Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 octobre 2016 2 04 /10 /octobre /2016 09:11

CONTES ET LÉGENDES DE FLANDRE : HALEWYN

(Réécriture parodique du très beau et très fameux conte "Le Chant d'Halewyn" d'Antonia de Lauwereyns de Roosendaele)

« vers un destin mystérieux. Jamais on ne la revoyait. »

(Antonia de Lauwereyns de Roosendaele, « Le chant d'Halewyn » in « Contes et Légendes de Flandre », Fernand Nathan)

 

1.

Halewyn c'est une bele voix qui facine ravi enchante subjugue vous fée areter tout ce que t'es en train de faire pour la suivre à Onnesaitou.

 

Pour fée je suis pas bien sûr de conjugué comifau, mais come Halewyn c'est un conte une féerie je pense il ne m'en voudra pas.

 

2.

A l'époque c'était bien avant il y avait déjà la mer et elle était déjà grise come si ele avé toujours été vieille et rudement ressasseuse.

 

Ressasseuse, c'est un mot à ma sœur qu'ele dit que grand-mère a dit toujours la même chose mais plus maintenan qu'ele ressasse à l'ospice.

 

La mer donc elle était grise et le ciel tourmenté comme si un dieu bougonnait dedans ; bon c'est un conte du nord quoi.

 

3.

Au bord de la mer d'alors vivait une fille même que c'était une fille de roi qu'elle avait tout pur l'âme les pieds et les oreilles propres.

 

Ele était si bele y avé bocou de lascars qu'auré voulu la marida mais elle s'en fichu qu'ele préféri contempler la nature et nager dedans.

 

Bien sûr elle avait de longs cheveux d'or c'est-à-dire qu'elle était blonde comme dans un conte ou un emballage cadeau.

 

4.

Devinez ce qu'elle ariva qu'un jour qu'ele écoutait radio horizon dans un coquiyage elle entendi le chant d'Halewyn.

 

Coment ça se fait que Halewyn arrivi à pousser la serinade dans un coquiyage je saurais pas vous dire c'est un mystère.

 

5.

Alors Halewyn il lui di comssa quele avait plus qu'à suivre la voix dans le coquiyage vers dont il est le roi i dit Halewyn.

 

L'important c'est le vers qu'on va toujours vers, pis quand on y est on dit ah bin tiens.

 

La fille de roi ala trouver son père (il était roi) et lui raconta l'afère qu'alor le roi s'épata qu'ele avé pas sucombé à l'apel de Halewyn.

 

Pourtant ele lui plaisit bocou à la fille sa voix à Halewyn quele était « grave et mélodieuse » qon diré cele à un chanteur qon aime bocou.

 

Un chanteur qon aime bocou du cou vous pouvez metre çuique vous voulez Kendji Girac Ivan Rebroff Sinatra ou vot' beaufrère si ça vous chante.

 

6.

Le lendemain évidaman la voix d'Halewyn retenta le coup qu'il chanta et invita à nouveau la fille de roi à la suivre dans l'ailleurs.

 

A mon avis la voix d'Halewyn devait se dire dans sa gorge « fille de roi, morceau de choix ».

 

I lésina pas Halewyn sur le paradis promis genre pays inconnus magnifiques zinouïs zoziaux flore mirlifore à milsodor que du bonheur.

 

Là, Antonia de Lauwereyns de Roosendaele a une formule que tu pourais pas mieux dire « La voix s'était tue, qu'elle écoutait encore. »

 

C'est vous dire qu'ele en était come toute hantée la fille du chant d'Halewyn qu'ele resta là sur le sable songeuse qu'la nuit fu venue.

 

C'est sa mere qui la trouva mais ele la rouspéta pas car la fille de roi c'est pas ele qui fait le ménache la vaisselle la lessive.

 

7.

Ça l'avait travaillé dans sa blonde tête toute la journée ses promesses à Halewyn quele dit à sa mere quele voula le marida.

 

Si j'avais été sa mere j'lui auré flanqué une de ces tourgnoules à lui fere passer le goût des coquiyages chanteurs mes y a plus d'éducation.

 

8.

Le troisième jour la voix d'Halewyn dit à la fille que tant pis si ele ne l'épouse pas mes que toute sa vie ele regretera.

 

La fille de roi alors ele fit un nez si long qu'elle aurait pu trouver une source ou creuser un puits ou touiller des vers voyez.

 

Ele simagine déjà marida avec un couillon quelconque que la voix d'Halewyn ele pouré jamais l'oublier jusqu'à la fin de ses rides.

 

Alors la fille de roi ne fit qu'un tour dans son sac (c'est une image) et toute precipitie dans sa chambre se veti d'une robe magnifique dessus une lingerie fine.

 

Puis la fille de roi descendit aux écurie doù ele sortit sur son cheval favori « en sonnant du cor » dit l'auteur qu'ça fait plus dramatique.

 

9.

Halewyn il attendait la fille du roi à la lisière du tournant ils se virent se plurent s'échangèrent des compliments gracieux et énervants.

 

Sur son cheval elle flottait dans le rose la fille de roi qu'elle voyait déjà les merveilles promises par l'inconnu à la voix d'or.

 

10.

Ils chevauchèrent longtemps qu'il y avait des ombres de plus en plus un peu partout qui tachaient le paysage.

 

Puis la nuit se fit aussi noire que si elle s'était baignée dedans (c'est une image) zétaient plus très frais la fille et l'Halewyn.

 

Puis sa voix à l'autre chanteur ele chantait plus telemant qele sonnait dure et froide des fois que la fille se disait quele était fatiguée.

 

11.

Dans la nuit noire tout à coup le cheval d'Halewyn s'arrêta car ils étaient arrivés que par un drôle de sort la lune se leva.

 

La fille du roi ele s'écarquilla les yeux qu'ele vit ni palais formidable ni servantes pour l'accueillir ni jardins de roses ni rien.

 

Rien qu'une forêt où ils étaient là au milieu elle et Halewyn qu'elle lui demandit d'où qu'ils étaient le paradis et les vierges servantes.

 

Halewyn alors il lui dit de lever les yeux qu'ele verrait la première des servantes à l'accueillir et ce quele vit l'épouvantit.

 

Car là devant ele il y avait une femme pendue come dans un film d'horreur meme qu'Halewyn dit alor que les autres aussi étaient là plus loin.

 

La fille du roi vit alors qu'à baucou des branches de la forêt pendaient des jeunes filles et flottantes la robe longue et leur chevelure.

 

Qu'est-ce donc que ces fruits blêmes, que ces spectres aux branches ? demanda la fille du roi qui ne s'enfuit pas en hurlant.

 

Halewyn lui répond qu'elle en deviendra la reine de toutes ces vierges dont les dents blanches lui sourient.

 

Toutes ces dents blanches dans leur rictus à ces pendues là ça devait l'impressionner la fille du roi qu'elle tente pas de fuir pourtant.

 

Bon là la fille du roi elle pige qu'Halewyn c'est un tueur en série et qu'c'est à la mort qu'elle a offert sa vie la pauvre.

 

Elle se le dit sans doute pas (a pas le temps) mais sait maintenant qu'une jeune fille ne doit pas succomber à ces voix d'l'ailleurs là.

 

12.

Halewyn sûr i va la tuer et le regardant dan les yeu ele lui dit quele accepte de mourir mes pas pendue car cé umilian pour une fille de roi.

 

Raport à ce que pour la fille d'un roi la corde ça s'fait pas ele demande à être décolée par l'épée qu'ainsi elle sera décapitée.

 

Là l'assassin il en est épaté que d'habitude c'est pleurs et gémissements et cris que là non come si ele avait pas peur de la mort.

 

Il lui dit qu'elle est « brave » et « fière » ; elle lui dit qu'il est « beau » et si envoûtante sa voix et si jolie sa tunique.

 

A ces mots Halewyn l'assassin ne se sent plus de joie que cette tunique c'est sa mère qui l'a tissée (psychanalystes, à vos calepins!).

 

Je note encore que les servantes c'est-à-dire les promises trucidées sont vierges et que donc ça s'pourrait qu'Halewyn soit impuissant.

 

La fille lui dit alors que la décapitation hélas allait toute la tacher la belle tunique que sa mère a tissée qu'il ferait mieux de l'ôter.

 

Du coup il détacha sa ceinture du coup son épée glissa du coup il se pencha leva les bras pour ôter sa tunique du coup elle ramasse l'épée

 

Du coup qu'elle a ramassé l'épée du coup eh bien elle lui tranche la tête à Halewyn la fille du roi .

 

C'est donc par la ruse que la fille du roi ne fut pas assassinée mais trancha la tête à Halewyn et vengea toutes les jeunes filles pendues.

 

Comme quoi quand on en a dans la tête on peut s'payer celle des autres même que des fois ils le méritent.

 

13.

La fille du roi repartit chez elle avec la tête de l'autre fou (i chantait plus) dedans la fatale tunique pour preuve de sa légende.

 

A l'approche du royaume de son père elle sonna du cor afin qu'on la voit bien revenir et qu'on se préparât à l'accueillir comme il convient.

 

Qu'advint-il d'elle ? Bah elle finit par épouser quelque prince d'un clan allié qui chantait à table des chansons à boire pour faire rire.

 

Patrice Houzeau

Hondeghem, le 27 septembre 2016.

Partager cet article

Repost 0
Published by PATRICE HOUZEAU - dans SUR LES CONTES ET LEGENDES
commenter cet article

commentaires

Recherche