Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 mars 2015 5 06 /03 /mars /2015 17:37

BREF POURVU QU'ÇA DURE !

1.
La politique, un guignol où le rôle du gendarme est d'empêcher que le public en vienne à casser les jolies marionnettes.

2.
http://archimou.weebly.com/ Coloré, paradoxal, drôlement beau ! C'est ARCHIMOU ! Pourvu qu'ça dure !

3.
Serpent crocs gueule du dans l'herbe écailles i glisse le serpent in'rampe pas i glisse glisse glisse plein de légendes de reines mortes.

4.
Noir jamais vraiment noir géométries colorées nuit lune abolie par les tuiles faces pâles livides circulant loin dans le vide là-bas dehors.

5.
x appelle y, si x = y, coïncidence, si y=z, x=z, transitivité puis couple tel que si x bouge un cil y bouge un cil idem ailleurs bien loin.

6.
Quatre soleils ô mondes Indiens Amérique soleil susurré sacrifices sang bande dessinée quand comme moi on n'y connaît rien relire Soustelle.

7.
Agriculture mondialisée ; on mange mal quand même, sauf en Europe, mais pas toujours, vaches, cloches, saucisson sec saucisson sec saucisson sec, cymbale pour un drolatique jazz.

8.
Labyrinthe la tête dédale caboche j'y balade mes Ariane y promène mes Phèdre mes Cléopâtre belles tragiques reines vertes fil cousant blanc.

9.
Néant : Rien bouffe-tout-cru, grand goulaffre sans bouche, haute gueule sans langue, carrée mâchoire sans dents, souligne l'être, se nourrit de syllabes et d'leurs cervelles, finit par vous rentrer dans les oreilles et vous souffle un de ces vents dedans qui vous aspire tout, et vous restez viande.

10.
Glas ça s'répète glacé dans la brume et le cimetière Glas dans « Contre! » de Michaux : « Glas ! Glas ! Glas sur vous tous, néant sur les vivants ».

11.
Dong ! Dong ! Dong ! Brouillard en surgissent croix et médaillons gothiques chat noir yeux de phosphore feux follets diable diable diable.

12.
Autrefois del'à jamais revenir poudre «ashes to ashes» cendres resurgissant revenant tant de temps etune fascination toujours aussi vive.

13.
Autrefois de là le changé le repensé le passé se repense et se repasse de livre en livre, lire fréquenter l'autrefois.

14.
Reine verte des musiques acousmatiques palais dans d'autres voix ombres dans d'autres sons éclats sombres de conte noir à chevelure rousse.

15.
Reine magnificence verte blanche dame des contes danses seins lourds palais parcs et souvenirs tout ça repassé linge propre une enfant joue.

16.
Reine soleil lys champ de bataille tremblements de l'enfant Ecosse froide Ecosse corbeaux cordes cordes corbeaux et haches qu'on en a haché tant des reines en voilà des tourmentées des martyrisées des décapitées cours cours toujours mon enfant la hache finira par te rattraper à moins que tu soies Reine des chansons et des merveilles d'Alice - la Reine ! celle qui a tant peur qu'on la décapite qu'elle crie « qu'on lui coupe la tête ! » qu'elle crie à tue-tête et à tout bout de champ.

17.
Sous : Manque, perpétuel, sempiternel, quasiternel, quand j'en ai, ils s'évaporent. L'argent vole (quand il n'est pas volé). Dessin de Baudelaire : la tête du poète et le sac de la fortune qui s'enfuit à tire-d'ailes.

18.
Eglise : Dieu y compte les siens, avec ou sans chapeau.

19.
Eglise : dedans y a du curé. Jadis homme en noir. Armée d'hommes en noir commandée par un « Monsieur tout blanc ».

20.
« Pierre, tu es pierre et sur cette pierre... » Erreur de traduction. C'est beau quand même.

21.
Mettre l'église (ou le clocher au centre du village) : mettre la bouteille de vin au centre de la table.

22.
Qu'ai-je fait aujourd'hui ? Je suis pourtant de bonne foi.

Patrice Houzeau
Hondeghem, le 6 mars 2015.

Repost 0
6 mars 2015 5 06 /03 /mars /2015 12:32

CHANSON DU PLOMBIER FANTÔME (et de sa conscience professionnelle)

L'eau goutte goutte goutte
Ecoute c'est la chanson énervante et monocorde
Du robinet qui fuit
C'est qu'on a zigouillé l'plombier

L'plombier c'était l'amant d'la Marie
Et le mari d'la Marie en fut fort marri
Aussi a-t-il refroidi l'amant bouillant
Et flanqué sa poule au ri-
Et flanqué sa poule au ri-
Et flanqué sa poule au ri-
Ctus des morts.

L'eau a n'goutte plus
Ecoute on n'l'entend plus flicfloquer
C'est qu'le robinet i n'fuit plus alors
Mais quelles sont cette ombre et cette clé levée ?

C'est l'fantôme du plombier zigouillé
Qui revient finir le turbin
Avant d'envoyer l'mari d'la Marie
D'un fatal coup de clé qui lui sortit
D'la caboche toute sa plomberie
Rejoindre sa poule au ri-
Rejoindre sa poule au ri-
Rejoindre sa poule au ri-
Ctus des morts.

Patrice Houzeau
Hondeghem, le 6 mars 2015

Repost 0
6 mars 2015 5 06 /03 /mars /2015 10:00

IL N'EST PAS NECESSAIRE ET AUTRES BREFS POLITIQUES

1.
L
a politique est une suite de reprises en main ; c'est en cela qu'elle est continuité et ruptures.

2.
Civilisation : ensemble de continuités et de ruptures. Notre civilisation sera-t-elle la première à briser le cercle, à ouvrir
sur l'infini la communauté des vivants ?

3.
Je me demande parfois, à la lumière de la psychanalyse, si la politique n'est pas une sublimation de la haine.

4.
Péril : extrême ; il implique l'impossibilité de garder le silence.
« Quoi ! Vous pouvez vous taire en ce péril extrême ? »
(Racine, « Phèdre », V,1,v.1329 [Aricie])

5.
Remarque intéressante de Nicolas Hénin 
: «... les jihadistes sont des enfants des rues, sont des enfants de nos rues. »

6.
Trouble : on se demande souvent, à l'instar des tragiques, « quel trouble au mien peut-être égal ? ». Politique et psychologie reposent sur la gestion des troubles, aussi inévitables et nécessaires que des alarmes d'incendie.

7.
Ce n'est pas sur le citoyen que la puissance publique doit exercer son contrôle, c'est sur le réel.

8.
IL N'EST PAS NECESSAIRE

Il n'est pas nécessaire de vous excuser
Mais excusez-vous tout de même
J'aime qu'on s'excuse quand on m'a balancé
En pleine figure une tar
te à la crème

Il n'est pas nécessaire de vous excuser
Mais faites donc je vous prie priez-moi
Priez-moi de bien vouloir vous excuser
Surtout quand on vient de me briser
les doigts

Il n'est pas nécessaire de vous excuser
Mais tout de même mais tout de même
Considérez que vous m'avez couvert de chaînes

Il n'est pas nécessaire de vous excuser
Surtout que mon sang vous chavire la bedaine
Et que mes mains de terre vous serrent si fort le cou.

Patrice Houzeau
Hondeghem, le 6 mars 2015

Repost 0
Published by PATRICE HOUZEAU - dans FANTAISIES SPECULATIVES
commenter cet article
5 mars 2015 4 05 /03 /mars /2015 22:33

ORESTE IN THE SUPERMARKET ET AUTRES BRICOLES

1.
D
ouleurs : ce que conçoit Hermione, les douleurs de l'autre, en l'autre, ombres, murène.

2.
Dévorer : ce sont les flammes et les féroces qui dévorent, ou le chagrin d'Hermione.

3.
« Errante et sans dessein je cours dans ce palais. »
(Racine, « Andromaque », V,1, v.1395 [Hermione])
L'affolement.

4.
Pensée : pleine d'un fond dans lequel on est censé savoir lire, façon marc de cafetière, soleil caché bien noir, masqué, nuages.

5.
Maître : de soi, des choses, des autres, « comme de l'univers » et puis se prendre les pieds dans un tapis et se faire appeler Patatras.

6.
C'est dans le film « Ridicule », de Patrice Leconte, qu'il est fait mention d'un « marquis de Patatras ».

7.
« 
Que sais-je ? De moi-même étais-je alors le maître ? »
(Racine, « Andromaque »,III,1, v.725 [Oreste])

8.
Oreste : projette d'enlever Hermione ; hyperbole, hybris, doute de son empire sur lui-même ; évocateur des fureurs ; ce que Pylade modère en « emportement ».

9.
« Va faire chez tes Grecs admirer ta fureur »
(Racine, « Andromaque », V,3, v.1535 [Hermione à Oreste])

Comme cela est bien dit et comme cela m'amuse !

10.
Oreste et ses serpents, palais, sifflements, la Mère Gorgone flotte dans l'air.

11.
A l'expression « j'en reste médusé » on préfère maintenant « non mais, j'hallucine ! » Du reste, Oreste y plane encore.

12.
« Et mon cœur, aussi fier que tu l'as vu soumis,
Croit avoir en l'amour vaincu mille ennemis. »
(Racine, « Andromaque », II,5, v.635-36 [Pyrrhus à Phoenix])

L'amour en armée, dont le cœur se doit d'être vainqueur. Sottise évidemment. Image baudelairienne des tétons pointés en armée de poitrines nues.

13.
Ou alors « coeur vainqueur » à la
du Bellay, « de toute adversité », qu'on se demande où donc qu'il est passé.

14.
Coeur, vieille pompe, ancien tremblement de cymbale,
cogne-côtes, et, à la Rimbaud, « vieille terrine des sentiments ».

15.
« A chercher dans vos yeux une mort qui me fuit »
(Racine, « Andromaque », II,2, v.496 [Oreste à Hermione])

Tel quel, ce vers est beau comme un mystère.

16.
« A chercher dans vos yeux une mort qui me fuit »
Mais que dis-je et il pleut et que tombe la nuit
Y passent de petits anges à vélo bleu
Que gobe une longue langue très déroulée.

17.
ORESTE IN THE SUPERMARKET

Entre les surgelés, le fromage et le beurre,
Quels secrets venimeux se nouent-ils en ces cœurs ?
J'étais v'nu acheter d'la bière et des amuse-
Gueule et qui que j'vois là ? Laura, Laura Méduse !

Aussitôt tout siffla autour de ma cerise !
Mon coeur bonga bonga bousculant ma chemise !
Dans ma tête il se mit à neiger du Racine ;
Je m'sentis frissonner du côté de l'échine.

La gorgone grogna me zieutant dans les zieux ;
Je vis se gondoler les têtes de gondole !
Quant à la guibole, oh j'les avais très très molles…

La soupière blanche ornée de sirènes bleues
Siffla dans l'espace et se cassa sur ma fiole ;
Trois mois j'en eus l'esprit troublé et patafiole !

18.
Soufflé par Elise :

« Le paradis des oreilles pointues ? » demanda Monsieur Spock au premier jour de son éternité.
« - Tout droit après l'Oreille cassée et juste avant celui d'entre-les-dents. Vous y allez comment ? »
- « Télétransportation. »

Au revoir, monsieur Nimoy !

Patrice Houzeau
Hondeghem, le 5 mars 2015.

Repost 0
5 mars 2015 4 05 /03 /mars /2015 20:23

PASSAGE DE LA TROMPE (sonnet pour trompe et soeur Anne)

Un éléphant trompe trompe trompe
Trompine trompette trombone
Dans la savane ane ane ane
Mais mais mais que fait cette Anne dans la savane ?

- Anne ma sœur Anne ne vois-tu rien barrir ?
- Ah je vous en prie ne me faites barrir
Quant à voir je ne vois qu'herbe qui herboie
Lion qui louchoie et route qui routoie.

Ou toi Ou toi Ou toi fait l'écho
De la savane ane ane ane
Encore cette Anne ! Elle n'est même pas ma sœur.

Ma sœur, je l'ai perdue ! Un éléphant
D'Amérique me l'a prise et ravie et envolée
Olé! dirent-ils Oh! là fis-je et la trompe passa.

Patrice Houzeau
Hondeghem, le 5 mars 2015.

Repost 0
Published by PATRICE HOUZEAU - dans fantaisies
commenter cet article
5 mars 2015 4 05 /03 /mars /2015 17:43

LIME SOURDE

1.
« La politique est une lime sourde, qui use et qui parvient lentement à sa fin. »
(Montesquieu, « De l'esprit des lois »)

2.
« Amiens ne veut pas se laisser manger» par le regroupement des régions – comme on regroupe un troupeau ?

3.
« Amiens ne veut pas se laisser manger » par l'hypertrophie à venir, baronnies, enflure des fiefs.

4.
La démocratie consiste à remplacer l'ennemi par l'adversaire, mais dans nos têtes, bien des adversaires restent des ennemis que la toute puissance de l'économie sert à mettre à notre merci, sinon à éliminer.

5.
« L’État est une machine parce qu'il se sait mortel. »
(André Glucksmann, « Le nouveau régime » in « Les Maîtres penseurs »)

On ne peut attendre de bienveillance de la part d'une machine. On ne peut en attendre qu'une inhumaine neutralité, encore que parfois il arrive que l'on dérègle la machine.

6.
L'info en continu et la puissance du web font de la politique un spectacle permanent. Pendant ce temps-là, en coulisses et dans le secret des palais...

7.
Pendant ce temps-là, derrière les rideaux, le groin de la crise.

8.
« Morituri te salutant » : cette phrase m'est venue en tête en voyant ces fous de Daesch brandir leurs drapeaux de mort ; croient-ils réellement pouvoir vaincre le monde entier ?

9.
Voter, c'est souvent faire confiance en des gens qui n'ont aucune expérience concrète de la pauvreté.

10.
« volontarisme pragmatique et lucide », expression un peu creuse du ministre Macron, car si son plan n'était ni pragmatique, ni lucide, ni volontariste, nous aurions tout à craindre, non ?

11.
« FNPS » : vacharde antithèse. Il est vrai que l'échec économique du PS pousse beaucoup d'électeurs, y compris à gauche, à voter pour l'extrême-droite.

12.
« Les lois qui font périr un homme sur la déposition d'un seul témoin, sont fatales à la liberté. »
(Montesquieu, « De l'esprit des lois »)

Mieux vaut tourner la langue sept fois dans sa bouche avant de prendre Dieu à témoin.

13.
La politique : spectacle, sport d'endurance, sport d'équipe, art de l'éloquence, combat dans l'ombre, théâtre, cinoche, tragi-comédie.

14.
La tolérance du port du voile à l'Université : je n'ai rien contre si l'on considère l'Université comme une noosphère (une « sphère de l'esprit »), un espace où le savoir est une valeur qui transcende tout règlement républicain susceptible de gêner étudiants et chercheurs dans leurs travaux ; j'y suis opposé si l'on considère l'université comme une institution scolaire aussi laïque et républicaine que toutes les autres institutions scolaires.

15.
Il paraît que l'ancien maire de Paris, Jean Tibéri, 79 ans, définitivement condamné à la prison avec sursis dans une affaire de fraude électorale, a demandé à ses avocats de saisir la Cour Européenne des Droits de l'Homme. Elle aurait pas des fois autre chose à faire, la Cour Européenne des Droits de l'Homme ?

16.
« Voilà donc les hommes, réunis et armés tout à la fois, s'embrassant d'un côté, si on peut parler ainsi ; et cherchant, de l'autre, à se blesser mutuellement. »
(Montesquieu, « De l'esprit des lois »)

17.
« Est-ce Phèdre qui fuit ou plutôt qu'on entraîne ? »
(Racine, « Phèdre », II,6 [Théramène])

La passion dans l'être, on l'emmène ; on ne l'expose pas ; par définition, elle est obscène.

18.
Entendu à la radio qu'en Chine la passion amoureuse avait fort mauvaise presse, étant considérée comme nuisible à l'harmonie sociale.

19.
La passion du Christ, la face douloureuse du Dieu de tous les hommes.

20.
Ce qui passionne dans l'être, c'est justement sa capacité à se passionner, à se fasciner devant ses infinies possibilités de fascination.

Patrice Houzeau
Hondeghem, le 5 mars 2015.

Repost 0
Published by PATRICE HOUZEAU - dans FANTAISIES SPECULATIVES
commenter cet article
5 mars 2015 4 05 /03 /mars /2015 13:20

SCANDALE A LA CARSAT NORD PAS DE CALAIS

MANUEL VALLS SE DEFEND PAR L'ATTAQUE ET LA FEINTE COLERE

2014-2015 : Nord/Pas-de-Calais. Dysfonctionnement grave de la CARSAT (Caisse d'Assurance Retraite et de la Santé au Travail) : Depuis plusieurs mois, des milliers de retraités connaissent d'importants retards de paiement et ne touchent quelquefois que peu, voire rien du tout, des sommes qui leur sont dues. Ce problème n'intéresse visiblement pas les grands médias nationaux et, ce mardi 4 mars 2015, lors de la séance des questions de l'Assemblée nationale, à la question légitime posée par le député Gérald Darmanin sur ce que le gouvernement compte faire pour résoudre ce problème, Manuel Valls a préféré l'attaque et la colère feinte contre une formule, certes maladroite, du député-maire de Tourcoing à l'encontre de Christiane Taubira. Le chef du gouvernement a ainsi refusé de répondre sereinement et de manière responsable aux inquiétudes, voire à la détresse de nos concitoyens.

Patrice Houzeau
Hondeghem, le 5 mars 2015

Repost 0
Published by PATRICE HOUZEAU - dans ACTUALITES
commenter cet article
5 mars 2015 4 05 /03 /mars /2015 09:49

SIGNE ET PERSISTE

1.
Dans « Les Maîtres penseurs » André Glucksmann évoque les « panoplies proposées pour habiller le maître ». Il est vrai que la politique est un bal masqué qui dissimule bien des poignards et tous leurs traîtres.

2.
Maîtresse du langage, l'éducation nationale ne cesse de produire du cours et du discours, de la leçon de citoyenneté – sinon de morale -, du rapport, de l'expertise, du magistral. Plus personne ne l'écoute et tous lui en veulent de s'être rendue si inefficacement indispensable.

3.
La France est un pays de droite qui vote parfois à gauche ; en tous cas, jusqu'ici.

4.
« Muss es sein ? Es muss sein ! » est une expression volontariste qui se vérifie toujours a posteriori.

5.
La politique forge ses clés dans le passé, avec lesquelles elle s'efforce d'ouvrir des portes sur l'inconnu.

6.
Trop d'impôt tue l'impôt comme trop de citoyenneté étouffe le citoyen.

7.
Que l'islam soit perçu en Europe comme un problème est sans doute lié à la perte de l'influence du christianisme. Il faut un bon dieu aux âmes simples comme il faut un gendarme au coin de la rue.

8.
Je regrette qu'en France l'idée d'une police de proximité ait été abandonnée. A-t-on craint des collusions entre certains membres des forces de l'ordre et les bandits ds économies parallèles ?

9.
On a tort de vouloir faire taire Eric Zemmour qui dit souvent des bêtises – sinon des conneries – mais qui joue parfaitement son rôle d'idiot utile.

10.
Le bouffon n'étant qu'un bouffon, on ne peut jamais le croire tout à fait. Il est parfois Cassandre, parfois Oreste, parfois le Sphinx ; il est toujours le Phénix.

11.
Le dieu qui cracha dans la bouche de Cassandre s'appelle politique.

12.
A quoi sert le Front National ? A faire gagner l'un ou l'autre, selon l'intérêt que ses dirigeants y trouvent.

13.
Avec la fin du service militaire, on n'apprend plus aux jeunes gens à agir vite. L'école est parfois si lente, si lourde, si épuisant l'énergie de ceux qui ne demandent qu'à remuer.

14.
Que l'on remplace Kant par La Rochefoucauld et la bêtise de la dissertation philosophico-niaise par le bref incisif, le paradoxe et l'énigme et l'on aiguisera plus vivement que jamais certains esprits qui s'épuisent pour l'heure à répéter ce que dit le maître.

15.
Du palmé, de l'empaillé, du mielleux, de l'hypocrite, du bienveillant : aussi sûrement que la pauvreté produit de l'endettement, les institutions produisent du cire-pompes.

16.
Le pire est toujours sûr ; reste à savoir quand.

17.
Les démocraties sont aussi mortelles que des dieux ; nous vivons sans doute nos derniers soleils.

18.
La dette des Etats n'est pas une faute ; ce sont les guerres que ces Etats entretiennent qui sont des fautes.

19.
La Pax Americana aura peut-être été aussi illusoire que la Pax Romana. A quel prix notre civilisation va-t-elle se transcender et passer outre sa propre fin ?

20.
Quand un membre de l'opposition dit à la télé que ça va mal et que la France, jour après jour, « s'asphyxie », on peut penser que c'est là l'hyperbole politicienne habituelle ; mais moi, quidam, cet homme, je finis par le prendre au mot, et ne vais plus voter.

Patrice Houzeau
Hondeghem, le 5 mars 2015.

Repost 0
Published by PATRICE HOUZEAU - dans FANTAISIES SPECULATIVES
commenter cet article
5 mars 2015 4 05 /03 /mars /2015 08:12

IL FAUT SORTIR DU BOIS ; LES LOUPS MONTRENT LEURS CROCS

 

1.

« un peuple renfermé dans une ville, où tout ce qu'il y a d'odieux devient plus odieux encore »
(Montesquieu, « De l'esprit des lois »)

Voilà qui aurait dû faire réfléchir les irresponsables qui ont pondu villes nouvelles, grands ensembles, zup, zac et culs-de-sacs, puis ont tenté de rentabiliser leurs méfaits architecturaux par le regroupement familial.

2.
La seule chose qui sauve François Hollande de l'inefficacité absolue, c'est sa détermination à intervenir militairement dans les pays menacés par les sectes jihadistes.

3.
Il ne sert à rien de reprocher aux tombes d'avoir trop fumé, trop bu, trop baisé.

4.
Prescience de la société de consommation dans ce passage de « L'Esprit des lois » :

« Les bonnes républiques grecques avaient, à cet égard, des institutions admirables. Les riches employaient leur argent en fêtes, en chœurs de musique, en chariots, en chevaux pour la course, en magistrature onéreuse. Les richesses y étaient aussi à charge que la pauvreté. »
(Montesquieu, « De l'esprit des lois »))

5.
Objectivement, tout Français qui part se battre dans les rangs des jihadistes est un traître à la patrie. Que certains d'entre eux soient mineurs en dit long sur l'échec de notre modèle républicain à contrecarrer les propagandes fascisantes.

6.
L'Histoire n'est pas la diachronie de la lutte des classes, mais le récit du combat désespéré du singulier contre l'anonymat.

7.
Il est probable que l'influence de plus en plus nette de l'extrême-droite dans la vie politique française ouvrira des bouches et serrera des poings.

8.
Entendu parler d'un tronçon d'autoroute sur lequel l’État avait installé 12 radars sur 18 kms ! A ce niveau, ce n'est plus de la sécurité routière, c'est du racket.

9.
« On n'y juge pas les actions des hommes comme bonnes, mais comme belles ; comme justes, mais comme grandes ; comme raisonnables, mais comme extraordinaires. »
(Montesquieu, « De l'esprit des lois »)

L'ogre de l'Histoire a la gueule pleine de chairs ; mais ce qui compte, c'est la légende, le storytelling, l'esthétique.

10.
Négociations avec Bachar el-Assad : Il y aura toujours de bonnes âmes pour négocier avec le diable. C'est ce qu'il ne faut faire qu'avec ruse et sans perdre le but final : se débarrasser de l'illégitime au profit du légitime.

11.
La crise économique de 2008 a sans doute joué un rôle non négligeable dans les conflits actuels. Il n'y a que dans les périodes de grande prospérité que l'on peut espérer être en paix. La montée des paupérismes entraîne toujours la montée des périls.

12.
La montée des paupérismes entraînant la montée des périls, le concept de décroissance, voilà du pain bénit pour les pensées totalitaires.

13.
« La liberté politique consiste dans la sûreté, ou du moins dans l'opinion que l'on a de sa sûreté. »
(Montesquieu, « De l'esprit des lois »)

14.
La liberté politique est toujours un risque pris contre l'ordre toujours établi et renouvelé de la puissance publique.

15.
Il n'y a pas de liberté politique sans lutte contre une contrainte, serait-elle fictive.

16.
Mardi 3 mars 2015 : on parle à la télé de prison secrète à Chicago et de mise au secret de citoyens américains. Dans quoi les États-Unis ont-ils basculé ?

17.
Le fantôme échappant à tout pouvoir, de quelle politique se nourrissent irrationnel et parapsychologie ?

18.
Mondialisation de l'économie, mondialisation des conflits, et donc mondialisation du terrorisme.

19.
Il est vain de croire qu'une paix universelle et pérenne soit possible, en raison de cette caractéristique de la conscience qu'elle cherche toujours à prendre l'ascendant sur la conscience de l'autre.

20.
Qu'est-ce qu'une guerre ? - Une généralisation de la criminalité, laquelle aime tant singer le militaire.

Patrice Houzeau
Hondeghem, le 5 mars 2015.

Repost 0
Published by PATRICE HOUZEAU - dans FANTAISIES SPECULATIVES
commenter cet article
5 mars 2015 4 05 /03 /mars /2015 02:17

JE SIGNE ENCORE

1.
Rappel : une loi ne sert réellement la démocratie que si elle permet au citoyen de la contourner.

2.
Il y a un devoir de subtilité et de nuance dans l'application des lois, un devoir de subtilité et de nuance qui, je le crains, échappe à bien des politiques.

3.
Dans l'affaire dite « du mur des cons » - bagatelle et potacherie ! - le reproche que l'on puisse faire à ces sereins magistrats, c'est de ne pas s'y être affichés eux-mêmes.

4.
« Il en fut, de cette loi, comme de toutes celles où le législateur a porté les choses à l'excès : on trouva un moyen de l'éluder. »
(Montesquieu, « De l'esprit des lois »)

5.
Le débat démocratique ne peut réellement se faire sans le droit de critiquer les lois promulguées, leur mise en application et les jugements qui en découlent.

6.
Qui rêve de loi parfaite voit les citoyens autrement qu'ils sont.

7.
L'humain finira par avoir sa propre peau : à tout créateur son destructeur.

8.
L'idée d'un citoyen parfait – cette conscience qui ne serait guidée que par l'intérêt général – est une utopie aussi mortifère que l'idée d'un État fondé sur la stricte obéissance aux dogmes religieux.

9.
Puisque les loups montrent maintenant leurs crocs, il est temps de sortir du bois.

10.
Ce n'est pas la langue qui est fasciste, c'est le petit maître qui use de cette langue comme un despote le fait d'une loi.

11.
L'amour de la République passe par l'amour de la propriété. On aime vraiment que ce qui semble pouvoir nous appartenir.

12.
Si les œuvres d'art coûtent si cher, c'est qu'elles nous donnent l'illusion de pouvoir être, tout de même et quand bien même, propriétaires d'un peu de beauté, d'un peu de temps, d'un peu d'infini.

13.
La généralisation du « tiers-payant » est une manière déguisée de réduire les médecins libéraux à un statut de fonctionnaire paperassier, pointilleux, aux ordres.

14.
Education nationale : Entendu à la radio que la Cour des comptes considérait que 2 milliards d'euros- d'où vient ce chiffre ? - pour des dispositifs d'aide dite « individualisée » ou encore « personnalisée » dont l'efficacité ne saute pas aux yeux (c'est le moins que l'on puisse dire), c'était tout de même un peu cher. Certes, mais c'est pas grave, nos chers illettrés auront quand même leur bac.

15.
Sans doute le nombre de fonctionnaires qui se font élire députés est en France trop important. La vision politique qui en résulte ne peut être que partiale, sinon partielle.

16.
« Le style des lois doit être simple ; l'expression directe s'entend toujours mieux que l'expression réfléchie. »
(Montesquieu, « De l'esprit des lois »)

17.
La loi se doit d'être plus libérale que la loi ; le juge est le garant de ce libéralisme.

18.
Je ne peux pardonner à l'extrême-droite ni son antisémitisme, ni d'avoir tenté d'assassiner de Gaulle.

19.
Bob Fosse, Gainsbourg, et tant d'autres, singularités contre elles-mêmes, monades complexes and all that jazz !

20.
Ma propre mort est la condition de mon courage, comme de ma lâcheté.

Patrice Houzeau
Hondeghem, le 5 mars 2015.

Repost 0
Published by PATRICE HOUZEAU - dans FANTAISIES SPECULATIVES
commenter cet article

Recherche