Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 mars 2013 5 22 /03 /mars /2013 09:40

GLOUGLOU GLOPGLOP ET RE

 

"Comme un tyran gorgé de viandes et de vins"
(Baudelaire, Le Reniement de Saint Pierre)

 

1.
"Comme un tyran" : Comparaison : c'est Dieu qui est ici comparé à un "tyran". Le mot est fort. Il contredit l'image bienveillante de Dieu. C'est un mot de révolte, de "reniement". La créature se révolte contre son créateur. Frankenstein étranglant.

 

2.
Je note que le monothéisme a fait de Dieu un tout seul, et nous sommes tant, tant, et tant et plus.

 

3.
"gorgé" : Dieu est une gorge, un gouffre d'où sortent des paroles. Autrement dit, Dieu est en Dieu. Un trou dans un trou, vide dans un vide. Une langue dans une bouche sans lèvres ni mâchoire.
Ensemble vide : ensemble qui ne se définit que par son absence de définition. Le moins que l'on puisse dire, c'est que la définition de Dieu est pour le moins flottante. Quand bien même on définirait Dieu comme un principe base de tout - en le débarrassant de toute considération morale - ce principe, évidemment, on a du mal à le caractériser.
Ce qui n'empêche pas l'humain de s'engouffrer en Dieu. Il passe par cette gorge. La chair se fait verbe. Inversion divine. Divine comédie : Dieu n'a donné aux humains le langage afin qu'inlassablement ils répètent sa parole. Imbu dramaturge. Fieffé tragique. Hypocrite à psaumes. Ou alors Dieu est le commentaire de Dieu. En cela, en effet, il est infini. Dieu serait à la fois le bibliothécaire et la bibliothèque.

 

4.
Angle mort, point de vue.

 

5.
Quant à la terre, grasse dame, la terre, grosse dondon boule tournant dans l'espace.

 

6.
"de viande et de vins" : Généricité de la viande. Singulière donc, puisque c'est nous, carcasses. Gouffre ogre. Gouffre ogre et moule à gaufres. J'écris ça parce que ça m'amuse. Ce que l'on entend dans les fins fonds de l'univers, où notre oeil remonte le temps, ne serait-ce point le son de la mastification infinie de la mâchoire du Père? Non seulement la chair se fait verbe, mais elle se fait aussi viande. Dieu aime les comédiens. La nourriture raffinée. Notez comme il mâche bien :
"com-me un ty-ran gor-gé de vi-ande et de vins".
Comme il la détache bien, la diérèse.
Et les "vins" bien sûr, ce symbole du sang du Christ. Lacryma Christi. Glouglou, glopglop, et re.
Dieu aime-t-il le poisson ? Et les fish and chips, Dieu les aime-t-il ? Nous grignotent-ils comme nous grignotons des crevettes, après nous avoir décortiqués ?

 

Patrice Houzeau
Hondeghem, le 22 mars 2013

Partager cet article

Repost 0
Published by PATRICE HOUZEAU - dans BAUDELAIRE
commenter cet article

commentaires

Recherche