophocle, « Antigone » traduit par R. Pignarre, [Antigone à Créon])

17.
Moi, Antigone, elle me fait tartir avec ses lois divines qu'un mortel ne doit pas violer que sinon elle préfère crever la gueule ouverte. Une paire de claques, oui ! Et retour au lycée, la morveuse, à préparer sciences pos, et puis sortie de là, se marida avec un jeune et têtu ténor d'un parti en vogue, et puis ça fera la blague.

18.
Les dieux, Antigone, les dieux ont l'élégance, ou la prudence, de se contenter d'être.

19.
La noye ruminait, black la vache, avec d'la queue en cadence à valser les astres, et des effets de rien qui lui zébraient les oculaires.

20.
La noye passant du blou au black, miss-la-lune, en accrochant son bas à un vieux clocher jauni rouilli roussi poussi un cri iiiiiiiiih qui bien que muet produisit son effet.

21.
« Tous ceux qui feront de la télévision devront, volens nolens, prendre conscience qu'ils ont un rôle d'éducateur du seul fait que la télévision est regardée par des enfants et des adolescents. »
(Karl Popper, « La télévision : un danger pour la démocratie, traduit par C. Orsoni, in Michel Onfray, « Antimanuel de philosophie », Editions Bréal)

22.
Dès qu'on interventionne dans le réel, on sert d'exemple. Et vu qu'on n'est pas des saints, ou qu'on les a faciles, la gourance et la fourvoyance dans l'maladroit, autant guignoler gentiment, sous peine de faire pire que mieux.

Patrice Houzeau
Hondeghem, le 28 juin 2015

Repost 0
26 juin 2015 5 26 /06 /juin /2015 14:21

OUI, LIBERALE MA POMME, JE SIGNE, PERSISTE

A mon avis, ce n'est qu'en libérant la production que l'on pourra ouvrir les frontières aux migrants. La libération de la production augmenterait les besoins en main d’œuvre. Certes, les risques de surchauffe économique sont si nombreux que la prudence politique paralyse toute volonté d'alléger sérieusement les contraintes qui pèsent sur bon nombre de secteurs d'activité. Cependant, nous n'avons guère le choix : ou nous étoufferons sous le poids du chômage de masse,ou nous nous battrons debout, en assumant nos responsabilités. La solution chrétienne du partage des richesses (cette parenthèse dans la pensée que l'on appelle « socialisme » n'étant jamais qu'un avatar laïque du christianisme) est évidemment généreuse, mais utopique. Qui accepterait longtemps de travailler beaucoup pour nourrir des gens qu'il ne connaît pas et dont il ne partage pas les valeurs ?

Patrice Houzeau

Hondeghem, le 26 juin 2015

Repost 0
Published by PATRICE HOUZEAU - dans ACTUALITES
commenter cet article
26 juin 2015 5 26 /06 /juin /2015 12:44

TAKE A RUNNING JUMP ET AUTRES ŒUFFERIES

1.

« Quand je suis tout de feu, d'où vous vient cette glace ? »

(Racine, « Phèdre », V,1, v.1374 [Hippolyte])

2.

Le feu renard plein de rage dévoreur des horizons

Et la glace où se jette l'incendie de ta chevelure.

3.

Les chansons, ces trous de serrure par où l'infini a l'air de vouloir passer du côté d'nous autres.

4.

Que les ténèbres nous dicteraient le dit des ombres à nos oreilles la nuit quand nous croyons rêver.

5.

J'aime les chansons nez d'clown, et puis pied d'nez, doigt d'honneur, plume la lune, et puis cactus et chardon d'orfèvre.

6.

On croit avoir appris à l'école que la coutume romaine était que les gladiateurs, avant d'aller s'entrétriper, saluent ainsi l'empereur : « Ave Caesar, morituri te salutant ». D'après ce qu'on dit, cela n'aurait été prononcé qu'une fois, à l'occasion d'une naumachie (représentation d'un combat naval), qu'afin d'y faire périr quelques renégats l'empereur Claude avait commanditée. D'autres même disent que c'est une invention d'Hollywood (ce qui est curieux puisqu'il existe une toile de Jean-Léon Gérome datée de 1859 et qui porte ce titre). « Ave Caesar, Morituri Te Salutant », c'est bien beau tout de même dans le genre tragique à peplum, même si ça prouve assez que l'Histoire qui balade ses lambeaux dans nos pommes, c'est rien que costumes hétéroclites dont on affuble des pas d'chair pas d'os.

7.

Avoir quelqu'un dans la peau : aimer passionnément, à n'en plus pouvoir le décrocher, ce lézard amoureux qui vous court la couenne, vous tressaute le palpitant, vous lézarde, vous faille.

8.

« Seigneur, depuis six mois je l'évite et je l'aime »

(Racine, « Phèdre », IV,2, v.1129 [Hippolyte])

9.

Seigneur, ô mon daron, voilà un bail que j'l'esquive et que je la kiffe tant que je l'ai dans la peau, la grande blême, la grande blême du palais.

10.

« Harold the Barrel cut off his toes and he served them all

For tea »

(Genesis, « Harold The Barrel », chanson pop baroque assez)

Une salade d'orteils, histoire de mettre les pieds dans l'plat.

11.

Je suppose que ça a déjà été dit le baroque casse la baraque, mais que voulez-vous, je m'amuse d'un rien.

12.

Qu'un jour qu'on voit limpide couler le fleuve des morts et qu'on se dit que sois poli maintenant qu'ça suffit nom di dji.

13.

« Et le fleuve des morts limpidement vu »

(Pierre Jean Jouve)

14.

Qu'un éclat du soleil sur le fer d'une lance d'il y a des siècles se ferait éclair maintenant pour te foudroyer, ô saloperie.

15.

Zut écrit des tas d'trucs lunaires, c'est qu'elle n'a pas envie de se laisser bouffer toute crue par les rêves, lesquels lui battent la campagne.

16.

Qu'on aurait du luneux plein la caboche, qui roulerait sa bosse dans nos rêveries, et pis chuté d'une chanson de Malicorne.

17.

Qu'on serait les tatouages d'un géant lutteur, qu'on se plisserait, déplisserait, disparaîtrait et réa, au rythme de ses roulements des mécaniques.

18.

Qu'les chansons auraient bu toutes les larmes et qu'un soleil clair comme vin nouveau éclaire les mirettes.

19.

« Je suis aveugle, on me plaint

Et moi je plains tout le monde »

(« Le Luneux », chanté par le groupe Malicorne, « Almanach », 1976)

20.

J'aime bien le « take a running jump » qui termine le « Harold The Barrel » de Genesis, avec cette note qui s'enfuit dans la perspective où se profilerait Alice.

21.

Alice à la hache à trancher les nœuds du réel.

22.

Comme une fille qui boirait d'la bière dans un bar là-bas, avec une amie, et qui parlerait de poésie dans une langue que je ne connais pas.

Patrice Houzeau
Hondeghem, le 26 juin 2015

Repost 0
26 juin 2015 5 26 /06 /juin /2015 02:12

MORITURI TE SUSPIRANT

1.

L'escalpince était plein d'la pipelette trucidée ; comme quoi le carton scotché à la loge ne mentait pas.

2.

L'fixant d'son grand œil, elle tenta de le télépather, mais sa mirette rebondit sur comme un mur façon balle au squash.

3.

Qu'elle ouvrirait la forêt comme si les feuillus, c'était d'la vaste fenêtre qui donnerait sur une épée à mystères et autres celteries.

4.

Des fois, j'ai l'impression qu'les choses me sucent mon temps.

5.

Vampirie, tout n'est que vampirie, d'la draculance qui vous vampe-suce le temps pour vous snober qu'zêtes que gueux !

6.

L'éternité, en voilà une bégueule, une fière-cul, une qui vous file entre les jours, pis qui vous plante tout long dans l'sapin.

7.

Le frisson qui me prit la première fois que j'ai entendu « Morituri Te Salutant » chanté par Catherine Lara, genre qu'une église de dans le temps me remontait la plante, m'annexait le spéculant.

8.

Pourquoi j'aime les chansons ? Cause que la voix est blanche, la voix est nègre, la voix est pleine de racines et de ciel.

9.

Faisait un soleil fripé, couille d'un dieu mort.

10.

Qu'les mots seraient des pièges à loups blancs qu'on croit voir, connaître, reconnaître, qu'on en sait des trucs qu'au bout on a rien vu rien pigé rien saisi.

11.

Qu'les voix des chansons, ça serait les voix de ceusses qui sont plus qu'osses et qui nous disent l'ironie du temps.

12.

« Dans ma ville il n'y avait pas de parcmètres

Je voyais des ouvriers manger des sandwiches à l'omelette »

(MC Solaar, « Obsolète »)

13.

Qu'les feuillus y s'croiseraient pour aller chercher le tombeau d'un inconnu dans le berceau des cendres.

14.

Qu'la solitude serait un manteau si long si lourd qu'on s'y endormirait qu'les autres manteaux parleraient de vous comme on cause des morts.

15.

Ce qu'ils émiettent du ratelier, les autres, c'est du roman à n'y pouiquer que nib, des histoires de ciel à sardines.

16.

Qu'on nage dans l'gris-bleu d'une ville où l'on ne devrait plus être

Qu'est-ce qu'on fiche cor là que tout s'étrange autour d'nos os ?

17.

Avec cet écho d'autre voix sur la dernière syllabe de « Salutant » ; un frisson j'vous dis - d'autre voix d'autrefois c'est d'l'autant dire.

18.

« Pour vous je serai l'archange maudit

Du fond des eaux monte la nuit

Je ne sais plus écouter tout bas

Comme la fin d'un écho

Le sombre rire de la mort

 

Morituri te salutant miserere domine »

(Daniel Boublil, « Morituri », chanté par Catherine Lara)

19.

Y a pas d'quelconque, qu'on y gratte et on y trouve du quelqu'un, du quelquefois, du souvent, d'la syllabe luttant contre le vent.

20.

Qu'le vent pondrait des yeux qui nous fourmilleraient la mémoire, nous arrimeraient à des visages qu'on r'connaîtrait quand même.

 

Patrice Houzeau

Hondeghem, le 26 juin 2015

Repost 0

Recherche