Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 avril 2013 6 20 /04 /avril /2013 21:45

BOUTS D'CHANTS ET NOTES EN LISANT GAINSBOURG

 

1.
La chanson Les capotes anglaises de Serge Gainsbourg est une chanson de môme à malice, çarçon on pense, ça pourrait être une fille aussi, ce serait marrant, chantée par une lolita qui susurrerait :
"Je souffle dans les capotes anglaises
ça fait des jolis ballons"
Ne vous alarmez pas. Ce bref n'est pas pervers. Des gamins et gamines qui soufflent dans des capotes pour en faire des ballons qu'ensuite ils font éclater, à moins qu'ils les lâchent et que ces dérisoires zeppelins zigzaguent un instant dans l'air, voilà un grand classique de l'humour potache. Honni soit qui mal y pense.

 

2.
"Dans tous les petits coins perdus" (Serge Gainsbourg, Omnibus) : la cambrousse, c'est soit coin perdu soit trou paumé... une drôle de géométrie... un drôle de gruyère.

 

3.
J'ai dans la tête Mystery train
Ce train là m'entraîne

Tant que je me chope Fever
Et tous les tubes d'Elvis Forever.

 

4.
Je sais pas où
Ils usent d'un truc
D'un suc
Je crois de crapaud ouh
La ! c'est fort comme à
Tomber dans le coma
Qu'on t'croit tout mort
Qu'tu l'es pas encore
T'es encore en vie
T'es juste zombie.

 

5.
T'es si belle
A damner
Un saint
Et si cruelle
Qu'on croirait
Satan en satin.

 

6.
"Si le passé est amnésique
Et le futur hypothétique
Le présent étant chimérique"
(Serge Gainsbourg, Enregistrement)

 

Que le passé soit amnésique, soit : on ne se souvient pas de tout. Le futur, par définition, est hypothétique. Mais qualifier le présent de chimérique, voilà du lucide, vu que le présent, c'est avant tout de l'illusion à l'oeuvre, du rêve en vrac.

 

7.
"Les murs d'enceinte
Du labyrinthe
S'entrouvrent sur
L'infini"
(Serge Gainsbourg, Valse de Melody)

 

Ces quatre vers fameux, quelle belle évocation de la bibliothèque infinie de Borges, tendant vers l'infini et qui n'est pourtant possible que dans les limites de la raison humaine. A moins que, l'humanité soudainement disparue, des ordinateurs ne continuassent à produire l'infini des variations de lettres et de signes qui composent toute littérature.

 

8.
Ce que chacun sait : à moins de gagner des millions en tant que parolier à succès, chanson d'amour ne vaut pas rôti au four, et ce n'est pas avec des refrains que l'on paie le médecin.

 

9.
T'es partie j'sais pas où
Avec j'sais pas qui
Tu me diras J'suis passée sous
Le métro Je reviens du paradis
Tu m'en diras tant

Tu m'en diras tant
Mais il ne fait pas assez mauvais temps
Pour qu'il me décorne le vent.

 

10.
Deux squelettes
Dans un bar de l'au-delà
Deux squelettes
Devant un verre de tord-tibia
Deux squelettes
A quoi peuvent-ils passer le néant ?
A jouer aux osselets, évidemment.

 

Patrice Houzeau
Hondeghem, le 20 avril 2013

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Recherche