Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 janvier 2010 5 01 /01 /janvier /2010 12:12

DU FAIT A L’ENIGME

Ecrire consiste à transformer des faits en énigmes.
L’analyse, cet investissement du langage, réalise les faits en les nommant, en les circonstanciant.
La synthèse, ce retour sur investissement, souligne le fait que l’énigme est un apparaître du fait.
D’où ce commentaire des commentaires qui constituent le déploiement infini (semble-t-il) de la fantaisie (ou de la fureur, ou de la manie) spéculative.
Il n’y a pas de magie en dehors de la logique. Paradoxalement, c’est l’usage logique du langage qui détermine la part de magie, d’irrationnel, d’onirisme, de rêverie et de mélancolie, et qui fonde ainsi la part privée de notre être au monde.
Encore que l’être social soit bien loin d’être tellement rationnel : il l’est techniquement, il l’est théoriquement ; il ne l’est guère dans la prise de décision de ses affaires, où la part d’ombre qui fait de lui un humain se substitue souvent à la maîtrise purement logique des faits.
Il semble ainsi que magie et mélancolie trouvent leur raison d’être dans la puissance du langage, qui n’est pas un mode d’emploi du réel (une succession de syntagmes articulés par la logique), mais une création infinie de mondes dans le monde, une mise en œuvre des pensables paradigmatiques. Nous sommes aussi nos propres univers parallèles.
C’est ainsi sans doute que nous sommes autant (sinon radicalement plus) concernés par l’être que par le faire, autant pré-jugés par notre position que par notre progression, et c’est ainsi, aussi, que nous avons inventé la morale qui nous permet de faire en demeurant dans l’être, d’agir en devenant nous-même, et que nous suscitons la tolérance, cette nécessité du relatif dans la froide objectivité de l’administration de ce monde.

Patrice Houzeau
Hondeghem, le 1er janvier 2010

Repost 0
Published by PATRICE HOUZEAU - dans FANTAISIES SPECULATIVES
commenter cet article
1 janvier 2010 5 01 /01 /janvier /2010 02:01

A REBOURS

Je compte lentement : 1 – 2 – 3 – 4 – 5 – 6 – 7-  8 – 9 – 10. Voilà 10 seconde de passé. De pur passé. 10 secondes passées dans ce passé qui me rapproche inéluctablement de ma propre mort.
Les chansons et les images fabriquées, qui sont partout, rythment ce décompte. Nous allons à l’abîme, mais en dansant, mais en rêvant.
Entre temps, nous gagnons plus ou moins péniblement, plus ou moins habilement, plus ou moins honnêtement, notre part d’existence.

Patrice Houzeau
Hondeghem, le 1er janvier 2010

Repost 0
Published by PATRICE HOUZEAU - dans FANTAISIES SPECULATIVES
commenter cet article
1 janvier 2010 5 01 /01 /janvier /2010 01:58

31 DECEMBRE

Le 31 décembre permet d’assister au spectacle des corps en mouvement que mettent en scène les cabarets : succession de corps jeunes et dynamiques, plus ou moins dénudés, et qui constituent l’objet même du spectacle contrastant ainsi avec les corps habillés du 24 décembre, peu mobiles et contenus dans le spectacle de l’humanité commémorant la naissance du fondateur mythique de la civilisation chrétienne.
Les fêtes de fin d’année célèbrent ainsi ferveur religieuse (la diachronie) et la tension érotique vers la synchronie des paganismes.

Patrice Houzeau
Hondeghem, le 1er janvier 2010

Repost 0
Published by PATRICE HOUZEAU - dans FANTAISIES SPECULATIVES
commenter cet article
30 décembre 2009 3 30 /12 /décembre /2009 08:48

LEGION

Le réel nous signifie que nous sommes à lui comme la proie au vampire. Il contamine l’humanité entière. Il dispose pour cela une légion de langues qui se disputent le corps possédé.

Patrice Houzeau
Hondeghem, le 30 décembre 2009

Repost 0
Published by PATRICE HOUZEAU - dans FANTAISIES SPECULATIVES
commenter cet article
30 décembre 2009 3 30 /12 /décembre /2009 08:44

DU REEL

Le signifiant du réel, et ce qui, de ce réel, est signifié, constituent la matière des littératures. Ce n’est pas du réel lui-même que se nourrit le texte, mais de l’effet de réel, cette puissance des signes qui fait de nous des êtres essentiellement symboliques. Les traités de philosophie, le plus cartésien des discours, n’ont aboli ni la légende ni le mythe. Au contraire, ils les ont éclairés, ressuscités jusqu’à susciter de nouvelles légendes, de nouveaux mythes : on réduit ainsi Marx à la lutte des classes, Nietzsche à la Volonté de Puissance, Kant à la rigueur de la morale et Platon à la préparation aux concours.
Le réel est un paradigme de l’humain, et non son contexte : cf cette expression relevée dans un article sur les romans de Jean Vautrin :
« … voilà du réel, du très, trop, réel. » (Jacky Goupil, in Circus n°30, septembre 1980, p.83).

Patrice Houzeau
Hondeghem, le 30 décembre 2009

Repost 0
Published by PATRICE HOUZEAU - dans FANTAISIES SPECULATIVES
commenter cet article
29 décembre 2009 2 29 /12 /décembre /2009 15:46

FIDELITE

La tristesse n’est pas plus fidèle au monde que la joie. Ce qui sied au monde, c’est la préoccupation doublée d’une indifférence polie entrecoupée d’accès de passion.

Patrice Houzeau
Hondeghem, le 29 décembre 2009

Repost 0
Published by PATRICE HOUZEAU - dans FANTAISIES SPECULATIVES
commenter cet article
28 décembre 2009 1 28 /12 /décembre /2009 12:46

DETTE

Nous dépendons toujours de ce qui dépend de nous. L’antériorité est illusoire.
C’est toujours aux dépens, c’est-à-dire à crédit, que nous vivons.

Patrice Houzeau
Hondeghem, le 28 décembre 2009

Repost 0
Published by PATRICE HOUZEAU - dans FANTAISIES SPECULATIVES
commenter cet article
28 décembre 2009 1 28 /12 /décembre /2009 12:34

TRANSTEMPOREL

« Mais il n’y a pour moi ni lundi ni dimanche : il y a des jours qui se poussent en désordre, et puis, tout d’un coup, des éclairs comme celui-ci. » (Sartre, La nausée, folio, p.82)

Transtemporalité plutôt qu’atemporalité. Les jours se poussent et nous créent de ce désordre, un vrai bordel, dans lequel on ne s’y retrouve plus, dans lequel on ne s’en sort plus, où lundi et dimanche se sont dissipés, où il ne peut y avoir que des éclairs, de ces révélations qui n’ont de sens que pour soi, à moins qu’on puisse leur donner cette valeur sociale que l’on appelle mysticisme.

Patrice Houzeau
Hondeghem, le 28 décembre 2009

Repost 0
Published by PATRICE HOUZEAU - dans FANTAISIES SPECULATIVES
commenter cet article
28 décembre 2009 1 28 /12 /décembre /2009 09:13

TEMPS TRAGIQUE

Les tragédies, ces moments de crise saisis au plus près du paroxysme, ont cependant un rapport avec la longueur de temps, avec la durée.
Les enquêteurs des romans policiers rendent visite à de très vieilles personnes, des mémoires, dont le rappel du passé, éclairent les circonstances du meurtre, cette actualisation paroxystique d’une violence latente.
Ce ne sont pas des dieux qui obligent les humains, mais des éléments du passé qui, soudain, remontent à la surface et donnent aux choses un goût de sang.

Patrice Houzeau
Hondeghem, le 28 décembre 2009

Repost 0
Published by PATRICE HOUZEAU - dans FANTAISIES SPECULATIVES
commenter cet article
27 décembre 2009 7 27 /12 /décembre /2009 09:54

ENDEMIE
Il n’est pas douteux que s’il était une espèce d’insectes dotée d’un langage assez précis pour nommer les maladies, nous, humains, passerions à ses yeux pour une épidémie particulièrement redoutable.

Patrice Houzeau
Hondeghem, le 27 décembre 2009

Repost 0
Published by PATRICE HOUZEAU - dans FANTAISIES SPECULATIVES
commenter cet article

Recherche